Pour qui sonne le glas


Deux sénateurs « divers droite » ont été élus par les 749 grands électeurs du Tarn et Garonne. Pas de surprise avec François Bonhomme, apparenté LR, qui se succède à lui-même, au second tour de scrutin. En revanche plus spectaculaire est l’élection de Pierre Antoine Levi qui coiffe sur le poteau dune seule petite voix Jean Paul Térenne, le candidat du PRG, poulain de JM Baylet.

Pour le patron de La Dépêche, cest un revers qui sonne le glas de sa toute puissance, puisque les grands électeurs ont majoritairement tourné le dos aux consignes de vote de leurs partis. En effet, au deuxième tour, J.P. Térenne est loin davoir fait le plein des voix de gauche qui lui étaient promises. Malgré  les désistements de Etienne Astoul, candidat PS, de Cécile Roblin (EELV) et Guy Daime (PCF), sur les 155 voix attendues, il nen a récupéré que 40. Cest dire dans quel état desprit sont les élus sortis des urnes en mars dernier. A l’évidence, sur le trottoir de gauche, la boutique Baylet perd de la clientèle.  L’aura du patron est sérieusement émoussée, et plus préoccupant pour lui, il ne fait même plus peur.

En face, sur le trottoir de la droite, ce nest pas beaucoup plus reluisant. Brigitte Barèges en délicatesse, cest de notoriété publique, avec François Bonhomme qui a obtenu 378 voix, a tout fait pour le maintien de sa candidate, Monique Ferrero qui au second tour n’a réuni que 145 suffrages. C’était ne pas compter avec son nouveau « meilleur ennemi », son ex premier adjoint Pierre Antoine Levi, le troisième homme, celui qu’on n’attendait pas. Et sa victoire est un véritable désaveu pour la mairie de Montauban et pour ses méthodes.

Du coup, voilà B-B, Barèges-Baylet, les deux éléphants de la politique departementale, renvoyés dans leurs 22 mètres et contraints de se poser des questions sur le proche avenir. En ligne de mire, les élections de mars prochain, et la présidence du département. On sait que l’un comme l’autre rêvent de faire tomber Christian Astruc, quitte à se donner à l’occasion un coup de main. Certes, il est difficile de comparer les départementales et les sénatoriales, ce ne sont pas les mêmes électeurs, mais le coup de semonce est bien réel. La droite cherche à s’émanciper de la tutelle de B. Barèges. La gauche, quand elle tombe sous la férule du maire de Valence d’Agen, et malgré les appels de ses dirigeants rechigne à faire front commun. Nul doute que Christian Astruc a suivi les résultats de ces élections avec une certaine gourmandise.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.