Après les journalistes, à qui le tour?


« Souvent la foule trahit le peuple » disait Victor Hugo. Samedi après samedi, les manifestations de Gilets se suivent et empirent. Après le saccage des magasins, la destruction du mobilier urbain, l ‘incendie des voitures des particuliers, après les affrontements d’une rare violence avec les forces de l’ordre, voilà maintenant que la vindicte jaune s’en prend aux journalistes, presse écrite et télévisions confondues. Injures, menaces de viol (ce en dit long sur l’inconscient de ces groupes), menaces de mort, coups, blessures, destruction de journaux… Du jamais vu en France ! Couvrir les manifestations, c’est l’expression professionnelle pour dire faire un reportage, devient presque plus périlleux que de partir sur une zone de conflit. Les confrères sont désormais obligés d’avoir recours à des gardes du corps, Quatre ans après le carnage à Charlie Hebdo, le télescopage temporel est terrible où s’exprime encore et toujours la haine des journalistes, la volonté de museler la presse… Tous les intégrismes, toutes les dictatures s’attaquent d’abord à l’information, à la liberté d’expression. Il y a quatre ans, nous étions des millions à faire corps autour des valeurs de la République. Nous étions Charlie. Et aujourd’hui ?

Certes, la presse, nous les journalistes, ne sommes pas au-dessus de la mêlée. Nous ne sommes pas des intouchables qui échapperaient à la critique, au questionnement de nos pratiques. Cet exercice-là est démocratique. Mais les menaces de mort sont ce qu’elles disent : de la terreur pure et simple. Les confrères, les consoeurs peuvent certes porter plainte, mais cela réduit ces agressions, le climat ambiant à de simples faits divers. Précisément, ce qu’ils ne sont pas. Ces agressions, parce qu’elles visent aussi des élus, des responsables économiques, des intellectuels, sont politiques. Elles manifestent, au sens propre comme au sens figuré, un projet sociétal.  Aux pulsions de la foule, opposons une réaction de masse. Refusons tous ensemble cet engrenage qui pourrait bien être fatal à notre vivre ensemble. Disons-le, montrons-le !

Publicités

3 réflexions sur “Après les journalistes, à qui le tour?

  1. Comment pouvons nous faire, pour soutenir ceux qui représentent la république?Il n’y a que ceux qui se cachent sous des pseudos qui ont la parole sur les « réseaux sociaux ».VIVE LA REPUBLIQUE.

    J'aime

  2. « Ne vous en prenez pas à votre miroir, si votre gueule est de travers » (Gogol, Le Revizor). Le miroir que la presse nous tend n’est autre que le reflet de notre société aux contradictions convulsives. C’est précisément cette intranquilité qui nous dérange car, comme l’Antigone de Sophocle, « Personne n’aime le messager porteur de mauvaises nouvelles ». Sur ce terreau particulièrement fertile certains professionnels de la politique cultivent la haine des journalistes. La liberté d’informer, ainsi qu’en retour celle de questionner la pratique journalistique sont au cœur de l’émancipation humaine, la justice sociale, une vie digne pour tous.
    Avec mon amitié, Gérard, et mon soutien.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.