La leçon du maire


Dans un twitt récent, le maire de Moissac, qui s’y connaît apparemment en combat syndical fait la leçon aux grévistes de chez Total et d’ailleurs. « Cessez votre illogisme idéologique en ne proumovant plus le sans-frontiérisme et l’immigration massive, armes antisociales par excellence du libéralisme bourgeois. Et alors, vous aurez toute légitimité pour proclamer la grève générale. » Dans cette phrase, un peu baclée, il y a des formules qui appartiennent à la vulgate marxiste, « armes anti sociales, libéralisme bourgeois, grève générale… » En picorant ainsi dans cette littérature, le RN confirme son virage sur l’aile gauche, et tente ainsi une intrusion hasardeuse dans l’idéologie des insoumis, des communistes et autres socialistes de tout poil. Dit autrement, le RN, le maire de Moissac qui n’est pas en retard d’un twitt, nous la jouent « lutte de classe ». Bigre ! Avec un tel renfort, nul doute que les petites gens comme dirait le Grand Insoumis, ne vont pas tarder à emporter la partie !

Mais chez le RN, il y a « rassemblement » et il y a « national » et dans le twitt du maire il y a cette expression bricolée mais parlante de « sans frontiérisme et immigration massive » Et nous revoilà en terrain familier, celui de cette extrême droite qui à travers les temps, et sous des oriflammes diverses a toujours prôné le repli sur soi, le ratatinement patriote, la dénonciation de l’étranger. Ouf, le brouillard se dissipe et chacun va pouvoir retrouver ses marques. On ne rappellera pas à ce maire qui porte un nom à consonnance ibérique que la France, que l’Europe tout entière, furent des terres d’immigration. On ne va pas lui faire la leçon ! Non ! Mais parlons d’ici et maintenant, de Moissac précisément. N’y a-t-il pas comme une indécence grotesque, un déni de réalité à dénoncer l’immigration quand dans cette ville 10 à 12% de la population vient de l’est de l’Europe. Pas pour toucher les allocations, pas même par amour du pays, juste pour travailler, pour travailler dans les champs, pour faire tourner nos exploitations agricoles. Aujourd’hui comme hier avec les Maghrébins, les Italiens, les Portugais, les Espagnols, Moissac vit sur et grâce à l’immigration. Le RN et ses figures locales le savent bien. Ils en sont les premiers bénéficiaires. Le maire qui promettait pendant sa campagne électorale d’en finir avec ces arrivées massives d’étrangers, n’a pas levé le petit doigt pour freiner le mouvement. Et pour cause ! La ville, le territoire, sa propre clientèle, ne peuvent s’en passer. Dès lors il faut un sacré toupet, voire un beau brin de mauvaise foi pour faire sur ce terrain, la leçon aux grévistes. Et que penser, d’un parti de l’ordre, qui se prend à rêver de grève générale ? Que cela relève d’un pur opportunisme ? D’un cynisme décomplexé? Peut-être! Mais surtout que cela a toujours été la marque de fabrique de l’extrême droite : semer le chaos pour s’ériger en sauveur. Demandez le programme !

6 réflexions sur “La leçon du maire

  1. BRAVO ! Rien à ajouter ! Si : il faudrait vraiment apprendre à ce jeune édile à parler un français intelligible et puis aussi, puisqu’il parle de « lutte des classes » quelques paroles de l’Internationale. Il a vraiment fait « Histoire » ?

    J’aime

  2. Magnifique article de Gérard.

    Gérard. C’est le polémiste surdoué. Une plume excellente. Le Rebatet de Moissac. Le Pierre Antoine Cousteau de la place des Récollets. Le François Brigneau de la rue des juifs. ….. l’Albert Paraz du chasselas. …. C’est vrai le maire , comme vous le rappellez a un nom espagnol. Valles. C’est français de souche. Ça peut ostracisé un français d’origine espagnole devenue Maire. …. Votre article rappelle au maire son origine étrangère. Le Valles ne serait t’il pas raciste. ??? Il semblerait que oui. Comment peux ton ostraciser un maire par l’origine de son nom espagnol ??? Le Gérard serait il devenu anti espagnol Anti étranger. !!!!!

    J’aime

    • Vous vous méprenez. Moi qui porte un patronyme catalan, comment pourrais je reprocher, fut-ce à un éminent représentant du RN, ses origines. C’est précisément parce qu’il est lui aussi issu d’une migration que sa hargne contre les étrangers, m’interpelle, me dérange, me révulse. Valles, raciste, vous vous égarez!

      J’aime

      • Sûrement.
        Mais interpeller un être humain sur l’origine de son nom rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Quand même.

        J’aime

      • Non, je rappelle au maire que nous sommes tous peu ou prou des enfants de l’immigration et que les besoins du pays, mais aussi sa tradition d’accueil sont en contradiction totale avec son projet politique. Moissac fait la démonstration que sans immigrés, plus d’activité économique! Je plaide pour l’ouverture, pas pour le ratatinent franchouillard. Mais vous l’avez bien compris. Votre soucis est ailleurs.

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.