Le tourisme cahin-caha


Serions-nous en Terres des Confluences, les touristes du tourisme ? Des amateurs, des bricoleurs incapables de nous donner les moyens financiers, humains et organisationnels nécessaires à ce que d’aucuns appellent une industrie ? De crise en crise, on pourrait s’en persuader. Chacun a encore en mémoire, le départ précipité de la première directrice

lire « OTI chronique d’un gâchis »

recrutée par le tout nouvel office intercommunal (OTI) Elle avait dénoncé alors les ingérences de certains élus, la guerre sournoise mais dévastatrice que l’ex office moissagais lui livrait. Plus globalement, l’organisation générale de la structure !

On croyait que la leçon avait porté. On découvre à l’occasion des dernières réunions du Conseil d’administration que d’autres problèmes viennent doucher les enthousiasmes initiaux. A Saint Nicolas de la Grave et Castelsarrasin l’Office dispose en effet d’un bureau, tenu ici par la capitainerie du port (Jacques Cousteau), là par les bénévoles d’une association. Une situation qui n’est pas du goût de la présidente de l’OTI, Marie Josée Maurièges. Il y a trois semaines, elle met en balance sa présidence.

Certes, le département a mis à disposition des emplois d’été. De quoi soulager les volontaires. Mais après ? L’arrière-saison venue ? Rien ! Le bureau de la Communauté de communes a refusé toute rallonge budgétaire, pourtant proposée par la commission du tourisme. L’impasse ! A cela s’ajoutent des difficultés récurrentes que la nouvelle directrice ne peut à l’évidence régler seule : des logiciels instables qui perdent les informations que les personnels s’échinent à saisir et des maladies qui en pleine saison touristique perturbent le fonctionnement.

Bref, dernier CA, la présidente en titre, campe sur ses positions. Le poste est donc vacant. Stupeur dans l’assistance qui a du mal à tenir ses nerfs. Et au terme de plusieurs heures d’échanges tendus, un bureau est enfin désigné, avec comme président, un socio-professionnel, propriétaire de l’hôtel « Les crêtes de Pignols » C’est une première. Les apparences sont sauves, mais le malaise est profond.

Première conséquence, la direction de l’OTI sort déstabilisée de l’épisode, le pacte de confiance avec ses administrateurs paraissant écorné. Faute de pouvoir régler les problèmes récurrents : des outils informatiques mal adaptés aux besoins, des personnels fragiles, des objectifs pas toujours très clairs, la direction fatigue et à l’évidence se replie sur ses missions de base.

Le nouveau bureau du CA, le Conseil d’administration tout entier, ne peuvent se contenter d’enregistrer les comptes rendus d’activité sans broncher. Ils doivent préciser les objectifs, aider la direction à définir les priorités, les assortir de moyens en négociant avec la Communauté de communes. L’équipe, les salariés ont besoin de se sentir soutenus, épaulés. Ils ont, dans un environnement difficile, essuyé les plâtres. Il faut les encourager à aller de l’avant !

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Le tourisme cahin-caha

  1. Petite démonstration de la médiocrité que l’on refuse de voir.
    Quand on se dit touristique, on héberge des touristes. Hotels, camping, RBNB, etc…On les fait manger aussi…

    Le Tarn et Garonne , 253 000 habitants, 1150 chambres d’hôtel, soit 1 hébergement hôtelier tout les 220 habitants. Rassurez vous, c’est le même ratio sur les places de camping et autres hébergements…92 ème position sur les 97 départements de France ! La moyenne française est d’1 hébergement tous les 115 habitants…
    Les hautes Pyrénées, 219 000 habitants, 13 500 chambres., soit 1 hébergement tous les 17 habitants……est le leader surprenant de ce classement.
    Et quand vous savez que MIREPOIX en Ariège compte 22 restaurants pour 3 000 habitants, cela laisse rêveur…
    on a pas à Moissac de plage, de station de ski, de parc d’animation, de zoo, de site naturel qui draine 450 000 visiteurs payants comme Padirac dans le lot….
    Par contre, on ignore le taux de chômage hyper important, un taux de pauvreté minable, des jeunes invisibles si nombreux, une population autochtone qui fuit la commune; une immigration si importante. (est ce que cette mandature de droite aura amélioré tout cela, ce sera à vous de juger…)
    On se croit touristique, on l’est si peu…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.