Où sont les ressources humaines?

Le groupe Divers gauche a au cours de ce dernier Conseil municipal interrogé le maire sur les relations sociales dans différents secteurs.

  • Hôpital. Les syndicats, les personnels en général se plaignent des conditions de travail : surcharges, non remplacements des absents ou des démissionnaires, notamment à l’EPHAD… Alors que le CHIC affichait des résultats financiers positifs en 2016, la rumeur annonce un déficit pour 2017. A cet heure, faute de rapport infra, aucun chiffre n’est disponible. Qu’en est-il réellement ? Y aurait-il un problème de management au sein de notre hôpital ? Que comptez-vous faire pour rétablir un climat de confiance, indispensable à la pérennité de cette structure dont chacun sait qu’elle est fragile et menacée ?

L’hôpital devrait effectivement  terminer l’année en déficit. En juin, la prévision portait sur 1 million d’euros. En décembre cela ne devrait pas s’arranger. Les raisons? Un volume d’activité en baisse, une masse salariale en hausse (augmentation du point d’indice des personnels soignants, distribution de primes aux médecins…) A cela le directeur ajoute la fin des contrats aidés et un absentéisme en hausse. Mais récuse tout problème de remplacement, toute difficulté à trouver des remplaçants.

On retiendra que le maire, par ailleurs président du Conseil de surveillance s’obstine à nier les problèmes internes, conséquence d’un management très décrié par les syndicats, comme par certains médecins. Il a même trouvé la parade: attention à « la mauvaise publicité »qui peut mettre en danger notre hôpital. Du coup, chacun est prié de se taire. Tout va très bien madame la marquise.

  • CCAS. Le CCAS connaît aussi des problèmes de remplacement des personnels, en particulier dans les crèches. Comment comptez-vous améliorer cette situation, alors que les emplois aidés sont en voie de raréfaction et qu’une baisse de la subvention municipale est annoncée ?

A l’évidence, il y a comme « un mal être » dans le secteur de la petite enfance nous a dit Maryse Baulu. Contrairement à l’aide à domicile, l’absentéisme y est un gros problème, faute de personnel diplômés disponible. Il sera fait appel à trois jeunes gens effectuant un Service civique. pour faire face aux besoins.

La réponse a le mérite de la sincérité. Dans le secteur médico-social, il est de plus en plus difficile de trouver des personnels compétents pour effectuer les remplacements. Les remontées de terrain confirment toutes cette situation préoccupante.

  • RH. Globalement, on constate chez les agents municipaux, un absentéisme préoccupant qui obère le bon fonctionnement des services. Quel est le taux réel de cette absentéisme, service par service ? Comment expliquez-vous cette situation ? Que comptez-vous faire ? On note au passage la création auprès du DGS d’un poste de chargée de mission, et l’annonce du recrutement d’un (d’une) nouveau DRH. Pensez-vous ainsi pouvoir résoudre ce problème d’absentéisme ?

Nous n’avons pas les moyens techniques de faire des statistiques service par service. La faute au virus qui s’est logé dans le système informatique de la mairie, nous a dit le maire. Quant aux chiffres globaux, l’adjointe en charge des personnels ne sait pas trop… Elle nous en livre deux ou trois estimant que Moissac est dans la moyenne de la strate.

Est-ce bien sérieux? En fait, cette non réponse révèle l’étendue du malaise. La majorité municipale ne contrôle rien, ne dispose d’aucun outil de pilotage. Les services sont en roue libre. Comment peut-elle prétendre dans cette absence de politique RH, tenir les engagements du ROB (rapport d’orientation budgétaire)?

