Festival des voix

Ce fut court mais intense. Avec une bien belle programmation. Après un début contrarié par le temps, les cieux se sont mis de la partie et Moissac s’est mis au diapason, dimanche, comme on peut le voir sur cette photo de Suzie Ena dans un répertoire réaliste. Mais le Patus où se déroulait l’essentiel des rencontres (avec la Chapelle du Séminaire) est bien étroit pour ce type d’événement. Si l’on veut en faire un vrai moment d’adhésion populaire, il faudra peut-être, comme naguère avec les jardins, le sortir des murs, hors les murs, avec une programmation adaptée. Le « off » n’interdit pas le « in ». Samedi soir, deux femmes tenaient l’affiche dans le cloître, Mayra Andrade, venue du Cap vert et Terez Montcalm, une Québécoise aux inspirations très jazzies. Du beau spectacle mais programmé trop tard (21h30). Il faisait frais cette nuit là. Les spectateurs s ‘en sont plaints, la chanteuse aussi!

https://youtu.be/Kp3NnkPsk0w

Publicités

Hôpital: ça rame!

Bon, on va un jour se faire une raison, la mobilisation des Moissagais est une fois de plus squelettique. Et pourtant la cause mérite qu’on y donne un peu de son temps…

A la décharge des absents, la publicité n’avait pas été massive, et l’objectif de la manif pas clair. Seul élu présent, j’ai eu l’occasion de le dire et de l’écrire, Moissac présente un double problème.

Les urgences, qui comme partout sont débordées, croulent sous les patients. La faute d’abord, il faut le répéter à la disparition d’une médecine de ville qui ne s’inquiète plus beaucoup de sa responsabilité sociale. Dans ce désert qui avance, les patients n’ont plus qu’un recours, les urgences. Ce n’est pas possible. Il faut, je le répète, permettre à ce service de retrouver sa place dans le dispositif de soins. Et sa place, c’est précisément l’URGENCE et pas la consultation. Le projet de loi Buzyn a bien conscience du problème et propose des solutions pour faire disparaître les déserts médicaux.

lire « Le Monde »

Pour répondre aux revendications (légitimes) des personnels hospitaliers elle vient même de débloquer 70 millions d’euros pour les urgences.

Et puis il y a la question du devenir du CHIC. Et de sa place dans le Groupement hospitalier de territoire. En clair comment Moissac fonctionne avec Montauban qui affiche encore et toujours sa superbe! Comment Moissac maintient sa chirurgie digestive? Ces problèmes sont locaux et devraient au premier chef interpeler la population, mais aussi les élus, mais aussi les professionnels de santé, libéraux et autres…

Bref, je crois qu’il faut savoir sérier les questions.

Europe: quoi de neuf?

J’écoutais sur France Inter Jean Louis Bourlanges, ex député européen MODEM, et actuellement député des Hauts de Seine. Son propos, sur l’Europe m’a laissé dubitatif. Je comprends parfaitement qu’il plaide, avec talent d’ailleurs, pour les députés européens, valorisant leur rôle, en faisant des acteurs majeurs des institutions de Bruxelles. Mais le système qu’il a décrit, son fonctionnement ont de quoi en rebuter plus d’un. Tout ne serait que tractations de coulisses. Les shadow cabinets, les cabinets fantômes, seraient à la manœuvre permanente. Les majorités ne seraient que des constructions éphémères, dépendant plus des personnalités, de leur entregent, des egos que des programmes et des engagements théoriquement contractés devant les électeurs. Il reste à vérifier l’étendue du problème, mais pour le coup cela fait penser à la Rome républicaine -on sait que tous les chemins y mènent-  il y a deux mille cinq cents ans, quand le Sénat votait « per discessionem », chaque sénateur étant appelé, pour manifester son vote à rejoindre physiquement le groupe des « pour » ou des « contre ».

Il me paraît bien singulier que des élus anciens ou nouveaux se satisfassent d’un fonctionnement dont la transparence n’est pas la première des vertus. Et pour le coup, la Commission, tant décriée au cours de la dernière campagne, n’y est pour rien. De fait, les citoyens que nous sommes y ont depuis longtemps perdu leur latin. Les confidences, les copinages, les tractations, les pas de deux qu’on observe en ce moment dans les couloirs de Strasbourg ou de Bruxelles, ajoutent à l’imbroglio idéologique et programmatique que nous donnent à voir nos élus. La presse qui n’est pas en reste, observe ce jeu de dominos avec gourmandise. Elle y ajoute son petit venin, à preuve la pitoyable mésaventure de Nathalie Loiseau. Devant un parterre de journalistes accrédités, elle s’est crue autorisée à parler librement, c’est à dire en « off ». Mal lui en prit, un journal belge, certainement bien intentionné, a immédiatement vendu la mèche, autorisant du même coup les autres publications à faire état de ses propos. Nathalie venait de se brûler les ailes ! Adieu la présidence du groupe centriste !

