Les grandes vacances du Conseil municipal


Moissac aurait-elle pactisé avec le diable ? Se serait-elle accoquinée avec ce gouvernement socialiste si vilipendé ? La municipalité de droite pourra-t-elle encore pleurer, toute mauvaise foi ravalée, sur ce pouvoir accusé un peu rapidement de vouloir étrangler les communes ? Le dernier congrès des maires de Tarn et Garonne, fut l’occasion pour la députée socialiste Valérie Rabault, rapporteur du budget à l’Assemblée nationale, de montrer, chiffres à l’appui, que de 2012 à 2016, les communes du département, avaient bénéficié d’une hausse de 30% des subventions d’ investissement de l’Etat. Et ça continue! Le Conseil municipal de Moissac, le dernier avant l’automne, en a apporté si besoin était, l’éclatante confirmation.

Potion magique

Ainsi, ce sont près de 4 millions 140 000 euros que l’Etat pourrait offrir dans les années qui viennent à la ville de Moissac. Du jamais vu ! Ces subventions qui ne sont pas encore attribuées, précisons-le, sont un des fruits du Contrat de ville signé avec le gouvernement, qui prévoit des aides substantielles pour l’hyper–centre et le quartier du Sarlac. Elles sont aussi le résultat d’une politique nationale qui entend accompagner les projets de développement et d’amélioration du cadre de vie. Moissac est semble-t-il tombée dans la marmite !

Le tribunal

Du coup, le « Musée site » de l’Abbaye de Moissac reprend des couleurs, un projet lancé naguère par Jean Paul Nunzi, évalué aujourd’hui à plus de 4 millions d’euros à lui tout seul. Du coup, avec l’aide de l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine), une étude sur le logement, sur l’urbanisme et sur l’économie locale, va pouvoir être lancée, et dessiner un projet urbain pour les 10 ou 15 ans à venir. Objectif, entre autres, la rénovation du Tribunal ! Du coup, la réhabilitation de la Rue de l’inondation dont le financement n’était pas assuré, pourrait trouver avec l’Etat son bailleur de fonds. Du coup, même les religieuses vont goûter au fruit défendu. La maison du Patus, devenue maison des pèlerins, pourrait être financée à 70% par des crédits octroyés par le gouvernement. And last, but not least, la rue de Paris devrait à son tour bénéficier de la manne étatique.

Merci patron

La droite ne chante pas, pas encore, « merci patron ». Mais elle est bien obligée de reconnaître, que la période pré-électorale aidant, le gouvernement Valls sait accompagner les projets de développement. On ne va pas s’en plaindre. Si tout cela va au bout, c’est Moissac, sa population, qui en bénéficieront. Nous avons donc voté ces délibérations. Sauf une, la maison des nonnes, qui procède d’un choix idéologique dont peu de gens à Moissac ne perçoivent l’intérêt.

La foi du charbonnier

Et l’hôpital ? Tout va bien nous dit encore le maire dans une déclaration lue par sa première adjointe. Jean Michel Henryot était absent pour cause de réunion urgente. Certes, il admet avoir découvert au dernier moment l’arrivée au sein du GHT (Groupement hospitalier de territoire) des hôpitaux de Caussade, Négrepelisse et Valence d’Agen. Certes, il dit avoir émis des réserves sur les modalités de répartition des sièges au sein de la Conférence médicale d’établissement (CME) En l’état, Montauban serait totalement majoritaire. Certes, il aurait demandé la réécriture de la Convention. Et malgré tout, il se déclare confiant et serein. Foi du charbonnier ?  Il a, dit-il « des assurances ». Nous pas !

Pour y voir clair dans ce dossier bien embrouillé, nous avons demandé la tenue d’un Conseil municipal extraordinaire sur l’hôpital. Nous aurons juste droit à une réunion publique. Mieux que rien! Où ? Quand ? Comment ? Sa réponse ne le disait pas et son équipe était bien en peine d’en dire plus.

Vive les vacances!

3 réflexions sur “Les grandes vacances du Conseil municipal

  1. Tout comme le patrimoine d’une commune qui est une richesse, les subventions acquises pour la rénovation de ce patrimoine, le sont aussi puisqu’elles y sont rattachées. La municipalité ne pourra plus dire que Moissac est une ville pauvre, car il ne devrait plus y avoir de quartier pauvre quand les travaux de rénovations seront terminnés..
    A noter quand même, que beaucoup des projets qu’ils vont terminer, sont des chantiers mis en place par Jean Paul Nunzi, Ill faut rendre à Cézar ce qui est à Cézar La municipalité ne nous montre ps encore ses propres projets.

    J'aime

  2. Cette municipalité n’a de droite que le nom.
    Elle ne fait qu’entériner les projets de gauche qu’elle a trouvé dans les tiroirs, elle se complait dans encore plus de social, et le pire de tout, ne tient pas ses promesses de campagne et trahit ses électeurs qui espéraient un changement de fond. Est-ce la faute du capitaine du navire qui n’est qu’un capitaine de pédalo ? Est-ce la faute des matelots qui ne sont pas à la hauteur ? Ce doit être un peu des deux , avec un maire qui n’ose rien, des adjoints qui protègent leur poste, des conseillers qui ne servent à pas grand chose.
    Pour avoir parlé au précédent maire il y a quelques semaines, les HLM de la côte des Lièvres, le musée, la rue de l’inondation, l’office de tourisme, le musée, tous ces projets sont ceux de la précédente équipe.
    Moi qui ai voté à droite, cette équipe me déçoit, décoit tous les moissagais. Henriot, c’est notre petit Hollande local : mal préparé, mal entouré, sans odeur, sans saveur, sans idée, sans communication : un petit maire…
    Moi qui est voté à droite, je suis déçu, j’en viens à regretter la gauche, ou à lorgner FN.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s