PS 82 : Le message de la Fabrique


Le vote des militants socialistes de Tarn et Garonne est sans appel. Ils ont donné à la motion de Valérie Rabaut, secrétaire Fédérale du parti une très large majorité. 56,7% des voix contre 26,6% à celle de Jean Christophe Cambadélis, le patron national du PS. Les Frondeurs ont obtenu 14,4% voix et la motion de Florence Augier: 2,1%.

La Fabrique, la motion de Karine Berger et Valérie Rabaut, arrive en troisième position au national. Ce texte, un brin critique sur la politique gouvernementale, se veut à mi chemin entre les frondeurs et la majorité actuelle du parti. Il entend redonner aux militants un rôle majeur, tout en proposant une approche économique plus conforme aux orientations et valeurs de la gauche. Il est le manifeste d’un parti socialiste capable de prendre en charge, sans démagogie, ni renoncement, les aspirations du peuple de gauche et au delà de tous les citoyens de ce pays, bousculés, déboussolés parfois, par la brutalité du système. Certes, le congrès de Poitiers, en juin prochain, ne ménagera pas de surprise. La ligne Hollande sera validée et JC Cambadélis sera réélu. Mais le parti, le gouvernement ne pourront pas ne pas entendre les messages de la base. Entre les frondeurs critiques, sans que l’on sache s’ils veulent un retour aux thèses du Programme commun et la Fabrique, réaliste, qui propose une voie médiane, donc une inflexion de la ligne économique, l’avertissement pèse son poids : 40% des électeurs. Ce n’est pas rien!

Autre message et non des moindres, le taux d’abstention pour ce scrutin militant. Mais les chiffres ne disent pas tout. Ils ne disent pas que nombre de militants, socialistes encore, n’ont pas pu voter parce qu’ils n’étaient pas à jour de cotisations. En cette période de crise, certains « oublient » de payer une année. Erreur fatale, car le jour du scrutin venu, le militant rechigne à faire « le gros chèque ». Certes un parti de militants est un parti de cotisants. Mais là aussi, le PS serait bien avisé de revoir un tantinet les procédures et surtout d’embarquer plus souvent, plus profondément, tous ses membres dans la réflexion et la proposition. Le monde bouge vite et les engagements de congrès ne tiennent souvent pas la distance à l’aune du réel.

Enfin, disons le, le vote militant en Tarn et Garonne est un appui clair et sans détour à la politique menée dans le département par la secrétaire fédérale. Il la conforte dans ses pratiques démocratiques et dans la manière dont elle a conduit les relations, puis les négociations avec les partenaires de gauche. Ce ne fut pas une partie de plaisir. Le Front de gauche, les Verts et surtout les Radicaux ne sont pas des partenaires faciles. On a vu les conséquences désastreuses de la ligne Baylet, fermé à tout compromis. Il est temps que chacun comprenne qu’il n’y aura pas de succès électoraux, sans un minimum d’union. Les prochaines régionales n’échapperont pas à cette règle. Si la gauche part à la bataille en ordre dispersée, elle risque fort au second tour de rester sur le bord du chemin et du coup de perdre les deux régions, Midi Pyrénées et Languedoc-Roussillon réunies, dont les réalisations font honneur à ses Présidents et aux majorités qui les ont dirigées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s