Comme dirait J.L. Bourlanges, l’apprentissage est dur pour la génération champignon des élus LRM. Pourtant ne jetons pas la pierre à Loiseau. Elle a dit ce que d’autres par veulerie ou opportunisme taisent depuis longtemps. A sa manière elle est venue bousculer, un instant seulement, l’ordre compassé d’une institution qui se protège, dont les membres, fonctionnaires et élus, procèdent comme dans les ordres religieux : laver son linge sale en famille, jamais sur la place publique.

Morale de l’histoire : le changement, ce n’est pas pour demain dans cette enceinte qui n’en revient pas d’avoir échappé à la vague populiste. Pourquoi donc vouloir bousculer un si bel ordonnancement ? Après tout,  les mœurs y sont plus policées qu’à Rome, puisque petites et grandes perfidies ne s’y lavent pas dans le sang.

 

Il y a urgence!

Pas la grande foule au chevet de l’hôpital de Moissac. Le Comité de défense, le Comité des usagers, les syndicats des personnels hospitaliers avaient pourtant appelé à ce rassemblement pour dénoncer la situation du CHIC et obliger la direction à prendre des mesures. Pas d’ORL, pas de chirurgien viscéral, des services débordés, notamment aux urgences, l’hôpital manque cruellement de personnels et donc a de plus en plus de mal à faire face à la demande grandissante et vieillissante d’un bassin de population de plus de 40000 personnes.

Cette situation inquiète, au premier chef les élus. Le maire de Castelsarrasin, Jean Philippe Béziers, très actif sur ce dossier, avait fait le déplacement. Présents également, nous étions cinq conseillers municipaux de Moissac. Et chacun s’interroge! Que fait la direction? Est-elle aux ordres de l’ARS (lAgence régionale de santé) que certains soupçonnent de vouloir étrangler l’hôpital de Moissac. Et Montauban, quel est son rôle dans cette mauvaise pièce? Le projet de grand hôpital départemental à Bressol ajoute à la confusion des esprits. Avec le temps, le scénario noir fait son chemin, notamment chez les personnels.

A l’issue de la énième entrevue avec le directeur, force est de constater que le discours reste le même. L’administration proteste de sa bonne foi et argue que si les postes demeurent vacants, c’est faute de candidats. Les syndicats estiment pour leur part que la direction ne fait rien pour susciter des vocations. Dialogue de sourds!

Cette paix armée ne pourra durer très longtemps encore. Il faudra bien que dans cette affaire, chacun prenne ses responsabilités. Il y va de la capacité à soigner correctement les malades et des conditions de travail des hospitaliers, notamment chez les infirmiers et les aides soignants. Moissac cumule. Et les urgences, ici comme partout en France,  dont les difficultés remontent à plusieurs années, sont prises dans la tourmente.  Le gouvernement qui a mis plus de 500 millions sur la table pour faire face aux nécessités de l’heure, s’est attelé à un vaste et délicat projet de refonte de l’hôpital. C’est, au regard de la couverture médicale des territoires, les fameux déserts, une absolue nécessité. Raison de plus pour que Moissac ne soit pas abandonné à son triste sort.

Pour une banale consultation, une famille récemment installée à Castelsarrasin n’a pas eu d’autre choix que de conduire son enfant de deux ans aux urgences. Aucun médecin libéral n’avait accepté de l’ajouter à sa clientèle. L’anecdote est cuisante, mais courante. La qualité des soins aux urgences passe aussi par la restauration d’une médecine de ville disponible et suffisamment nombreuse pour assurer le suivi médical des familles et désengorger du coup le service.  Ne demandons pas l’impossible à l’hôpital!

