Tourisme: changer de logiciel


Il y en avait trois, il en restera deux. Deux offices de tourisme sur la communauté de communes, Terres de Confluences. Exit Saint Nicolas de la Grave ! Dans le cadre de la loi NOTRe, les six communes ont décidé de procéder par étapes. Dans un premier temps et compte tenu de son intérêt touristique, Moissac va conserver son office. Terres de Confluences va donc créer le sien qui disposera d’un budget intercommunal.

Mais courant 2017, un schéma de développement économique et touristique devrait voir le jour. Les 22 communes (elles sont 6 actuellement) vont se doter d’un Office de tourisme unique, en charge de la promotion de tout le territoire intercommunal. On est donc bien dans une organisation transitoire qui va compliquer encore la tâche des professionnels du secteur.

Pourquoi ces étapes, pourquoi ces rapports intermédiaires, ces négociations entre structures, alors qu’il aurait été plus simple d’attendre le 1° janvier 2017, date de la mise en place de la nouvelle intercommunalité (cliquez ici ) pour fusionner les offices ? On le sait, les réorganisations, les restructurations sont chronophages et anxiogènes. Pendant qu’ils font de l’organisation, les Offices ne font pas leur métier, vendre les territoires et faire venir des visiteurs.

Et pourtant, il y a nécessité ! Dans son rapport, le bureau d’études en charge de préparer ce petit chambardement, dresse un constat sans concession : « l’offre d’activité, d’hébergement, de services ne suffit pas pour retenir la clientèle de passage… et le tourisme vert est sous valorisé » On ne saurait mieux dire !

Il y a longtemps que nous mettons le doigt sur ce problème. Moissac a du mal, aujourd’hui encore, à parier sur cet axe de développement économique. Tout se passe comme si la commune vivait le tourisme comme une contrainte, au mieux comme un pis-aller. Depuis longtemps, nous disons que le tourisme est une activité économique à part entière, qu’il faut organiser, renouveler,  qui doit répondre aux attentes du public. Dans la nouvelle économie touristique, le patrimoine ne peut pas être qu’un produit d’appel. Nécessaire mais pas suffisant ! Il faudra une mobilisation des énergies, des forces vives du territoire,, s’entourer des conseils les plus avisés, importer ce qui marche ailleurs pour sortir de l’impasse. Au delà du travail des offices, il faudra, il faut (ça manque) une vision, une volonté politique. Changer le logiciel!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s