Baylet à travers les gouttes?


Valence d’Agen s’apprête à réélire Jean Michel Baylet comme conseiller départemental. Le score du 1° tour ne laisse guère de doute. En campagne, comme il sait si bien le faire, le patron du quotidien régional, n’a cure des accusations qui pèsent sur lui, persuadé que sa bonne étoile, ses réseaux, ses obligés, et au final ses électeurs lui permettront une fois encore de se tirer de ce mauvais pas. Mieux, voilà des semaines qu’il chauffe l’opinion, se rappelle au bon souvenir de « ses amis », cherche à convaincre que sans lui, point de salut. L’homme veut reprendre son fauteuil de patron du département et il y met le paquet avec l’aide plus ou moins revendiquée de ses amis socialistes, de cette gauche officielle qui a l’émotion et la larme d’autant plus faciles que ses intérêts immédiats ne sont pas en jeu. Mais la droite montalbanaise, celle dont l’égérie s’appelle Brigitte Barèges, ex maire, interdite d’élection par la justice pour « détournement de fonds publics » est aussi à la manœuvre. Droite et gauche concoctent avec le chef du PRG un de ces arrangements dont le Tarn-et-Garonne a le secret et le triste privilège.

Même ses adversaires politiques, ceux qui ont pourtant le plus à perdre dans cette tambouille au fumet peu ragoûtant, font camembert, comme si rien n’était advenu. Et pourtant l’ancien ministre de François Hollande est visé par une enquête préliminaire pour viol sur mineur de 15 ans…

Mais « Tout le monde s’en moque. À part, peut-être, pour une poignée de militantes féministes et d’infatigables artisans de la protection de l’enfance, l’indifférence règne. » Baylet président du département? il aurait en charge la protection de l’enfance… La version trash du pompier-pyromane!

Rappelons avec Médiapart que « Baylet est accusé par Nathalie Collin, aujourd’hui âgée de 52 ans, de l’avoir « régulièrement violée » entre 1980 et 1984. « À ces occasions, j’étais seule avec lui. Il avait trente-cinq ans, il n’avait pas d’enfant. Moi je n’avais que douze ans, et j’étais une enfant », a-t-elle exposé aux policiers » Baylet est présumé innocent et il nie catégoriquement ces accusations : dans le journal qui lui appartient, La Dépêche du Midi, il indique qu’il « conteste solennellement et avec la plus grande fermeté les faits odieux que l’on [lui] prête ». « Je n’aurais jamais cru que l’on puisse à ce point calomnier », dit-il encore, affirmant qu’il s’agit là d’un complot politique. »

D’ailleurs ici, en Tarn-et-Garonne, comme dans le reste de l’Occitanie où pour l’élection régionale, il a fait alliance avec la socialiste Carole Delga, on se demande bien ce qui pourrait offusquer électeurs et candidats. JMB patron de Midi Libre, de la Dépêche, de l’Indépendant et d’une nébuleuse de journaux locaux, président d’un syndicat patronal de presse, patron d’un groupe de communication dont les clients principaux sont les collectivités locales, patron d’un parti le PRG…N’y aurait-t-il pas quelque conflit d’intérêt dans ce colossal édifice ? Mais comme le dit Médiapart, « la presse n’en parle pas, ou presque. Un rapide coup d’œil à la couverture de la campagne départementale suffit à s’en convaincre. Ici, La Dépêche… écrit des panégyriques à propos de son patron – qui salue, « avec fougue », les « valeurs de la République, chevillées au cœur du radical de gauche de toujours ». En réunion publique, Baylet, fait allusion – toujours selon le journal – « aux pires horreurs et calomnies que [ses] adversaires distillent ». Là, le même journal salue le « bilan » du conseiller départemental sortant, sa « présence jamais démentie durant ces dernières années »… La Gazette des communes évoque « le phénix radical Jean-Michel Baylet » qui « poursuit son opération-résurrection ». Il « joue son retour », dit France 3… Jean-Michel Baylet n’a vu aucun de ses alliés de gauche s’écarter de lui – déjà sous Hollande, ils s’étaient accommodés du bruit des casseroles. Le PS du Tarn-et-Garonne est resté muet… Interrogée par Mediapart, la présidente du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Valérie Rabault, candidate aux départementales dans le Tarn-et-Garonne, n’a pas donné suite. »

Extraits. Mediapart. Lenaïg Bredoux. 22 juin 2021

2 réflexions sur “Baylet à travers les gouttes?

  1. Après Médiapart, le site du très sérieux magazine Elle évoque le sujet avec un argument de poids : le Conseil départemental a la compétence et l’immense responsabilité de la protection de l’enfance. Et de s’interroger sur le rôle que peut jouer un pédophile avéré doublé d’un prédateur sexuel connu du parquet de Paris, dans ce champ d’intervention sociale. Il invite ses électrices à un apéritif jeudi sur une place publique de Valence d’Agen. Les mouvements féministes pourraient avec l’idée de manifester contre un personnage déjà condamné pour abus de biens sociaux.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.