Contrat de ville: une approche lourde et complexe


Les services de la mairie mettent la dernière touche au Contrat de ville qui doit être présenté à l’Etat et signé avant le 30 Juin prochain. Ce contrat repose obligatoirement (c’est la loi) sur trois piliers : le développement économique, la cohésion sociale et le cadre de vie-rénovation urbaine. Il doit aussi associer les citoyens et l’intercommunalité. Deux quartiers sont concernés à Moissac : le Sarlac et le Centre ville. Derrière le formalisme affiché de la démarche, sont en jeu des aides de l’état, importantes, qui seront d’autant mieux venues que les dotations ont considérablement diminué en 2015 et devraient suivre la même tendance en 2016 et 2017.

Dans les documents élaborés à cette heure, on trouve beaucoup de préconisations du style faire mieux, faire plus, mettre les acteurs en synergie, optimiser les dispositifs existants… Bref beaucoup de bonnes intentions qui ne vont pas révolutionner l’ordre des choses et dont on peut se demander pourquoi à cette heure personne n’a eu l’idée et le courage de les concrétiser. Il est vrai que les organismes, les acteurs publics sont déjà très nombreux  à intervenir sur ces secteurs, développant chacun dans leur coin des stratégies dont on voit bien les limites. Beaucoup de monde, pas mal d’argent pour un résultat plus que mitigé! Ce qui d’entrée de jeu pose la question du pilotage de cette opération. il y faut bien sûr une volonté ferme et surtout une autorité incontestable. Elle ne peut venir que de l’Etat.

Au delà, il s’agit de repérer les stratégies innovantes, les réponses nouvelles qui pourraient, dans un contexte économique atone, dans un environnement social difficile et alors que la société française – Moissac en serait presque la caricature – se montre de plus en plus hostile aux politiques d’aide et de redistribution, construire un projet de ville où chacun et en premier lieu ceux qui vont en bénéficier,  trouverait sa juste place en tant qu’acteur de l’effort collectif. C’est probablement une des conditions essentielles pour que les citoyens, les électeurs tentés par le repli sur soi, acceptent et portent ce Contrat  de ville censé courir jusqu’en 2020.

Développement économique

Deux idées ressortent sous ce chapitre. La création d’une pépinière d’entreprises et la mise en place d’un observatoire des activités économiques. Au delà, s’affiche une double volonté: développer l’apprentissage (en direction des femmes en particulier) ce qui suppose des mesures incitatives à l’égard des entreprises, et aider ces dernières à se moderniser, dans le cadre de l’OMCA (Office municipal du commerce et de l’artisanat).

Pour l’emploi, rien de neuf sinon rapprocher l’offre de la demande, utiliser la Maison de l’emploi qui pour l’instant ne sert pas à grand chose, et sur la zone intercommunale, développer la clause d’insertion dans les marchés publics. C’est-à-dire l’obligation pour les entreprises retenues de faire appel à des jeunes locaux sur leurs chantiers.

Cadre de vie

Il est proposé la création d’un poste de chargé de la rénovation urbaine. En Centre ville, poursuite de l’OPAH. Au Sarlac, le document envisage la création d’équipements (médiathèque, complexes sportifs, espaces publics…) et la rénovation des immeubles existants.

Des ateliers de jardinage sont à l’étude afin d’impliquer la population. Pour ce qui concerne la sécurité, la vidéo surveillance est mise en avant comme outil de prévention, associée au renforcement des équipes de médiation. Et coup de génie : « il faudra faire des rappels à l’ordre! » (sic)

Cohésion sociale

La loi le prévoit. Des conseils citoyens seront créés. En parallèle la lutte contre les comportements sexistes devrait être intensifiée. Pour les jeunes, une solution, le volontariat, au sein du Service volontaire européen ou du Service civique. Un lieu d’accueil pourrait être créé et les actions éducatives renforcées. Et pour le vivre ensemble, des événements de quartiers seraient mis sur pied. Sans rire, on retiendra pour ce qui concerne le Conseil local de sécurité cette action : »Eviter le basculement dans la délinquance » (axe1). C’est bien le moins… mais comment?

Il est également envisagé de promouvoir la langue française et d’introduire le principe de diversité dans les recrutements (sexe, socio-culturels). Les parents seront mis à contribution et aidé dans leur tâche ainsi que les familles mono-parentales (crèches, cantines, logement…). L’encadrement du temps péri-scolaire devrait être renforcé. Chez les ados un effort devrait être consenti pour permettre aux filles la pratique des sports.

Il sera par ailleurs institué avec l’Agence régionale de santé,  un Contrat local de santé sur le territoire de Terres de Confluences. Ses objectifs : informer sur les addictions, promouvoir une alimentation équilibrée pour les scolaires. Repérages des problèmes de santé, éducation sexuelle et à la contraception dans les écoles, aide aux femmes victimes de violences sont les autres actions envisagées.

Le catalogue des actions à conduire est plutôt copieux.Trop, car il donne l’impression que le chantier est immense et que rien n’a été fait jusqu’ici. Il souffre surtout d’un manque de lisibilité, mettant sur le même plan toutes les orientations, comme si celles et ceux qui ont travaillé ces questions étaient encore incapables de définir des priorités. Mais peut-être que la rédaction définitive de notre Contrat de ville clarifiera les choses.

 

 

3 réflexions sur “Contrat de ville: une approche lourde et complexe

  1. Comme le reste, le contrat local de santé va faire ….. Pfiffff ! Comment peut-il en être autrement avec une baisse des subventions pour des associations qui luttent contre les addictions ou celles qui luttent contre les violences faites aux femmes ? Une fois encore, il y a de grosses divergences entre les paroles et les actes !

    J'aime

  2. Eh oui! beaucoup d’effet d’annonce mais tout fonctionne au ralentie
    Tout ceci donne l’impression qu’il y a beaucoup de dossiers en cours, peut-être même un peu trop et que les moyens nécessaires pour les mettre en oeuvre ne sont pas au rendez-vous. C’est déconcertant.

    J'aime

  3. Pingback: Le cheval fourbu de la droite – moissacinfos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s