Vaccin: des effets secondaires


Bon, puisque la petite sortie d’E Macron dans le Parisien a mis en émoi le banc et l’arrière banc politico-médiatique, je me dois de rajouter mon grain de sel à l’affaire. Ce qui j’en conviens ne changera rien mais ajoutera à l’épaisseur du dossier. Dans la formule du Président, il y a la forme et il y a le fond. Le fond c’est que nous arrivons au terme d’un cirque qui n’a que trop duré. Les manifs le samedi, les injures sur les réseaux sociaux, l’emploi systématique du terme « collabos »  lancé à la figure des personnels de santé, tout cela n’est-il pas plus choquant, plus insupportable? On sait bien ce que ça raconte…on connait le sous-texte et cette prétention paranoïaque à s’ériger en résistants, en derniers remparts de la liberté. Ajoutons aussi les agressions contre des élus, les mises à sac de leur domicile, les menaces de mort et hier le cinéma parlementaire avec les faux-culs de LR qui disent oui le matin et non le soir encouragés par une gauche officielle qui ne brille pas par son courage… Bref comme dit l’autre ça suffit! Le Président n’a fait que traduire ce que les personnels de santé disent en privé et commencent à exprimer publiquement: si on on en est là, si l’hosto menace de craquer, s’il ne peut plus soigner correctement certaines maladies graves, certaines urgences, c’est parce que 15% de la population a décidé de faire de la résistance, d’emmerder le système en se réfugiant derrière des prétextes bidons (la santé des enfants, les conséquences du vaccin sur le long terme, le fric des labos, voire pour les plus abimés du cerveau un complot mondial, juif de préférence…) Ces gens mènent une croisade, ils participent à une sorte de désobéissance civile dont on voit bien les conséquences mortifères sur le reste de la population. Ces gens là ont fait à leur manière sécession.

Par ailleurs, il n’est pas exclu que le Président ait voulu ainsi marquer son territoire, faire en ce début d’année une entrée en campagne, obliger chacun de ses adversaires à sortir du bois… au risque il est vrai de se voir accusé une fois encore de mépris de classe (comme lorsqu’il parlait de traverser la rue pour trouver du travail, ou encore quand il évoquait le pognon de dingue et quelques autres saillies bien senties…) Là on touche à la forme. On peut en effet se demander si un Président peut employer de tels mots, descendre dans l’arène sans autre précaution de langage, aviver un peu plus les tensions, approfondir les fractures de notre société… La question est ouverte. Mais elle ne mérite pas qu’on y perde son temps et sa salive. Car au final, il apparait que fond et forme ne peuvent être vraiment séparés. E Macron dit, les mots lui appartiennent, la profondeur de son exaspération, la gravité de la situation que des formules plus diplomatiques n’auraient pu exprimer. Le grand mérite de cet exercice, c’est que tout le monde a compris sa pensée.

Alors, tout ça pour quel résultat? On verra, nous sommes au temps des emballements médiatiques, des polémiques à deux balles, comme celle autour du drapeau européen. Laissons retomber l’écume des jours. Il est clair que le Président, qui n’en déplaise au Nouvel Obs n’est ni Sarkozy, ni Trump, a décidé de faire son entrée en campagne, à sa manière, avec ses mots. Frontalement. Et ce n’est pas là le moindre de ses mérites : le courage! Convoquons une fois encore la sagesse paysanne: « C’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses ». Que ceux qui n’auraient pas compris m’écrivent. Je vous engage par ailleurs, à lire l’intégralité de l’ITW du Président. Il dit des choses très fortes sur l’éducation, la santé, et la transition écologique. Le lien est ici:4_5956346571208526560

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.