2014-2015


La tradition qui peut avoir du bon, veut qu’à l’aube d’une année nouvelle, chacun présente ses voeux, à sa famille, ses amis, ses concitoyens… Ne dérogeons pas : bonne et heureuse année à tous les Moissagais et au delà aux voisins des communes qui avec nous vont peut-être forger une identité de destin. Belle année donc à toutes celles et tous ceux qui vivent sur ces nouvelles « Terres de confluences ».

Pour Moissac, 2015 sera l’heure de vérité, budgétaire s’entend. Ce sera le premier véritable budget qui montrera les choix, les priorités de la majorité de droite et ce dans un contexte économique déprimé, au moment où l’état sucre 7 milliards d’euros aux collectivités locales.

Que faut-il attendre de cet exercice? Probablement pas grand-chose, si ce n’est une accentuation des tendances

qui se manifestent depuis quelques mois dans les actes de la mairie.

Des signaux à l’électorat de droite

Certes de nombreux Moissagais craignaient avec l’arrivée de l’UMP aux affaires, un profond coup de rabot sur les dépenses de fonctionnement, les aides aux associations, le soutien aux grand rendez-vous culturels. Il n’en a rien été. La droite a endossé sans complexe le costume Nunzi, allant même jusqu’à augmenter les aides à certaines initiatives et manifestations culturelles. Elle a de surcroît, et il ne faut pas s’en plaindre, offert aux Moissagais, avec l’association des commerçants de « Plein vent », un Noël de bonne facture avec force décorations et animations.

Il est vrai qu’avec ces fêtes de la chrétienté, elle est en terre connue, à son aise idéologiquement. Même chose avec la sécurité et donc la police. Elle avait promis au cours de la campagne électorale de lutter contre la délinquance, elle envoie à son électorat tous les signaux qu’elle peut, même si pour l’heure cela tient essentiellement de la communication, même si 2015 verra l’installation de la police municipale dans les anciens locaux de la mômerie, square Firmin Bouisset.

Le fonctionnement pèse trop lourd

Cela dit, cette majorité cède à la facilité, et n’hésite pas à la dépense, pour faire tourner la machine municipale et satisfaire les demandes immédiates de ses électeurs. Révélatrice est l’affaire de l’audit du personnel communal dont les conclusions (ce que la mairie en retient) sont quand même bien courtes.  Les agents auront des d’entretiens individuels avec leurs chefs de service. Une sacrée révélation! Et le DGS doit changer  (directeur général des services). Cela fait cher la mutation d’un fonctionnaire (plus de 15 000 euros l’audit) ! Ainsi, au lieu de réformer, de mutualiser, de réorganiser, la mairie bouche les trous, à coup d’emplois précaires qui viennent fatalement peser sur le budget.

Il y a gros à parier que le budget de fonctionnement ne maigrira pas en 2015. Il est même probable que la mairie compte sur les subventions de l’état, les nouvelles, celles qu’apportera la politique de la ville, maintenant que Moissac affiche officiellement deux quartiers en grandes difficultés. Et voilà qui esquisse un problème. Si la ville espère en effet quelques subsides de cette inscription au tableau noir de la misère, elle peut en craindre une image dégradée, contradictoire avec la volonté affichée de promouvoir le tourisme et de miser sur l’attractivité de la ville.

En fait, c’est la section investissement qui risque de faire les frais d’une politique municipale trop précautionneuse avec l’existant, avec les habitudes, avec les usages, avec les puissants aussi. L’histoire de la caserne de pompiers est édifiante. Et colossal le prix de la soumission au Conseil général : 350 000 euros! De quoi obérer sérieusement les capacités d’investissement de la commune, qui s’est engagée par ailleurs à construire un nouveau poste de police.

En attendant la « com-com »

Certes, nombre de projets d’intérêt général devraient être portés par l’intercommunalité, mais là aussi, force est de constater, au vu des décisions de 2014, que la priorité a été donnée au fonctionnement, avec la création d’une maison dédiée et le recrutement de personnels affectés à faire tourner la machine. On attend là aussi les contours d’un dessein qui tarde à venir, notamment en matière de développement économique, on attend aussi une volonté affichée de mutualisation des services qui permettrait de faire plus sans alourdissement ni des structures ni de la masse salariale.. Pourquoi, si les choses se confirment, le festival « Alors chante » ne serait-il pas porté par l’intercommunalité? Pourquoi les deux CCAS ne pourraient-ils pas être intercommunaux? Idem pour les EPAD? Et la piscine, vont-ils ressortir le projet des cartons de campagne?

Bref, 2015 sera une année décisive au sens premier du terme, celle où seront prises ou non les décisions engageant l’avenir, susceptible d’inscrire notre territoire dans une nouvelle dynamique. Répétons le, les budgets respectifs de Moissac et de l’intercommunalité diront dans quelle voie s’engagent nos Terres de Confluences.

 

Une réflexion sur “2014-2015

  1. Au niveau de l’investissement il y a aussi l’aménagement de l’aire des camping-cars avec un projet à 222 000 euros HT.
    Ce projet a été voté le 15/12 pour déclencher des demandes d’aides financières, auprès du conseil régional mais aussi auprès de l’état à hauteur de 30 % :
    Ce dernier appréciera certainement que la mairie de Moissac se bouge pour l’aire des gens du voyage …. Oh ! toutes mes excuses, j’ai fait un lapsus, il s’agit bien des camping-caristes

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s