 

 

Le cheval fourbu de la droite

Il faut à la majorité municipale une bonne dose d’amnésie pour oser à la faveur d’un bilan de mi-mandat enfourcher le cheval du tourisme, quand elle a fait campagne en 2014 pour dénoncer « le tout tourisme » de l’équipe Nunzi. (cf La Dépêche du 26 mars) Il est vrai que les Radicaux faisaient alors chorus. Mais il ne suffit pas de reprendre les projets de l’ancienne majorité de gauche, l’aménagement de l’abbatiale (cliquez ici) pour construire une politique audacieuse et articulée autour du tourisme. Car le tourisme est un tout et d’abord un état d’esprit qui doit imprégner tous les acteurs de la vie locale. Pourquoi l’Office est-il fermé certains jours, à certaines heures? Pourquoi restaurants, bars et commerces de centre ville ne sont-ils pas davantage enrôlés au service de cette politique? Il est vrai que c’est la première fois que la mairie revendique explicitement le tourisme comme axe de développement pour notre ville. Et puis, il ne suffit pas d’aménager l’abbatiale, il faut aussi élargir l’offre touristique, mettre en valeur les sites remarquables de Moissac (le Vieux Moissac, les berges du Tarn avec « Moissac-Plage » abandonnée au milieu du gué au prétexte des contraintes de sécurité…  Il faut créer de nouveaux lieux, comme le Centre Firmin Bouisset dont le projet à maintes reprises discuté, remanié, expliqué par l’association qui le porte, se heurte à un mur. La mairie n’a parait-il pas de lieu où l’installer. Allons donc, chacun voit bien que Moissac n’a plus de bâtiment disponible!

En fait, l’équipe municipale, dont on sait qu’elle est terriblement divisée, notamment sur la question du tourisme, n’a jamais véritablement dit non au projet, elle feinte, elle ruse arguant tantôt qu’elle veut installer une activité économique (un espace de co-working dans l’ancien collège) tantôt qu’elle ne saurait supporter les frais de fonctionnement du futur Centre. Le projet que tous les élus du territoire ont eu en main, n’a jamais prévu ça! Il s’agit dans un premier temps de donner un lieu, un point de chute à un espace qui présentera les oeuvres de l’artiste et s’ouvrira à des initiatives pédagogiques. Firmin Bouisset, faut-il le rappeler est un enfant de Moissac, né au Moulin du Bidounet. Un des plus géniaux affichistes du début du XX° siècle (cliquez ci) Il a lui même en son temps cherché à monter un musée dans cette ville qui l’avait aidé à faire des études à Toulouse, puis à Paris. Henri Ena, un des historiens de notre ville rêvait lui aussi de réinstaller Bouisset en ses murs.

En ce qui concerne la culture, la mairie s’octroie indûment quelques mérites. Si le cinéma de centre ville projette toujours d’autres films que les blocks busters, c’est grâce à l’association la Bobine, dont la subvention a été réduite de moitié. Drôle de manière de reconnaître son travail! Le festival des Voix a été conservé, la subvention maintenue, les caisses renflouées, parce que la mairie n’avait pas de projet de rechange, que les responsables du festival et l’association MCV sont difficilement remplaçables. La pression populaire relayée par l’opposition de gauche faisant le reste. Mais là aussi, la mairie a fait dans la continuité, incapable de faire grandir ce festival dont chacun s’accorde à dire qu’il devrait être pris en charge par la Communauté de communes. Autre chose? Non rien, calme plat sur les bords du Tarn!

Et la santé docteur Henryot? Le désert médical progresse. Les médecins généralistes partent les uns après les autres sans être remplacés, l’offre de soin s’amenuise sur le territoire et l’équipe municipale, qui compte pourtant quelques compétences, reste au balcon. Menacé, l’hôpital dont le sort demeure encore incertain, même si nous disposons de quelques bonnes raisons d’espérer (cliquez ici), doit sa survie à l’acharnement de l’ancien maire, Jean Paul Nunzi à trouver et à garder sur place des chirurgiens. Tout comme le services des Urgences, dont la majorité de gauche avait obtenu la modernisation et qui a été inauguré il y a quelques semaines. En fait,  l’hôpital de Moissac qui répond parfaitement aux besoins de la population du bassin de vie, doit aussi son salut à la mobilisation citoyenne, impulsée par le Comité de défense… que préside J.P. Nunzi!

