Un dimanche de campagne


Vue sous l’angle de la campagne électorale, l’année 2014 commence bizarre à Moissac. Sur le marché, les formations politiques se font très discrètes. Le FN a disparu sans crier gare. Le Front de gauche et le PCF font service minimum, l’UMP n’est toujours pas sortie du bois et les radicaux ont d’autres problèmes à régler.

De quoi déboussoler un peu l’électeur qui n’aurait pas suivi la dernière actualité moissagaise, et appris, par exemple, que la liste de JP. Nunzi, « Libres et ensemble pour Moissac » avait suspendu quelques temps ses activités publiques compte tenu des ennuis de santé de son challenger.

Du coup, les candidats déclarés ou pas, et encore pas tous, font le tour des manifestations de ce début d’année. Le judo qui réunissait ce dimanche des centaines de jeunes sportifs venus du grand sud ouest,  a eu un succès notable. La galette des rois, du Centre communal d’action sociale, n’était pas en reste. Mais chacun des élus, candidat, ex ou futur, a fait dans la retenue, est resté sur sa réserve, comme si un grand tabou pesait sur la situation politique de ce début 2014.

Le maire Jean Paul Nunzi, présentant ses voeux à ce touchant parterre d’anciens,  heureux de cette fête qui les a régalés de chansons d’hier, de quelques belles galettes et bonnes bouteilles, a annoncé la modernisation des urgences de l’hôpital et les mesures prises dans le domaine de la sécurité. De quoi tranquilliser son auditoire, qui à l’applaudimètre a su lui montrer sa reconnaissance.

Une réflexion sur “Un dimanche de campagne

  1. J’ai lu avec une certaine consternation le dernier tract du PCF. Incapable de présenter une liste avec ses ex amis du parti de Gauche, voilà maintenant qu’il tape sur la liste Nunzi au prétexte qu’elle n’aurait pas voulu intégrer dans ses rangs le candidat communiste, plus connu sous le nom de Maximilien. Probablement que l’amoureux transi s’est laissé emporter par le dépit. Il n’empêche, les auteurs du tract, ne leur en déplaise, ont une curieuse conception de la démocratie. Un, ils font semblant de ne pas voir que la liste Nunzi n’a pas de bannière partisane et qu’à se titre elle rassemble des personnalités d’horizons divers qui se sont engagés à ne pas constituer un cartel de partis. Deux, et c’est la conséquence logique de ce qui précède, Nunzi et ses amis sont fondés à choisir les personnalités avec lesquelles ils entendent travailler. Ce n’est mépris pour personne et surtout pas pour les électeurs de gauche ou d’extrême gauche.
    BC. Membre du comité de soutien

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s