R.N. : le baiser de l’araignée


Drôle d’époque ! Drôle de territoire ! La communauté de communes, Terres des Confluences a ouvert grands les bras au RN et à son représentant moissagais. En lui permettant d’accéder au rang de deuxième vice-président, en charge du tourisme, ce qui je me répète, ressemble à un gag (voir article précédent), elle normalise de facto et l’homme et son organisation. Les élus communautaires qui ont voté pour R. Lopez, ils étaient 37 (le RN dispose de 14 voix), se sont-ils bouché le nez pour consentir à un tel vote ? Considèrent-ils, plus probablement, que le RN est un parti comme les autres et doit bénéficier des mêmes attentions ? En tout cas,  cela revient à donner raison à la stratégie de ce parti : se dé-diaboliser pour mieux phagocyter une partie de la droite classique. Le baiser de l’araignée en quelque sorte !

Bien sûr, les électeurs moissagais ont choisi. Donc il n’est pas question de s’asseoir sur le suffrage universel, pas plus qu’ostraciser totalement notre ville dans la répartition des places et des rôles ne serait acceptable. Il est normal que Moissac ait le droit de s’asseoir à la grande table communautaire. Mais était-on obligé de donner à ses représentants un rang aussi élevé, d’installer le RN en lieu et place de l’équipe précédente, celle de Jean Michel Henryot ? La réponse est dans la question. Notre Com-com n’a pas été capable de faire ce que Perpignan a réussi : reléguer le RN en bas du tableau, afficher ostensiblement une différence. Ce que la droite des P.O. a fait n’est pas rien, au regard surtout du poids de la ville au sein de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole ! Nos élus communautaires, eux, ont failli. Ils ont préféré, après des tractations plus ou moins avouables, la normalisation du RN au courage politique. C’est dire combien sont de circonstances leurs indignations ! Du coup, on se prend à regretter le mode d’élection des délégués communautaires, qui oblige pour constituer un exécutif à tous les arrangements, à tous les tripatouillages dont la démocratie ne sort pas grandie. L’élection d’une liste ad hoc au suffrage direct aurait au moins le mérite de la clarté et donnerait à l’équipe dirigeante légitimité et force.

Le système actuel est opaque, totalement incontrôlable par les citoyens, il est aussi injuste. Il relègue automatiquement au rôle de figurants les oppositions municipales. J’avais eu sous la précédente mandature l’occasion de m’en émouvoir en séance plénière, sans que cela n’interpelle personne. Je constate aujourd’hui que rien n’a changé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.