Histoires de chats et d’entrechats


L’UMP n’a pas fait le plein hier soir à Confluence. A peine une centaine de personnes en comptant les amis du maire de Montauban, les colistiers  du candidat de la droite et leurs familles. Certains seront tentés de chercher la cause de ce loupé,  sous le Hall de Paris, où la compagnie Didier Théron nous régalait au même moment d’un très beau ballet en trois tableaux sur la musique du Boléro de Ravel.  Piètre excuse me direz-vous!

Revenons donc  à la droite. Elle a décidé de faire campagne, un peu à l’image du FN, sur des thèmes nationaux, confondant les problèmes que connait aujourd’hui notre pays, et les intérêts de notre ville. L’UMP, comme d’autres,  est décidément incorrigible, aveugle au temps présent. En voulant transformer en affrontement idéologique, une campagne électorale qui concerne d’abord et exclusivement les Moissagais et les habitants du secteur, elle affiche son opportunisme, espérant tirer parti du climat politique national, alors que nos concitoyens attendent des réponses concrètes à des problèmes concrets et quotidiens. Elle manque à ce point d’imagination, qu’elle a copié, quasiment mot pour mot, la vitrine de notre permanence électorale, affichant, il faut lui concéder ce point, son appartenance au parti de Jean François Copé. Amusant non?

Les choses sont donc claires dans cette partie de l’opinion. Elles le sont moins au FN qu’on ne voit plus guère sur le marché, ni dans les boîtes aux lettres des Moissagais. Il se murmure, que son nouveau chef local a toutes les peines du monde pour faire reconnaître son autorité et bâtir une liste qui tienne debout. Mais n’accablons personne, la liste de Jean Paul Nunzi, conformément à ses engagements,  reste et restera à l’écart des querelles subalternes, pour se concentrer sur l’essentiel : l’avenir de Moissac et le bien être des Moissagais.

Un politique Chinois disait naguère « qu’importe qu’un  chat soit noir ou blanc, pourvu qu’il attrape les souris »  Certes, à condition de rien renier de son socle de valeurs! Les Moissagais  sauront choisir entre les marchands d’illusions,  et une équipe, de femmes et d’hommes, engagés, compétents et libres.

2 réflexions sur “Histoires de chats et d’entrechats

    • Il ne suffit pas d’affirmer pour que son propos soit réalité. Tous les budgets, tous les actes officiels de la mairie en attestent : la gestion de Moissac n’a pas souffert de magouilles, même pas de mauvaise gestion… t que je sache la cour régionale des comptes n’a jamais pointé du doigt Moissac

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s