La politique en mode binaire


Voilà un petit bouquin qui aurait fait un bon « Que sais-je ? » sur l’histoire de la gauche française de la Révolution à nos jours. En bon historien, et surtout en bon pédagogue, Jean Paul Nunzi explique la naissance de cette terminologie qui a marqué au sens fort du terme, un peu plus de deux siècles politiques. Au départ, ce fut une question de places dans l’enceinte de l’Assemblée constituante en 1789 : à droite du président, les députés favorables au droit de véto du roi, à gauche les opposants.  A partir de cette topologie, se sont construits au fil des décennies deux corpus idéologiques, tout aussi hétérogènes et mouvants l’un que l’autre, le temps faisant bouger les positions, révisant les critères d’appréciation. Il en est ainsi de Jules Ferry, père de l’école laïque et chantre de la colonisation. Même chose aux USA où le Parti républicain fut d’entrée de jeu anti-esclavagiste, pour devenir scissions après scissions un partisan du maintien de l’esclavage. Ainsi vont les hommes et leurs partis !

De droite, de gauche, la caractérisation est souvent contingente et s’affirme n’en déplaise à l’auteur de l’ouvrage relativement peu opératoire en tout cas en partie disqualifiée pour juger d’une politique, voire d’une idée. Le Revenu universel, de droite ou de gauche ? Soutenu par le frondeur socialiste Benoît Hamon, l’idée procède d’un double arbre généalogique : communiste avec le philosophe André Gorz et plus anciennement libéral avec le philosophe américain Thomas Paine, auteur en 1797 d’un traité sur la justice agraire. De droite ou de gauche ?

Nous voilà ramenés au temps présent et au véritable objet de ce livre : un pamphlet contre Macron et son approche politique des grandes questions du moment. Jean Paul Nunzi dénonce à raison une société injuste, inégalitaire, sclérosée… L’héritage contemporain de Chirac, Sarkozy (de droite) mais aussi de Jospin, et de Hollande (de gauche). On n’est plus dans le « ni-ni » mais dans le « et-et » On voit bien au final que tout cela revient au même dans ce monde où le capitalisme est désormais sans challenger crédible.

Curieusement d’ailleurs, dans sa conclusion, l’auteur propose de dépasser les clivages, de s’affranchir en quelque sorte du label de gauche, par « le débat et l’acceptation du compromis pour peu que l’essentiel, les enjeux du futur, soient pris en compte collectivement » Dont acte !

« Ni de droite, ni de gauche, ça n’existe pas » Jean Paul Nunzi.  Editions Sydney Laurent. Chez l’auteur: jpnunzi@orange.fr

Publicités

Une réflexion sur “La politique en mode binaire

  1. Je lirai avec attention la thèse de jean-Paul Nunzi, ancien maire PS de Moissac sur cette fameuse démarcation gauche droite. Je pense également qu’elle regit une manière de vivre la politique au niveau local. Simplement les occasions de consensus etant plus importantes dans une commune le clivage gauche droite s’atténue au moment du vote.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.