Le prix de la colère paysanne


Les paysans ont gagné. La carte des zones défavorisées sera revue et corrigée. Mais les traces du conflit sont encore bien présentes sur les routes, aux carrefours, devant les immeubles officiels. Le montant des dégradations est inconnu à ce jour et ne sera jamais établi. Qui s’en préoccupe d’ailleurs ? Le coût de la remise en état du mobilier urbain, du nettoyage des chaussées, de l’évacuation des détritus, tas de fumier, et autres montagnes de pneus calcinés ne sera jamais rendu public. Tout se passe comme si les agriculteurs bénéficiaient de tous les passe-droits, comme si leur responsabilité n’était jamais engagée, la cause défendue fût-elle légitime ! Tout le monde se tait, les pouvoirs publics en tête, les ténors politiques tout à leurs petits calculs boutiquiers,  les élus locaux qui ne veulent se fâcher avec personne, les médias qui font leurs choux gras du spectacle de ces jacqueries… Etrangement, la société n’a pas les mêmes tolérances, ne manifeste pas les mêmes complaisances quand les salariés condamnés au chômage manifestent bruyamment leur désespoir. Les « pères la morale » si prompts à « ouvrir le débat » sur toutes les antennes de France et de Navarre, seraient bien avisés de s’interroger sur l’image, sur les signaux que de telles pratiques envoient à toutes les composantes de la société et singulièrement à sa jeunesse.

On peut comprendre et même partager la colère paysanne. Mais on peut aussi attendre de citoyens engagés, d’organisations professionnelles responsables qu’ils assument totalement les conséquences de leurs actes. Nettoyer, réparer, effacer les traces de leur combat, légitime au demeurant dans ses objectifs, mais préoccupant dans les formes qu’il a adopté depuis des lustres. Pourquoi les collectivités territoriales, donc les contribuables, devraient-ils faire les frais de cette grogne sectorielle alors que très majoritairement, ils soutenaient le mouvement ? La réponse à cette question ne viendra pas, la neige ayant providentiellement installé son silence ouaté sur nos campagnes. Il neige. Et déjà dans les médias ils sont nombreux à demander qui va payer la facture !

3 réflexions sur “Le prix de la colère paysanne

  1. On ne peut que les soutenir,leurs revendications sont légitimes,mais ils cassent, ils brulent toutes les saloperies qu’ils ont entassé et qui paye les dégats?Quant tu penses que si tu fais brûler des feuilles ,tu prends un manche …

    J'aime

  2. Les ouvriers des usines General d’Amiens ont été condamnés à de la prison avec sursis pour 4 malheureux ordinateurs passés par les fenetres.
    Deux poids deux mesures. En plus les paysans votent à droite voire à l’extreme droite.

    J'aime

  3. Mais ne vous inquiété pas la facture, ils vont la payer, les agriculteurs payent des impôt tout comme n’importe quel contribuables, Mais il va la payer plus car dans ses impôts, ses charges sociales et tous les prélèvements dont ils sont soumis (ce que le contribuables ordinaire n’a pas) ils contribuent à la remise en état des dégradations de toutes sortes à travers ses prélèvements dont certains sont très opaques..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.