Conseil municipal: de la Com-Com à F. Bouisset


Un seul point à l’ordre du jour du Conseil municipal de Moissac . Un conseil exceptionnel en ce mois d’octobre pour adopter la nouvelle répartition des conseillers communautaires. Votée à l’unanimité.

Le 1° janvier, notre intercommunalité, « Terres de confluence » s’appellera « Terres des confluences » Le distinguo est subtil, mais nécessaire, car le 1° janvier, ce ne sont plus 6 communes mais bien 22 qui vont intégrer la structure communautaire. Près de 40 000 habitants, et une nouvelle gouvernance ! Il y aura donc dès les premiers jours de 2017, une nouvelle élection afin de désigner le nouveau président et le nouveau bureau de l’intercommunalité qui au passage va hériter de nouvelles compétences.

L’enjeu n’est pas mince. Il fallait donc, afin de pouvoir procéder à cette élection, déterminer le nombre de conseillers, représentant chacune des communes. Les 22 maires sont finalement tombés d’accord sur une répartition qui comme de juste fait la part belle à Moissac et Castelsarrasin. 15 conseillers communautaires pour chacune des villes. La Villedieu du temple en aura 3 et Saint Nicolas de la grave 2. Toutes les autres auront droit à un seul conseiller. Au total, Terres des confluences sera gouvernée par un collège de 53 conseillers, qui éliront donc en leur sein le président et le bureau.

Si l’on en croit radio couloir, Bernard Garguy, maire de Lizac et actuel président très consensuel, devrait conserver son fauteuil, Moissac et Castelsarrasin ne souhaitant pas afficher une hégémonie qui pourrait fâcher les petites communes et les nouveaux entrants. Il est vrai aussi que Jean Michel Henryot et Jean Philippe Beziers sont grandement occupés par leurs responsabilités au sein du Conseil départemental et ne sauraient briguer de nouvelles responsabilités sauf à passer pour d’impénitents cumulards.

Questions diverses

Cela n’a pas empêché l’opposition de gauche, le FN était une fois de plus totalement absent, ce qui prouve s’il en était besoin son désintérêt absolu pour la vie de notre commune, de poser quelques questions diverses.

Cantines scolaires

La nouvelle organisation fonctionne et les impayés sont peu nombreux (5 familles au dernier pointage). Un logiciel a été acheté par la commune qui permettra dès le mois de décembre, le paiement en ligne.

Aire de camping-cars

La mairie fait état de la satisfaction des usagers (proximité de la ville, qualité des services…) Mais admet qu’il est un peu tôt pour dresser un bilan complet. Elle constate cependant que septembre a été un bon mois en termes de fréquentation et espère que la tendance se poursuivra en octobre.

Moissac ville amie des enfants.

Et de Montauban qui refusait jusque là d’accueillir dans ses écoles les enfants de la communauté des gens du voyage. A l’évidence, ça dépare dans le tableau et le maire de notre ville ne cachait pas son embarras devant nos demandes d’explications. Pour couper court au débat, il a affirmé que désormais, sous la pression de l’UNICEF, Montauban, allait changer d’attitude. A suivre !

Firmin Bouisset

Voici la question que nous avons posée :

« Après avoir drastiquement réduit les subventions à l’Association pour un musée Firmin Bouisset, vous venez dans un récent courrier d’opposer une fin de non recevoir à ses propositions, notamment d’ouvrir un lieu passerelle offrant une visibilité nécessaire à la construction du dispositif global. C’est l’épilogue d’une mauvaise comédie qui dure depuis des mois et des mois et qui semble vouloir tirer un trait sur un projet qui aurait renforcé l’offre culturelle et touristique de Moissac. Un projet qui n’a besoin pour démarrer que d’un lieu visible, permettant l’ouverture au public et de la bonne volonté des bénévoles de l’association. Un local, l’ancienne trésorerie, avait semble-t-il été trouvé. Vous dites maintenant vouloir lui donner, avec la Communauté de communes qui ne semble pas au courant, une autre destination. Qu’en est-il réellement? Firmin Bouisset, l’enfant de Moissac, n’avait pas de son vivant réussi à monter dans sa ville un musée. Un siècle plus tard, les esprits ne semblent guère mieux disposés. A moins que dans cette affaire, les questions de personnes prennent le pas sur l’intérêt du projet! »

A l’évidence, le propos a agacé le maire. On le comprend, il n’aime pas qu’on appuie là où ça fait mal ! Il a bien fallu qu’il monte au front, un peu seul il est vrai ! Et toujours le même discours : « Certes ce projet est intéressant, mais on ne peut pas tout faire, on a proposé un local à l’association qui permettrait de comptabiliser ses dépenses d’eau et d’électricité (on est prié de ne pas rire)… On ne peut pas lui mettre à disposition l’ancienne trésorerie, car on a avec la COM-COM un projet de centre de télétravail… » C’est nouveau, tellement nouveau que B. Garguy, le président de la dite COM-COM n’est pas au courant !

