Le mystère de Montjoi


A Montjoi, au deuxième tour de l’élection présidentielle, le FN a obtenu 57% des suffrages exprimés. Un vrai carton dans cette petite commune des bords de Séoune qui compte à peine 170 habitants. Un presque record dans ce Tarn et Garonne qui s’est distingué, à l’exception de Montauban, par un vote important en faveur de Le Pen. On a coutume de dire que ce département n’a pas d’image. Il en a trouvé une ! Pas la meilleure hélas ! Mais quelle colère a donc piquée les Montjoviens ? Auraient-ils confondus Marine et marines que peint C. Eurgal, l’artiste maire de la commune ?

Le parti d’en sourire n’interdit pas de chercher à comprendre, le sens et surtout les motivations de ce vote. Montjoi, c’était d’abord dans le haut Moyen-âge un tas de cailloux, un toponyme désignant un site particulier près d’une voie commerciale. En guise de tas de cailloux, les touristes qui aujourd’hui poussent jusque là découvrent une bastide magnifiquement restaurée, bénéficiant d’un point de vue à 360°. Ici tout est calme, reposé, comme plongé dans cette torpeur satisfaite qui suit des agapes un peu trop arrosées. Ici l’argent coule à flot. La mairie vient de construire un gite communal qui ferait pâlir d’envie bien des clubs de vacances. Ici la mairie s’offre une deuxième salle des fêtes, pour la bagatelle d’un million d’euros, ce qui rapporté à la population représente un investissement assez monstrueux.

Montjoi peut en effet compter sur sa bonne étoile. J.M Baylet, le ci-devant ministre qui siège au Conseil municipal lui octroie sans faiblir la manne de la Communauté de communes des deux Rives qu’il préside. La région, le Département et bien sûr l’Etat apportent le reste. Les Montjoviens, de riches retraités et des agriculteurs à leur aise, échappaient il y a peu aux impôts locaux. Une situation tellement exorbitante que le Préfet du département a dû y mettre bon ordre, afin de rétablir l’égalité républicaine. On imagine la souffrance !

Comment comprendre que dans ce monde de carte postale, se développe quelque chose qui ressemble au syndrome de l’assiégé ? Comme si de fantomatiques menaces rodaient sur le chemin de ronde de la Bastide. Dès lors, tout nouveau venu est un étranger qui dérange et vient semer le trouble dans la petite communauté repliée derrière ses murs. Image frappante de cette France frileuse qui voudrait rétablir les frontières, construire des barrières pour mettre à l’abri une prospérité qu’elle ne veut pas partager. Pour vivre heureux, vivons enfermés !

Probablement que ces considérations rapides n’épuisent pas totalement le sujet. Ce cas d’espèce mériterait une étude plus poussée, le secours d’un sociologue peut-être pour débusquer les raisons profondes de ce vote, pour lever le mystère de Montjoi.

 

Nota bene :

Montjoi mérite cependant le détour. Tout comme ces lieux : « Art27 galerie » qui propose aux amateurs les œuvres d’artistes reconnus, « La Grange de Truffes » une brocante extraordinaire, ou encore, « Les Bleus d’Occitanie » où l’on travaille le pastel.

 

 

 

 

Une réflexion sur “Le mystère de Montjoi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s