Lendemain de bal


Moissac vient de tourner une page de son histoire. Avec une participation supérieure de 8 points à celle du premier tour, les électeurs n’ont pas boudé ce rendez-vous démocratique. Ils ont voulu faire un choix clair et de ce point de vue les résultats sont incontestables. Pour autant, ils interrogent lourdement l’avenir. En donnant les clés de la ville au RN, les Moissagaises et Moissagais ont fait un pari perdu d’avance.

Ville historiquement de gauche, radicale d’abord, puis socialiste pendant 36 ans, la voilà désormais dans les mains d’un groupe dont le programme peut se résumer à son slogan de campagne : « Retrouvons Moissac ». Comme une photo sépia, une façon de regarder l’avenir dans le rétroviseur, sur fond de France éternelle, et d’ordre social immuable. Cette idéologie à proprement parler réactionnaire ne résoudra rien des problèmes que connaît notre ville. Pire, elle aura tôt fait de les aggraver.

Bien sûr des raisons économiques et sociales peuvent expliquer un tel résultat. Jadis, la ville affichait une prospérité enviable fondée sur une présence industrielle qui faisait le pendant à une agriculture dont l’essor dépendait déjà d’une main d’œuvre étrangère. Mais depuis plusieurs années, et la dernière mandature de droite n’a fait que précipiter le mouvement, Moissac perd pied. Conséquences : aux difficultés économiques s’ajoutent des problèmes sociaux de plus en plus lourds. Le RN, comme partout où il s’implante, en a fait son fond de commerce. Les Moissagais verront vite que la marchandise est frelatée. Il ne suffit pas de quelques coups de menton bien appuyés, pour redresser une situation, attirer des investisseurs et redonner espoir.

D’autres raisons ont présidé à la victoire du RN. Le « dégagisme » à la mode aussi sur les bords du Tarn, n’y est pas étranger. Mais la division encore plus sûrement ! Nous avions très tôt tiré la sonnette d’alarme. Nous avions dès 2019 proposé le rassemblement, de la gauche à la droite sur un véritable projet municipal. Notre démarche fit long feu. Après le premier tour, dont les résultats ont confirmé sans contestation possible, toutes nos craintes, nous avons à nouveau appelé à un Front républicain. Pas un rabibochage aux relents de tambouille politicienne. Mais un accord de fusion dans une même liste dont le programme et les candidats témoigneraient de cette volonté de rassemblement. Hélas, forte d’un score qui la mettait pourtant très loin derrière le RN, pétrie de certitudes, la liste TEMS a refusé tout net. Manque de lucidité, de courage politiques ? « Errare humanum est, perseverare diabolicum »

Pour ce qui nous concerne, l’élection d’un disciple de Marion Maréchal Le Pen ne sonne pas la fin de la partie. Nous n’avons pas l’intention de rester sur le banc de touche.

« Moissac naturellement »

Lundi 29 juin 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.