Lutosa: la mémoire qui flanche


Ce matin, la Dépêche, en veine d’inspiration, exhume  un dossier vieux de trois ans au moins: celui du bar-restaurant Lutosa. L’histoire d’un commerce que la gauche avait tenté de sauver et au final réussi à conserver. Un traiteur s’y est installé… Elle feint de découvrir que le dernier conseil municipal de Moissac a décidé fin 2015, d’effacer une ardoise de quarante mille euros. Une créance de l’ancien propriétaire que la ville  aura en effet bien du mal à recouvrer, sauf à s’abîmer dans d’interminables procès.

Le journal de la démocratie est soucieux de l’argent public! Il va, chacun le sait, au fond des choses. Et donc pour établir les responsabilités, son enquête le conduit tout droit dans l’étude d’un notaire, qui bien que retiré des affaires, tente encore de donner de la voix. Et l’imprécateur de creuser sa mémoire.

Du coup, le voilà qui reprend sa campagne, là où il l’avait laissée en 2014, Quand il n’avait pas de mots assez durs pour condamner la gestion Nunzi. Normal, il était en service commandé de la maison Baylet. Le hic, c’est qu’alors le notaire était l’adjoint aux finances, et le resta jusqu’au bout du mandat. C’est donc lui qui était en charge du dossier Lutosa . Il est aujourd’hui bien mal venu pour faire la leçon à quiconque… J’ai la mémoire qui flanche disait la chanson!

Une réflexion sur “Lutosa: la mémoire qui flanche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s