Les fruits ne sont pas à la fête


« Fêtons Moissac » les 18,19 et 20 septembre a décidé la mairie. Pas de problème, si ce n’est qu’ainsi va disparaître formellement  la « Fête des fruits »! Et oui, on est dans le symbolique, mais cette décision fait sens. Finie la « fête des fruits », désormais on prend tout et on mélange le comice agricole, le chasselas, les prunes, les pommes… et les scoubidous! On croyait que la fête de Moissac, c’était à Pentecôte. On croyait que les fruits méritaient à eux tous seuls un rendez-vous particulier… Les producteurs diront ce qu’ils en pensent. Pour ma part, je trouve que la mairie fait fausse route.

Certes, un concept n’est pas éternel, il fallait en effet faire évoluer cette « Fête des fruits », en faire peut-être un rendez-vous régional, associant plus fortement les professionnels et le grand public, en développant les espaces de réflexion, les espaces débats, sur l’économie, sur la préservation des espaces naturels, sur la santé des producteurs et des consommateurs… Bref, en hissant le niveau, sans perdre de vue que les fruits c’est aussi la fête des yeux et des papilles, une certaine idée du bien vivre et bien manger comme le défendent avec talent les Sites remarquables du goût.

Alors, absence de volonté ou simple envie d’en finir avec ce qu’avait mis en place l’ancienne municipalité? Réponse: les deux!

Chasselas: moins 30%

La tempête tropicale qu’a connue le département a durement frappé les cultures. Pommiers secoués, arbres arrachés, par endroits des vergers entiers cisaillés… Malgré les filets anti-grèle qui ont probablement évité une catastrophe, le chasselas a également souffert. Certaines vignes ont été mâchées. Des calamités qui s’ajoutent à une saison difficile pour le chasselas. L’été ne lui a guère été favorable. Du coup nombre de grappes ne répondent plus tout à fait aux critères d’excellence exigés par l’appellation.  A noter qu’on fête cette année les 20 ans de l’AOP.

Pour récupérer une partie de la récolte, il faudrait beaucoup de main d’oeuvre.  Un coût difficilement supportable pour les petites exploitations. Les pertes pourraient atteindre ici ou là près de  30%.

 

 

 

Une réflexion sur “Les fruits ne sont pas à la fête

  1. On ne va pas non plus plaindre les « culs terreux » du 82? Qui touche toutes ces aides, qui bénéficie de tous ces allègements de charges, de dégrèvements d’impôts. Qui bénéficie d’aides de la collectivité pour se faire de la pub pour vendre ses produits? Soyez artisan et vousverrez qui vous aide? Personne !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s