Moissac, ce petit coin d’Europe

A Moissac le Front national cache bien sa joie. Son leader, s’était fait discret dans le Hall de Paris lors de la proclamation des résultats des élections européennes. 35% sur la commune, 40% à Saint Benoît, 27% au Hall de Paris. 5 points de plus que Marine le Pen en 2014. Il aurait pourtant pu triompher! Les autres tous les autres partis faisaient grise mine, car derrière les résultats, chacun se livrait déjà à un état des lieux, ayant en ligne de mire les municipales de 2020.

LREM, dont l’implantation locale est encore bien timide, obtient 16%. Deux points de moins qu’Emmanuel Macron au premier tour des présidentielles de 2017. Mais elle ne s’effondre pas, alors qu’elle redoutait le pire. En revanche, les Républicains de L. Wauquiez perdent complètement pied, dans une ville, circonstance aggravante, qu’ils dirigent : 7,1%, moins que le score de la liste au plan national et surtout beaucoup moins que leurs résultats de 2014, quand B. Hortefeux obtenait localement 21,2%.

Les Insoumis frisent la correctionnelle avec 5,9%, très loin des 19,7% de J Luc Mélenchon à la Présidentielle et un poil en dessous des 6,4% obtenus par le seul Front de Gauche en 2014. Le PS, allié rappelons-le, aux Radicaux redevenus de gauche, fait à peine mieux avec 6,6%. Restent les Verts qui sans implantation locale, sans campagne spécifique passent la barre des 10%. Une belle performance qui confirme les résultats nationaux, et qui s’explique en partie par la mobilisation des électeurs, notamment d’une partie de la jeunesse.

Certes ce scrutin est particulier, il permet aux électeurs d’envoyer sans frais des messages. Il témoigne néanmoins d’une longue et profonde recomposition du paysage politique moissagais. La gauche historique est morcelée, et présentement inaudible sur les sujets locaux. La droite dont le bilan municipal est de plus en plus vertement critiqué dans les rues de Moissac est de surcroît fissurée par de profondes divergences internes qui pourraient bien l’empêcher de concourir en tant que telle en 2020. A eux seuls, ni LREM, ni les Verts, ne sont capables de faire une majorité face au RN. L’extrême droite se sent donc sur un petit nuage. Elle surfe sur la situation locale, l’immigration, le chômage, les taxes et j’en passe pour consolider son socle électoral. Pour autant, elle aurait tort de croire qu’elle a d’ores et déjà partie gagnée. Il nous appartient, collectivement, d’en faire la démonstration.

 

Pour un rassemblement républicain et progressiste

Il faut travailler au rassemblement de toutes celles et tous ceux qui veulent faire gagner Moissac, républicains, et progressistes sincères, plus préoccupés par l’avenir de notre ville que par les querelles de chapelle ou les patriotismes de drapeaux. Il faut rassembler les bonnes volontés, les compétences, les énergies pour donner un avenir à notre ville, lui permettre de redresser la tête, de relever au sein de l’intercommunalité, « Terres des Confluences », les défis environnementaux, sociétaux, économiques de l’heure. Il faut par ces temps de grande déprime, de doute sur nos institutions, redonner espoir à nos concitoyens.

C’est possible ! C’est nécessaire !

 

Les bons (contes) comptes

Il ne fallait pas laisser passer sans rien dire. Le 5 mars en même temps que les obsèques de Rolland Roux, ancien adjoint aux sports, se tenait un conseil municipal prévu de longue date. Nous étions quelques-uns, amis ou anciens collègues de Rolland, présents à la cérémonie et donc absents au Conseil. Renseignements pris, la majorité de droite fit comme si de rien n’était. Pas un mot, pas même un petit communiqué ! J’ai donc en ouverture de séance fait part de mon étonnement, voire de ma réprobation. Il s’en est suivi une minute de silence à la mémoire de ce moissagais au grand cœur.

A l’ordre du jour, chargé, il y avait les comptes administratifs 2018 (voir ici) et le budget supplémentaire 2019. Deux gros morceaux de finances publiques ! Le constat est clair, en 2018, les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 0,45%, alors que les recettes ont diminué de 1, 8% par rapport à 2017. Les dépenses de gestion courantes augmentent elles de 9%, essentiellement en raison des subventions versées à Moissac Culture vibrations pour le festival des voix et la saison culturelle. Au chapitre des recettes, on notera que les impôts et taxes représentent 66% des rentrées communales et que les dotations de l’état, contrairement à ce que raconte la majorité municipale, ont augmenté de 1%. Les dépenses d’investissement ont progressé de 19,5%, avec notamment la vidéosurveillance (241000 euros), l’aménagement de l’ancienne caserne des pompiers (202000 euros) ou encore l’achat dune œuvre du sculpteur Stratos pour 30000 euros. 41% des dépenses d’équipements ont été financées par des subventions ou des dotations, la commune ayant débloqué un emprunt de 1 million d’euros souscrit en 2017.

