En marche, à reculons…


Les choses sont désormais tristement claires. Alors que le grand ordonnateur des candidatures, J.P. Delevoye, explique à Paris qu’une, qu’un candidat qui met par exemple le sigle PRG sur ses affiches, ne peut se prévaloir de l’appartenance à la majorité présidentielle, Sylvia Pinel, ex ministre, reçoit le renfort d’un nouveau collègue. Quelle audace! Mais cela sent l’investiture officielle. Elle annonce en effet pour sa réunion, jeudi prochain à Moissac,  la venue de Jacques Mézard, ministre de l’agriculture, celui-là même qui a négocié pour sa patronne radicale une petite place au soleil macronien. Bonne opération à priori puisque si les sondages ne se trompent pas, La REM (République en marche) devrait bénéficier d’une vague de fond comme rarement vue sous les ors de la V° république. Autant dire que le badge macron vaut élection ou presque!

Décidément dans ces « terres radicales » comme aime à le dire le quotidien régional, au pays des faux semblants, la politique demeure une affaire de copains, de cercles, de loges, de groupes de pression, experts dans l’enfumage, et le clientélisme. Pour le renouvellement vous repasserez. Macron avait promis la fin des vieilles pratiques, l’émergence d’une génération politique nouvelle. C’est peut-être vrai ailleurs, mais pas en Tarn-et-Garonne. Ici on recycle, ad vitam aeternam! Ici on sert du réchauffé! Ici on fait dans la tambouille électorale! Et le pire c’est que ça marche… que ça pourrait marcher. Heureusement, c’est aux électeurs de trancher!

Que reste-t-il de ces marcheurs, ces joyeux militants qui ont fait la campagne du Président? Sont-ils tous d’accord avec ces petits arrangements de maquignons, eux qui rêvaient comme dit la chanson « d’un autre monde »?  En attendant, c’est officiellement silence radio. Certains, par conviction ou discipline, font du côté de Montauban la campagne de Pierre Mardegan, Cet ancien protégé de Brigitte Barrèges, membre de la majorité départementale derrière Christian Astruc, lui même ancien de l’équipe Baylet  (vous suivez?) devient, à son insu de son plein gré, le meilleur adversaire de Valérie Rabault, la députée sortante, dont le travail à l’Assemblée nationale est unanimement salué. Haro sur Rabault! Sus aux socialistes! Voilà le programme commun de ces messieurs-dames! Faut-il donc redire ici que notre département a besoin d’une députée compétente, dévouée, investie dans le territoire, portée par de solides convictions sociales? Nous avons besoin de Valérie Rabault. Il faut voter et faire voter Rabault!

Mais que reste-t-il de ces quelque 1500 marcheurs revendiqués dans le département, sommés aujourd’hui de faire silence. Tais toi et marche! Tous ceux qui ont accompagné Macron dès le début sont retournés à leurs affaires. Dépités, en colère surtout! Et si chacun a bien compris qu’ici « le changement ce n’est pas pour maintenant », nombreux sont ceux qui sur les réseaux sociaux, annoncent que dans l’isoloir, ils mettront leurs convictions en conformité avec leur bulletin. Le Mouvement a soudain pris un sérieux coup de vieux. Saura-t-il trouver les voies et moyens de reprendre sa marche?

 

 

 

Une réflexion sur “En marche, à reculons…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s