Bref, force est de constater que la mairie ne veut pas d ‘un projet susceptible d’enrichir l’offre touristique, culturelle et économique de la ville. Elle se réfugie derrière de piteux arguments financiers qui ne tiennent pas quand on sait que ce projet est de moyen terme, et qu’il ne sollicite pas d’autre aide que la mise à disposition d’un local, visible, accessible au public, permettant de préfigurer ce que pourrait être un Centre Firmin Bouisset, un musée et au delà un pôle pédagogique et d’animation économique.

Nous avons demandé au maire des réponses claires, car la culture, l’économie culturelle (et oui la culture est un secteur économique à part entière) ne sont visiblement pas la tasse de thé de la droite moissagaise. La Bobine qui permet aux Moissagais et aux autres de voir des films de qualité est sur le point d’interrompre ses activités faute d’un soutien affirmé de la mairie. Même chose pour Organum dont le rayonnement dans le domaine des musiques du Moyen-âge est international.

L’opposition de gauche a, in fine, demandé des clarifications rapides. La mairie doit, c’est bien le moins, répondre aux associations, à celle de Firmin Bouisset. Les atermoiements, les faux semblants ont assez duré. Le maire a clos le débat d’un lapidaire : « Ce n’est pas ici qu’on va donner des réponses » A bon entendeur…

5 réflexions sur “Conseil municipal: de la Com-Com à F. Bouisset

  1. A force, on va s’appauvrir dans ces villes et en partir…. un peu de culture (et de hauteur!) ferait beaucoup de bien à Moissac ! A la place, marteaux piqueur, rond point, travaux poussiéreux et saoulant. Franchement, ça doit coûter un bras et finalement ça nous apporte quoi ? … je n’aime pas la poussière et le béton 😉 Aujourd’hui dans une ville moyenne comme Moissac , il est essentiel je crois, de trouver des moyens et des idées qui donnent envie aux locaux et aux touristes d’entrer dans la ville. A Moissac, on a la matiere ! L’idée d’un musée Firmin Bouisset est belle et intéressante. Cet artiste mériterait un lieu prestigieux (je vois bien un lieu derrière le musée , là où se trouve la crêperie …). Avec le jardin, ce serait top ! En plus, cela apporterait, il me semble, un plus non négligeable à notre ville. D’autant plus qu’on a la chance d’avoir des personnes déjà mobilisées sur ce projet … Il faut songer à tout ce qui pourrait se faire autour : Le travail avec les écoles, avec les producteurs locaux, des concours… (Un peu sur le principe de ce qu’il se fait au centre d’art contemporain de Negrepelisse..) Bref, utiliser l’art pour mobiliser et s’enrichir… On en a besoin plus que jamais. Et la Bobine ? Un autre volet culturel sacrifié ! Pffff… c’est navrant…

    J'aime

  2. On ne sait pas où la municipalité place l’intérêt touristique de la ville. Pas au bon endroit çà on l’a compris. Un musée Firmin Bouisset à Moissac serait assurément un plus.
    D’autres communes ont tentée l’expérience Musée « les aventures de Tintin » au château de Cheverny par exemple , et çà marche du tonnerre. Alors pourquoi avons nous une municipalité si tatillonne et si peu entousiaste à élargir le phénomène culturel qu’offrent un musée Firmin Bouisset ou l’association « La Bobine ».
    Peut être ne connaissent ils rien à la culture!

    J'aime

  3. « Quand tu ne sais pas comment dépenser l’argent des autres, crée un musée ». G B Dhonovan

    « Avec un musée, tu égayes les 20 prochaines années de ta retraite et tu laisses l’ardoise aux enfants » J. MATHIAS
    Encore de l’argent qui ne profitera pas aux moissagais, car les moissagais qui vivent du tourisme, je n’en connais pas beaucoup. Marre de donner tout mes impôts pour de la culture.

    J'aime

    • Le tourisme amène des capitaux, le visiteurs de musée sont des potentiels et peut être des futurs habitants.
      Le tourisme, fait vivre les hôtels, gites, maison d’hôtes, restaurants, agriculteurs louant gîtes et chambre d’hôtes, tous. les magasins, les marchés, toutes ces personnes qui comme vous payent des impôts et que le tourisme aide à les payer.
      Si on ne fait rien pour donner l’envie de vivre à Moissac et d’y rester à ceux qui y viennent en visite, la chance, peut être infime, mais peut être réelle, de voir des personnes créer des entreprises ne naitra pas.
      Alors le tourisme coûte cher, oui, mais il est source de créativité, alors que l’on voit certaines dépenses faites pour d’autres raisons mais ne ramènent pas grand chose à la ville.
      Si aujourd’hui les commune essayent d’attirer les touristes, c’est qu’il y a une bonne raison.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s