82: pas de débat sur France3


Décidément le Tarn et Garonne a du mal avec la presse. On connait, j’en ai suffisamment parlé ici, la chape de plomb que fait peser le quotidien régional sur la vie démocratique du département. Ce qui est nouveau, au moins depuis une bonne année, c’est l’attitude de la télévision régionale pendant les périodes électorales. Je ne vais pas revenir sur l’épisode des municipales, quand en 2020, France3, au mépris des règles les plus élémentaires de la déontologie professionnelle et de ses obligations de service public, ne trouva jamais le temps ni les moyens d’ouvrir son antenne à la liste « Moissac naturellement » que je conduisais. Cet ostracisme assumé n’émut personne, pas même le CSA que j’avais interpellé et qui, pour d’ineptes raisons de calendrier, ne crut pas utile de réagir. Et voilà que ça recommence à la faveur des élections départementales.

On apprend aujourd’hui que le débat annoncé par l’antenne régionale de France3 n’aura pas lieu. A qui la faute ? Certainement pas, il faut bien le reconnaître, au Président du département. Contrairement à ce que laisse entendre le titre ronflant du journal de J. Michel Baylet, Christian Astruc ne s’est pas défaussé. Il a tout simplement refusé un débat où les dés étaient pipés. Quatre candidats devaient en effet s’affronter : Astruc, Baylet, Viallon pour le RN et Rabaut. Le hic, le piège de l’affaire, c’est que le candidat Baylet, par ailleurs patron d’un parti croupion qui s’appelle le PRG, a fait alliance avec les socialistes de Valérie Rabaut, député de la première circonscription et candidate sur le canton de Caussade. On imagine le tableau, Astruc seul contre tous, seul surtout face à une coalition PS-PRG à deux têtes. Un débat qui en définitive servait à mettre en majesté le maire de Valence d’Agen, à en faire le challenger désigné et unique du président sortant. Le piège était trop grossier pour que le vieux matois du canton de Lomagne y tombe les yeux fermés.

Ce département souffre aujourd’hui d’une malédiction qui porte un nom, possède un empire de presse, et s’en croit propriétaire de générations en générations. On ne résiste qu’à ses dépens à J. M Baylet. Il s’invite, dicte ses conditions et punit les récalcitrants. La rédaction en chef de France3 serait-elle tombée sous le charme discret… du fringant septuagénaire ? Subi d’amicales pressions ? Quoiqu’il en soit, il n’y aura pas de débat sur la télé publique pour évoquer la situation du Tarn-et-Garonne, pourtant exceptionnelle à plus d’un titre.  Car après le refus d’Astruc de se prêter à ce coup tordu, Valérie Rabaut a décliné l’invitation. A la suite d’une conversation plus qu’orageuse avec la rédactrice en chef de l’antenne toulousaine, elle a même décidé de se plaindre à Delphine Ernotte, présidente de France télévisions. A noter que c’est le deuxième courrier qu’elle lui envoie en quelques jours, le premier concernait la suppression envisagée pour septembre prochain du rendez-vous dominical « Dimanche politique ». Que s’est-il passé ? je n’imagine pas que la patronne du PS se soit offusquée du tour de table initial.  Mais une fois Astruc forfait, avec qui débattre ? Avec son allié PRG ? Impensable ! Avec le RN ? Impossible, c’eût été en faire trop grand cas! Elle a donc décliné. Et voilà France3 bien embarrassée, et le département bien maltraité… une fois de plus !

Une réflexion sur “82: pas de débat sur France3

  1. En son palais, le vieil homme de la CC2R entend dicter sa loi via l’unique quotidien couvrant le département. Situation de monopole résultant d’accords de zone passés naguère avec Henri Amouroux, proche des défunts Maurice Papon et de Robert Hersant. On veut museler toutes les informations qui peuvent le mettre en difficulté. Cela va du contrôle de l’AFP à la manipulation des chaines de télévision du service public. Une fois, la maison B. a même fait acheté l’ensemble des exemplaires du quotidien Le Monde par des « étudiants ». Regardons sur le site Gallica de la BNF les articles publiés par La Dépêche entre juillet 1940 et août 1944. On verra de qui est l’héritier de cette « grande famille » de la presse régionale. Bon sang ne saurait mentir…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.