On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre


Les commerçants du marché de Moissac ne sont pas contents. Ils vont être reçus aujourd’hui mardi 3 mai à la mairie. Voilà des semaines, voire des mois que le feu couve sous les parapluies des Récollets. Les commerçants estiment ne pas avoir été associés à la nouvelle organisation du marché qu’ils jugent préjudiciable à leurs intérêts. De leur coté, les chalands ont constaté un dépérissement inquiétant du marché du samedi que la mauvaise saison ne saurait seule expliquer.

Mais la grogne croissante des commerçants se nourrit surtout de la politique tarifaire de la mairie. Elle a, pour se mettre en conformité avec la loi, instauré un droit de place calculé, non plus sur le m2 occupé,  comme précédemment, mais sur le mètre linéaire. Ainsi un étal de 2 mètres carrés, soit 2m par 1, voit désormais sa redevance calculée sur la base de son périmètre réel, soit 6 mètres. Certes la mairie a baissé les tarifs comptant ainsi retomber sur ses pieds. A l’évidence, le calcul n’était pas bon. Nombreux sont les commerçants qui payent aujourd’hui 2 à 3 fois ce qu’ils payaient avec l’ancien système. On peut comprendre leur colère, d’autant que dans les villes voisines, Castelsarrasin, Valence d’Agen, ils payent beaucoup moins cher!

Interrogé par nos soins lors du dernier Conseil municipal, le maire tente de défendre son système, expliquant au passage qu’avec son équipe, il n’y a plus de passe-droits. Tout le monde serait traité de la même manière. En creux, il laisse entendre que les « râleurs » sont ceux qui avaient su passer à travers les gouttes. Quant à la dégradation du marché, qui s’étiole, répétons-le, J M. Henryot annonce un bilan quand la saison battra son plein!

En attendant, le climat ne s’améliore pas entre les étals. Il est temps que la mairie renoue le contact avec les commerçants, leur explique sa démarche, accepte de peser les situations individuelles. Nous avons plaidé en vain pour qu’elle fasse un peu de pédagogie. On n’impose pas un système, on cherche d’abord à en convaincre les acteurs principaux du bien fondé. Et si la ville de Moissac veut développer son marché, son marché de bouche car c’est celui là qui en fait la réputation, il faudra qu’elle se compare à ses voisines, qu’elle sache prendre en compte un environnement qui dans ce domaine aussi, est concurrentiel.

On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. L’animation d’un marché ne se réduit pas à un geste comptable. Il faut savoir courtiser les commerçants, offrir aux chalands des produits de qualité, mais aussi un espace de convivialité, débarrassé des voitures, favorable aux échanges et aux rencontres. Il est peut être grand temps que la municipalité ose une vraie table ronde, réunissant commerçants sédentaires et ambulants, producteurs, simples moissagais et élus afin de trouver les voies et moyens pour redonner à ce marché le rôle qui fut le sien.

3 réflexions sur “On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre

  1. monsieur HENRYOT veut faire un bilan plus tard? A force de reporter un bilan, le jour où il se réveillera, ce sera trop tard pour notre ville. Quelle lenteur désespérante dans son action! Qelle équipe de droite désespérante! Désespérante de ne pas agir vite et fort. Désespérante par son manque d’idée directrice, d’esprit novateur. Et où est passée cette démocratie participative madame Baulu? Nous devons exiger dès maintenant les premiers résultats : emplois, entreprises, richesse, délinquance. Quels sont les chiffres après 2 ans de droite?

    J'aime

  2. Je suis allé au marché de Castelsarrasin pendant les vacances. Cela faisait longtemps que je n’y étais pas allé. La saison à Castel ne bat pas son plein, mais le marché y est impressionnant ; ça me faisait mal au coeur pour Moissac ! Ce n’est pas le petit marché de village qu’on trouve à Moissac. Du coup à Castel, un monde fou dans les rues et les terrasses des cafés pleines !
    J’ai lu qu’une place de marché à Moissac revenait au double par rapport à Castel ! Je comprends que les commerçants/maraîchers ne viennent plus à Moissac ; je ferais la même chose.
    Le marché à Moissac périclite et Henryot veut faire un bilan plus tard, mais c’est TOUT DE SUITE qu’il faut agir pour redonner un peu de prestance au marché du weekend.
    Comme on dit familièrement, il faut se sortir les doigts !

    J'aime

  3. Il ne faut jamais femer les yeux sur un problème, mais surtout il faut agir vite, ne pas tergiverser, et mettre le paquet : tout le contraire de la HENRYOT family. Et au fait, il sont où les responsable des agriculteurs et de l’économie? En vacances?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s