Esprit de famille


Cela aurait pu être une cousinade à la mode Tarn et Garonne. Il y avait Jean-Michel le fringant tonton de Valence, le grand timonier de la politique locale, la tante Brigitte, un peu chiffonnée par une année de placard mais tellement fière de ce miraculeux retour en grâce, son « grand ami », le cousin Michel, un taiseux qui ne parvient toujours pas à remplir ses habits de président… il y avait aussi la parentèle de second rang, une escouade de pièces rapportées ou de petits barons au lignage incertain… Bref, outre les sportifs,  il y avait le banc et l’arrière banc de la classe politique départementale aux Trophées du rugby amateur, organisés à Sapiac, par… La Dépêche. Une bien belle soirée à en croire le quotidien au cours de laquelle, Brigitte Barèges, rescapée de ses démêlés judiciaires était l’objet de toutes les attentions, de tous les apartés entre fromage et dessert.

Il faut dire que pour un coup de grisou, la décision de la cour d’appel de Toulouse, la relaxe pour tout le monde, en fut un ! De quoi donner mauvaise mine aux ennemis politiques de la dame qui croyaient bien son sort scellé après la décision du tribunal judiciaire, il y a un peu moins d’un an, la condamnant à quelques mois de prison avec sursis, une amende et surtout à 5 ans d’inégibilité « pour détournement de fonds publics ».

« Dura lex sed lex » disaient alors quelques beaux esprits qui tout dépités aujourd’hui se contentent de prendre acte du jugement. Je sais bien qu’on ne commente pas les décisions de justice, pour autant on n’empêchera pas le citoyen curieux de s’étonner d’un tel tête-à-queue. Il y a un an, la sanction judiciaire tombait, impitoyable, tout habillée de vertu outragée. Du Saint Just à s’y tromper ! Aujourd’hui d’autres magistrats ne sont devant les mêmes faits que mansuétude et compréhension. A leurs yeux, le délit n’est pas constitué, il n’y a rien à voir, passez votre chemin. Comment faire avec une telle gymnastique ? Les magistrats toulousains estiment en effet que l’ex directeur de la communication de la mairie de Montauban n’est pas fiable. Jean Claude Fourment, par qui le scandale était arrivé, s’était ensuite rétracté, expliquant ses accusations par le « démarchage » des opposants politiques de Brigitte Barèges et par, allez donc comprendre, son « burn out » professionnel !

Quant au contenu du « délit », les juges n’ont pas souhaité s’engager sur ce terrain, estimant qu’entre communication institutionnelle et propagande personnelle, la confusion des genres est toujours possible. Il est vrai qu’il suffit de lire le quotidien régional pour s’en convaincre.

Nous voilà donc revenus à la case départ.  Et Justice, conviée bien malgré elle aux agapes de la « familia grande »! Elle a sur les yeux un bandeau, preuve de son impartialité. Mais est-on sûr d’y voir toujours très clair dans ses décisions ?

2 réflexions sur “Esprit de famille

Répondre à G. VALLES Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.