Hôpital: les Moissagais font bloc


« Votre présence en témoigne, votre mobilisation permettra de sauver notre hôpital. Nous vous tiendrons au courant de la suite » Cliquez pour lire le discours de JP Nunzi

C’est en ces termes que Jean Paul Nunzi, président du Comité de défense de l’hôpital Castelsarrasin-Moissac, a conclu la réunion publique, ouverte deux heures plus tôt au Hall de Paris.

Les Moissagais, les habitants du territoire étaient venus en masse, comme en témoignent la photo, dire leur attachement à ce centre hospitalier. Salle archi-comble donc pour la première réunion publique depuis que l’Agence régionale de santé a fait connaître ses intentions. Nous étions ici même IMG_2783IMG_2784les premiers à en dévoiler le contenu. Cliquez pour lire « Hôpital la potion amère »

Tableau d’honneur

Quelques « pointures » du milieu hospitalier ou simplement médical étaient venues spécialement pour expliquer en quoi un hôpital de proximité demeure une nécessité, et pourquoi les arguments de l’ARS sont fallacieux. Le docteur Nesry, chirurgien orthopédiste en poste à Moissac a démontré point par point la performance de la structure, la qualité des soins, osant même parler de rentabilité,  un terrain où généralement le secteur public hésite à s’aventurer. Il est vrai qu’il dispose d’arguments: hausse des consultations, hausse de l’activité chirurgicale, notamment en orthopédie. Le tout grâce à des équipes médicales soudées, efficaces, réactives, capables d’adaptation. Mieux, l’hôpital de Moissac a déjà atteint et dépassé les objectifs fixés par le gouvernement dans le domaine de la chirurgie ambulatoire.

L’hôpital a donc des arguments à faire valoir. De son côté, l’EHPAD de Castelsarasin qui est en piteux état devrait bénéficier bientôt de l’attention des pouvoirs publics. Une réhabilitation estimée à 17 millions d’euros. Le marché pour la maîtrise d’oeuvre vient d’être lancé. C’est la bonne nouvelle!

Politiques

Le banc et l’arrière banc des politiques locaux était là. Maires et conseillers des communes du bassin, élus de la communauté Terres de Confluences. Tous, la main sur le coeur, ont juré leur attachement à cet hôpital « qui les a accompagné toute leur vie » comme aime à le répéter le maire de Moissac. Son collègue de Castelssarasin a même proclamé que l’hôpital « ne serait jamais la variable d’ajustement » du territoire. Mais personne n’a clairement expliqué quelle serait son attitude face au projet de l’ARS. Car l’Agence n’a jamais dit qu’elle voulait fermer Moissac, elle parle de complémentarité, de mutualisation, d’échanges dans le cadre d’une offre de soins à l’échelle du territoire. Pas sûr que le public, les Moissagais présents ou pas,  aient compris ces subtilités. Il y a en effet au moins deux manières de procéder pour fermer une structure: soit l’annonce brutale avec le plan qui va avec, soit la mise en place d’un dispositif qui la vide progressivement de son efficience, donc de son utilité. IMG_2786

La période, on est à la veille des élections régionales, n’est pas propice aux grandes décisions. D’où le relatif silence de l’ARS. Mais passées les échéances, il faut s’attendre au pire. Le maire de Moissac a lancé un « appel à la vigilance », protestant de son engagement complet pour le maintien de l’hôpital. Cette prudence ne dit rien de bon pour la suite, quand on rentrera dans le dur. La fermeture de la trésorerie de Moissac a été de ce point de vue une manière de tester la détermination des élus. Concluant!

Le coup d’après

Mercredi soir prévalait une sorte d’unanimisme « apolitique » tant élus et citoyens étaient surpris, agréablement surpris, d’une si belle mobilisation. Mais quand viendra le temps de la confrontation avec l’administration, pas sûr que l’unité perdure entre partisans du « pas touche à mon hosto » et ceux qui sont déjà dans le coup d’après

Il faut d’ores et déjà prendre les devants.  Définir d’abord avec les hospitaliers et avec les médecins libéraux assez discrets l’autre soir,  la ligne jaune au delà de laquelle notre hôpital ne serait plus qu’un fantôme, deviendrait une coquille vide. Il faut travailler à un contre-projet! il faut en même temps une forte et constante mobilisation populaire, construite sur la circulation des informations, sur la transparence qui n’a guère prévalu jusqu’à aujourd’hui!  Voilà pour les prochaines semaines la tâche du Comité de défense au service duquel les élus doivent se mettre!

 

 

 

4 réflexions sur “Hôpital: les Moissagais font bloc

  1. Merci pour cette analyse subtile et éclairée…bien nécessaire après les flots harmonieux de la manifestation d’hier soir. Le comité de défense de l’hôpital a de beaux jours devant lui! Soyez assuré que nous sommes tous à l’unisson avec vous et avec ce comité de Défense.

    J'aime

  2. Il a manqué aux élus locaux en charge de la ville plus de fougue pour nous convaincre de leur réelle implication. Avec leurs doubles casquettes les deux conseillers départementaux ne nous ont rien appris :
    L’un, maire de Moissac, s’est bien dispensé de défendre Moissac contre cette mutualisation, préconisée par l’ARS, et dont le suppôt n’est autre que son collègue au conseil départemental et chef des urgences de l’hôpital de Montauban.
    L’autre, adjointe au social, après nous avoir retracé sa vie, (née à Moissac de parents Moissagais, enfance à Moissac, accouchements à Moissac, travail à Moissac … ) nous a confirmé qu’il fallait s’occuper des défavorisés, des personnes âgées, des précaires … donc de l’hôpital : Quelle avancée !
    Je ne suis pas née à Moissac (et je ne sais pas si je dois m’en excuser) mais j’attends des élus un engagement plus pertinent et pourquoi pas plus politique.

    J'aime

  3. comment ne pas être déçu par l’équipe de droite à la tête de la mairie? Le discours est mou, les actes le sont tout autant. La déception est à la hauteur des espérances, et justifie à elle seule la dureté des commentaires deci, delà…
    Quant à croire qu’ils vont préserver le CHIC….

    J'aime

  4. J’ai discuté pas mal de fois avec des fonctionnaires de la mairie.
    Ce qu’ils me disent :
    Le maire n’a rien réorganisé. Il n’a pas l’envergure ou la poigne d’un chef.
    Les mêmes fonctionnaires aux mêmes postes font la même politique (dixit un conseiller municipal)
    Y a toujours pas de directeur de ressources humaines après 1 an et demi.
    Le nouveau directeur des services semble déjà débordé.
    Les chefs des fonctionnaires font toujours ce qu’ils veulent et quand ils le veulent.
    Les mauvais éléments ne sont pas sanctionnés, donc ça ne motive pas les bons.
    Il n’y a aucune vision d’avenir, personne ne sait ou il va.

    Après tout ça, comment voir autrement cette rue de l’inondation? Ca va devenir la rue de la noyade, comme le démontre si bien OZAGUAY. Le symbole des travaux inutiles, qu’on va essayer de nous vendre comme étant la solution ultime.
    De savoir que nos représentants ne semblent même pas habiter à Moissac : écoeurant.
    De savoir qu’on ne demande pas les bonnes subventions : rageant.
    De savoir qu’on favorise la famille au détriment des moissagais : à vomir.

    J’ai voté pour vous, pas pour ce simulacre de politique.
    J’ai voté pour l’économie, la sécurité, la réorganisation de la mairie.
    J’ai voté contre le tout-tourisme, contre le laisser-aller.

    Reprenez vous !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s