La leçon de journalisme


IMG_1189C’est l’histoire d’un « scoop » qui fait pschitt! Un long article dans la Dépêche du midi sur le patrimoine moissagais, pour dire combien il coûte cher,  et qu’il est menacé de ruine… La faute à qui? A la mairie bien sûr et en particulier à Jean Paul Nunzi.

Jusque là rien de très original… sauf que la feuille électorale du tandem Empociello/Guillamat, qui n’ont pas de mots assez durs pour condamner l’intérêt que la ville de Moissac porte à son patrimoine, se découvre tout à coup une vocation de défenseur des arts et des pierres. Conversion radicale? Que nenni! La dénonciation des travaux du patus n’ayant pas produit les effets escomptés -les Moissagais appréciant à juste titre la mise en valeur de ce secteur de l’abbatiale- il fallait trouver un autre angle d’attaque. Et ça devient, mutatis mutandis, la mairie laisse mourir nos trésors architecturaux.

Gonflés les scribes, mais adeptes du vieil adage politicien : plus c’est gros, plus ça passe. Et bien non, ça ne passera pas, car la vérité bien évidemment est toute autre! Qui pourrait croire d’ailleurs que ceux qui défendent une politique touristique fondée sur la mise en valeur du patrimoine, se contrefichent de sa conservation? Qui pourrait imaginer la majorité sortante aussi débile? Certainement pas  les Moissagais!

La vérité c’est que la mairie,  sur cette question des monuments  historiques, classés au patrimoine mondial, n’est pas seule à la manoeuvre. Elle doit compter avec les architectes, les archéologues, les spécialistes dépêchés par l’état. C’est eux, qui prescrivent le traitement, qui décident du sort de tel ou tel pan d’édifice. La mairie exécute, en fonction des moyens dont elle dispose et des aides que l’état lui consent. On reviendra sur l’histoire édifiante  du portail de l’abbatiale et le mensonge éhonté du plumitif de Jean Michel Baylet.

Pour l’anecdote, le plumitif en question a commis sa prose suite à une réunion technique en mairie de Moissac, à laquelle les journalistes n’étaient pas conviés, mais à laquelle assistait Guy Michel Empociello…  « Mon cher cousin, vous avez dit bizarre… comme c’est bizarre! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s