Hôpital: une première victoire


Près de deux cents personnes, des élus de gauche, quelques uns de droite, des syndicalistes de MIMG_2475oissac, de Castelsarrasin mais aussi de Montauban réunis pour manifester ce mercredi après midi leur attachement à l’hôpital de Moissac. Au même moment, dans les étages, se tenait le Conseil de surveillance sous la présidence du maire de Moissac, Jean Michel Henryot. A l’ordre du jour, le contrat de travail de Nicolas Nesry, chirurgien orthopédiste que le directeur de l’hôpital ne veut pas prolonger au delà du mois de décembre 2015. L’intéressé a refusé ce CDD qui ne dit pas son nom. Son départ sonnerait le glas de la chirurgie à Moissac et donnerait le feu vert à l’application du plan de « Mapping Consulting » (voir plus bas) qui veut réduire Moissac au mieux à une annexe de Montauban, au pire à un hospice pour personnes âgées.

Dans la salle surchauffée où se tenait la réunion, la direction de l’hôpital a dans un premier temps cherché à rendre le docteur Nesry responsable de cette situation de blocage. Le maire de Moissac et Jean Michel Bésiers, maire de Castelsarrasin ont joué les conciliateurs et finalement obtenu, après une forte intervention de ce dernier et grâce à la pression des salariés, la prolongation du contrat de N. Nesry pour un an, en principe renouvelable une autre année, avec maintien du salaire actuel.

Tout cela nous mène à 2017.  Date à laquelle sera renouvelée, ou pas, l’autorisation d’utilisation du plateau technique de l’hôpital qui tous les 5 ans fait l’objet d’une habilitation. Autant dire que s’ouvrira alors la période de tous les dangers. Car entre temps, si personne ne vient le contrarier, l’ARS aura commencé la mise en oeuvre de son projet: une seule administration, un seul directeur pour les deux hôpitaux. On sait ce que cela cache. On sait aussi les ambitions que cela recouvre. Le directeur de Moissac, fort des boIMG_2474ns résultats de ces dernières années – le déficit de l’hôpital a été réduit de moitié – se verrait bien à la tête de la nouvelle structure. Et quand on connait ses rapports exécrables avec son chirurgien vedette, on doit s’inquiéter pour la suite.

Aujourd’hui, les Moissagais peuvent se féliciter d’avoir marqué un point dans le bras de fer qui les oppose à l’ARS. Mais le combat est loin d’être terminé. Il faudra beaucoup de vigilance et d’autres mobilisations pour maintenir sur le bassin Castelssarasin-Moissac un hôpital susceptible de toujours répondre  aux besoins de la population.

Une réflexion sur “Hôpital: une première victoire

  1. La nouvelle équipe municipale à l’œuvre ne semble pas à la hauteur des espérances que nous, habitants de Moissac avons placés en elle.Que de belles promesses, que de déceptions ! Les mêmes fonctionnaires aux mêmes postes produisent les mêmes résultats. Et le nouveau maire depuis plus d’un an, soit il se fait promener, ce qui est grave, soit il ne le voit pas, c’est grave, soit il le sait et n’ose rien faire, ou le fait si lentement , et c’est encore plus grave.
    L’hôpital est menacé, certes. Mais est-ce si grave que cela ? Que risquent ces fonctionnaires ? Certainement soit de changer de service en restant à Moissac, en bénéficiant de formations, soit d’être transférés sur Montauban. Et alors, il y a mort d’hommes ? Il y a licenciements ? Non !
    Alors, et la municipalité là-dedans ? Et bien le maire va faire bonne figure, va dire qu’il se bat pour l’hôpital. Comme dans la campagne électorale, il endormira tout le monde, tout comme il a endormi dans l’ordre :
    Les fonctionnaires de la mairie qui devaient voir du changement
    Les fonctionnaires de l’hôpital qui subiront le sort que décidera leur agence de santé
    Les habitants de Moissac qui devaient voir moins d’étrangers dans nos rues : bien joué, ça augmente encore plus qu’avant !
    Les artisans dont je fais partie et les commerçants , qui devaient être mieux considérés
    Les finances de la ville, qui vont toujours autant dans d’innombrables associations d’ »artistes » et de « social ».
    Nunzi serait fier de cette équipe, on dirait que c’est sa propre politique.
    Henryot père (et maire) ne montre aucun dynamisme. Les autres élus de son groupe doivent bien manger leur chapeau à aller à contresens de toutes leurs promesses.
    Où est la recrudescence de sécurité tant promise par HENRYOT fils et adjoint ?
    Où en est la démocratie participative tant promise par Mme BAULUT ?
    Où est la priorité donnée à l’économie, promise par l’adjoint déchu (tient celui-là, il n’a pas dû supporter les mensonges de son équipe)
    Où en sont les finances de la ville, qui devaient être relevées par l’autre adjoint déchu (lui aussi n’a pas dû supporter les mensonges de son équipe)
    Où sont les projets de cette équipe ? Y en a-t-il seulement un seul ? Si aucune structuration ne semble émerger, si aucune politique claire ne ressort , si leur communication reste aussi ridiculement inexistante, je leur promets bien du plaisir pour les années à venir à être mener par un capitaine de pédalo.
    Le FN gagnera à Moissac, à mon grand regret, aux prochaines élections, grâce à un ancien médecin qui se ne se montre pas à la hauteur des enjeux. A vouloir y aller comme un bon père de famille (comme il disait pendant la campagne), il fin ira par mettre plus de foutoir qu’autre chose chez nous. Il habite à Montesquieu, il aurait dû s’y présenter ,son équipe aurait été moins ridicule

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s