Firmin Bouisset revient !


L’entrée de l’Office du tourisme intercommunal

Il est là, à Moissac, à l’Office de tourisme intercommunal (OTI), toujours aussi jeune avec sa manière bien à lui de faire de la réclame, toujours aussi moderne dans son dessin, dans les couleurs de ses affiches. Toujours aussi proche de nous ! C’est miraculeux. Firmin Bouisset réveille en nous des choses de l’enfance, il ressuscite des petits bonheurs qu’on avait oubliés. Il est la madeleine qu’on dévore des yeux, pour mieux se rappeler nos histoires de sortie des classes, quand à l’heure du goûter, on s’offrait de petits frissons avec de bien innocentes bêtises.

L’association « Pour un musée Firmin Bouisset » n’a donc pas désarmé. Et c’est tant mieux ! Cette année, la mairie n’a pas daigné lui donner un centime de subvention, confirmant du même coup son désintérêt pour l’artiste moissagais, et son hostilité au projet que porte l’association et sa présidente. Incompréhensible ! Comme si Moissac, le territoire, pouvaient se passer du grand homme et de ce que sa vie et son œuvre racontent.

17 créations de Bouisset exposées dans les locaux de l’OTI… comme une esquisse d’un dessein plus grand

Reconnu à l’égal des plus grands affichistes du siècle dernier, Bouisset rêvait d’un musée, dans cette ville où il naquit au moulin du Bidounet. Les édiles de l’époque lui opposèrent déjà une fin de non-recevoir. Puis, un professeur et historien local, Henri Ena, aujourd’hui disparu, se fit le chantre de ce projet. Bien seul ! Annie Claude Elkaim qui le rencontra sur le tard reprit l’affaire là où elle en était : au point mort. Avec une petite et fine équipe, elle se mit à la tâche et présenta à tout ce qui fait autorité dans cette ville et dans ce département, le projet d’un Centre Firmin Bouisset. Mieux qu’un musée, un lieu de rencontre et d’étude autour des arts graphiques et de la publicité. Une ambition pour ce territoire, l’occasion d’en enrichir l’offre culturelle et touristique. Peine perdue. A Moissac, la majorité municipale ne veut pas en entendre parler.

Il n’empêche, l’association possède à ce jour une impressionnante collection des œuvres de Firmin Bouisset. Elle gère un patrimoine qui prend chaque jour un peu plus de valeur. Elle poursuit même sa politique d’acquisitions, et fait connaître ici ou là l’artiste et ses créations. Elle veut encore croire à la possibilité d’un musée…  Demain ! Laissons donc le dernier mot à Paul Verlaine : « L’espoir luit comme un brin de paille… »

Firmin Bouisset en livre.  » La pub un jeu d’enfant ». Annie Claude Elkaim. Editions Privat

 

Une réflexion sur “Firmin Bouisset revient !

  1. Voila une bonne nouvelle, la municipalité ne soutien pas une association qui met en valeur
    l’artiste Firmin Bouisset , et cet une erreur. Firmin Bouisset fait parti du patrimoine artistique de Moissac et il est juste qu’il ai son musée.
    Il se contente pour l’instant de l’office du tourisme,
    Mais espérons que l’avenir sera meilleur, et merci à Annie Claude Elkaim de protégerde si belles oeuvres

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.