Le budget supplémentaire, présenté au conseil, permet de prendre en compte l’état réel des finances de la commune (compte administratif) et de procéder aux ajustements nécessaires sur le budget prévisionnel 2019. Du coup, le budget de fonctionnement passe de 15 à plus de 19 millions d’euros, essentiellement en raison d’un report (opérations non réalisées en 2018) de quelques 3,2 millions d’euros. Le budget investissement y trouve également son compte. Il récupère ainsi par virement près de 2,7 millions, soit un total de 10,8 millions d’euros.

Je m’étais inquiété lors d’un précédent conseil, de la création d’un poste d’attaché territorial, sensé faire la promotion économique de la ville et développer son commerce. J’avais dénoncé les doublons, voire les triplons avec la politique de la ville et la communauté de communes qui a la compétence économique sur le territoire. Apparemment le Préfet n’a pas été plus convaincu que moi. Il a demandé des explications supplémentaires sur cette création. D’où une nouvelle délibération. D’où ma nouvelle intervention. Bis repetita placent !

A noter aussi que Moissac va expérimenter les petits déjeuners gratuits pour les enfants des écoles. Ce dispositif voulu par le ministère de l’éducation nationale et qui concerne les zones prioritaires,  fonctionnera tous les lundis jusqu’à la rentrée 2019, où il sera généralisé.

Mais si nous l’avions oublié, l’adjoint en charge de la sécurité a su nous rappeler que les élections municipales c’est dans un peu moins d’un an. Et depuis quelques temps, la moindre des réunions publiques est l’occasion, mine de rien, de faire campagne. Sécurité et propreté ce mois ci au menu. On se rassure, le bilan sécurité est excellent. Dormez tranquilles braves gens! Quant à la propreté, c’est maintenant. Dépliants et affiches à l’appui. ce même adjoint propose à l’opposition de tenir avec lui un stand sur le marché pour inciter les Moissagais à plus de civisme. Sans rire?

Où sont les jeunes?

Moissac vieillit. En deux ans la population de plus de 60 ans est passée de 27,5% à 31% de la population totale. Les plus de 75 ans pèsent à eux seuls 18%. On se doute que cela n’est pas sans conséquence sur les demandes sociales : aides à domicile et transports avec le Service d’accompagnement social à la mobilité.  Ce service, récemment créé, a effectué 13 sorties par semaine au bénéfice de personnes âgées en moyenne de plus de 83 ans.

C’est dire l’importance du CCAS, le Centre communal d’action sociale, il vient de publier son bilan d’activité 2018. Organisé en quatre pôles, administratif, social, séniors et petite enfance, il emploie à ce jour 91 agents dont 67 permanents. Sa masse salariale a augmenté de 6% entre 2017 et 2018, sans que l’on sache si cette progression est le résultat de mesures techniques, glissement vieillesse technicité (GVT), en clair ancienneté et montée en compétences, ou la conséquence de créations de postes. Plus préoccupant, le taux d’absentéisme, 11,5 %,  en progression de 44% par rapport à l’année précédente. Ces chiffres peuvent poser questions : une maladie non identifiée frapperait-elle le CCAS ? Les conditions de travail se seraient-elles en quelques mois particulièrement dégradées ? Pas de trace à notre connaissance d’un virus ravageur du côté de la rue des Mazels. Et pour le reste, il faudra se fier au rapport d’évaluation. Un rapport externe qui estime que « le projet de service est mis en œuvre dans le respect… des bonnes pratiques professionnelles » Et constate même que « la majorité des agents a exprimé sa satisfaction vis à vis du service ». Dont acte !

Mais faute de réponse dans l’immédiat, on notera l’adresse de Maryse Baulu, vice-présidente du CCAS aux  personnels : « Tout le monde doit se fédérer pour que le service puisse assurer au mieux les missions qui sont les siennes… Nous sommes au service du public. Vous de par votre emploi, les élus de par les missions qu’ils ont acceptées le jour de leur élection » On appelle cela un recadrage. Il faut dire que ça grogne un peu au sein de l’institution, l’annonce de la création d’un CCAS intercommunal inquiète une partie des agents.