Echos de campagne: épisode 3


Le marché est un excellent baromètre. Un lieu où l’on peut, presque physiquement,  palper le climat ambiant, prendre la température de la ville. On y voit poindre les dépressions, et l’on peut s’y faire une opinion sur l’opinion. Samedi matin, en dépit d’un petit soleil frisquet, le marché semblait distrait, comme préoccupé. Les chalands d’ordinaire disponibles pour la conversation, vaquaient en ordre dispersé à leurs occupations. Les escouades de candidats traquaient sans grand empressement l’électeur, s’offrant en guise de pauses, de longues palabres à la terrasse du café de la place.

Calme matin de campagne! La gauche croise la droite, on se salue poliment, on échange quelques considérations de circonstance, et assez vite on parle de lui. Lui, c’est le coronavirus, l’intrus qui s’est invité dans la campagne. Il n’est pas encore arrivé à Moissac, ou alors on ne le sait pas, mais il rôde déjà alentours. On l’aurait repéré à Castelsarrasin, il aurait pris ses quartiers dans le coin de Lauzerte. Pas de panique, mais déjà des mesures hautement symboliques: un maire du secteur a interdit jusqu’à nouvel ordre toute réunion publique. A Moissac, les pharmacies affichent les ruptures de stock en produits hydroalcooliques. On se bise moins, on hésite devant la main tendue et le marché s’interroge: « vous croyez que les élections seront maintenues? » Mais aussi: « comment ça va se passer dans les bureaux de vote? » Il y a aussi quelques fortes têtes, qui clament « même pas peur ». Mais on sent bien que le coeur n’y est pas, que l’esprit est ailleurs.

Ce samedi soir, on apprend qu’à Montauban la liste d’Arnaud Hillion arrête tout. Elle ne fera plus de réunions publiques, mais des tchats sur internet. Elle est la première à prendre cette décision. D’autres pourraient suivre. Même à Moissac, principe de précautions oblige, cette hypothèse est évoquée dans les conversations. Un crève coeur assurément pour les militants et les candidats qui attendent cette dernière semaine comme une délivrance, comme le couronnement de leurs efforts. Bien qu’anormalement courte cette fois-ci, la campagne électorale fut dense et exigeante. Raison de plus!

Mais tout va si vite que d’ici la semaine prochaine, la situation peut fortement évoluer. Le passage à la phase trois du plan mis en place par le gouvernement, conduirait certainement à multiplier les interdits de réunions publiques. C’est la responsabilité des maires, voire du préfet pour des arrêtés plus généraux. Mais si de telles décisions devaient être prises, il serait bon qu’elles le soient suffisamment tôt pour que tous les candidats soient logés à la même enseigne. Il serait plus que fâcheux que certains puissent tenir meeting et d’autres pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.