Nos vieux


Les personnels des EHPAD dénoncent leurs conditions de travail. Ils ont raison. Les pensionnaires de ces établissements pourraient probablement faire chorus, et dénoncer à leur tour la manière dont on les traite, voire les maltraite. Bien entendu, il ne s’agit pas de mettre tous les établissements dans le même sac, encore moins de jeter la pierre à des soignants qui font ce qu’ils peuvent dans un univers que la société tient aussi longtemps que possible à l’écart. Sauf quand la question se pose, quand les parents vaincus par l’âge deviennent un fardeau impossible pour leur descendance.

Il en va de même pour les hôpitaux psychiatriques, dont le journal le Monde soulignait il y a quelques jours la grande misère. Pas assez de lits, pas assez de personnels soignants, le retour sournois, pour reprendre la forte parole d’un infirmier « du garde-fou »…

Il en va de même pour les prisons, vétustes, surpeuplées, où les matons, faute d’effectifs suffisants et de reconnaissance professionnelle, se sentent souvent aussi enfermés que les détenus.

EHPAD, hôpitaux psychiatriques, prisons, trois lieux d’enfermement, de relégation où la société croit se débarrasser à bon compte de ceux qui sont hors norme, aux confins d’une vie d’homme, de tout ce qui freine sa frénésie productiviste et consumériste. Les vieux, les fous, les prisonniers, trois images d’une marginalité que notre société si soucieuse du respect des droits de l’homme, peine à intégrer dans ses préoccupations premières.

Et pourtant, il y a urgence ! Il faudra bien consentir des efforts, de gros efforts financiers pour améliorer la vie, les vies de cette humanité en souffrance, personnels et pensionnaires, dont le sort est intimement lié. Il faudra aussi, en même temps, mobiliser les intelligences, consentir peut-être à l’impopularité sur les réseaux sociaux, pour porter un autre regard, inventer d’autres solutions aux lourdes, très lourdes questions que nous posent la vieillesse, la folie, la délinquance.

Dans les années soixante, la psychiatrie, la prison, grâce à des intellectuels comme Michel Foucault étaient l’objet d’un questionnement en profondeur, d’initiatives audacieuses, novatrices, soucieuses de l’homme dans toute sa complexité. La société en parlait, en avait fait un sujet. Aujourd’hui elle se tait et quand la question devient cuisante, se réfugie derrière des livres comptables. Ouvrons les yeux ! Interrogeons-nous ! Pour revenir à des considérations beaucoup plus locales, est-il normal (quel drôle de mot), qu’il ait fallu presque 20 ans pour finaliser le dossier de la reconstruction de l’EHPAD  de Castelsarrasin ? Nos vieux en restent cois !

« L’homme est une invention dont l’archéologie de notre pensée montre aisément la date récente. Et peut-être la fin prochaine. » Michel Foucault.

 

 

 

 

Une réflexion sur “Nos vieux

  1. J’adhère pleinement à cet article et je vous remercie de l’avoir écrit…ayant été récemment témoin de cette grande misère à l’EHPAD…témoin et partie prenante pour dénoncer des agissements inacceptables…agissements qui seront, avec beaucoup de réticence, qualifiés de dysfonctionnements regrettables…Amen!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.