La droite a conquis la mairie en promettant la renaissance du Centre ville. Certes, elle a poursuivi les travaux d’embellissement, reprenant au passage le projet de la rue de l’inondation, mais elle n’est pas parvenue à enrayer la fermeture des commerces, faute là aussi d’audace et d’imagination. Eligible aux subventions FISAC (cliquez ici), elle s’est contentée d’un projet a minima (signalétique, accessibilité des boutiques) sans commune mesure avec les enjeux de l’heure. Et que dire du marché de plein vent, réorganisé à l’arme lourde et que désertent peu à peu commerçants et chalands!

Si la droite a mis le paquet sur la sécurité, si elle n’a pas augmenté les impôts locaux, elle se garde bien de parler de la situation économique de la ville. Moissac s’appauvrit, inexorablement. Moissac doit faire face à l’arrivée de populations en difficulté, qui pèsent lourd sur les moyens de la commune, qui mobilisent les associations caritatives et au final provoquent au sein d’une partie de la population des réactions de rejet. Le sujet est sensible, à tel point que la mise en place d’un Contrat de ville avec l’état continue à faire débat au sein même de la majorité. Ce contrat (cliquez ici)  prévoit des aides spécifiques et importantes pour deux quartiers en grandes difficultés, le Centre ville et le Sarlac. A priori une aubaine pour une ville qui n’en peut mais! Un cadeau empoisonné pour une partie de la droite qui voit dans ce contrat une façon de souligner sa propre impéritie. Immobile sur l’économie pendant trois ans, la mairie botte maintenant en touche, arguant du fait que ce domaine est désormais de la compétence de la Communauté de communes. Une défausse bien commode!

Et puisqu’on parle de Terres des Confluences, constatons que sa mise en place n’a pas donné lieu à une réorganisation des effectifs de la mairie. Les tensions y demeurent fortes et de l’avis de certains agents, les relations avec les élus (avec certain(e)s) sont loin d’être idylliques. Mais soyons magnanimes, il reste trois ans à cette équipe pour s’améliorer!

Ça pue!

Un peuple est libre quand il ne peut être opprimé ni conquis; égal, quand il est souverain; juste, quand il est réglé par des lois. Saint Just.

Carole Delga, patronne de la région Occitanie menacée de mort sur le site même du Conseil régional. Cet ignoble appel au meurtre fait suite à l’incident survenu au cours d’une réunion où pour faire cesser l’hystérie du FN, Carole Delga a dû s’interposer physiquement- courageusement-  afin de couper les micros.

Qu’on ne s’y trompe pas, cet appel au meurtre n’est pas anodin. C’est très grave ! Cela traduit une inquiétante dégradation du climat politique au plan local comme national. Nous sommes tous concernés. Nous devons réagir, individuellement et collectivement !

D’abord en gardant notre sang froid, en veillant à ce que le débat politique reste ce qu’il doit être : la confrontation de programmes, de propositions concrètes pour l’avenir. Ensuite en respectant les lois bien sûr, les règles, les codes éthiques, mais aussi les contre-pouvoirs comme la justice ou la presse.

Et il faut bien l’admettre, la droite républicaine, son candidat François Fillon sont loin de donner l’exemple. Pris la main dans le pot de confiture, ils attaquent les médias, dénoncent un complot de journalistes, d’officines obscures et toujours pas identifiées, osent même parler de coup d’état institutionnel. C’EST TOTAL DELIRE ! C’est aussi dire à quel point la situation est grave, pour la droite et son champion. Le petit père la rigueur promettait au peuple du sang et des larmes et voilà qu’on découvre son appétit pour l’argent, que se dévoile peu à peu un système familial de ponction des deniers de l’état, une allégeance inquiétante, ce n’est pas moi qui le dit mais François Bayrou, aux puissances de l’argent. Bref, l’homme qui voulait laver plus blanc doit faire la preuve, et nous avons raison, citoyens et médias confondus de l’exiger, que sa femme, ses enfants, grassement payés comme chacun le sait maintenant, ont réellement travaillé, ont mérité leur salaire. Et que nous importe qu’en la matière il n’y ait pas de cadre juridique, que le député ou le sénateur soit seul juge du travail fourni. Dans cette argutie, au regard de la situation que vivent des millions de salariés, il y a de la défausse, quelque chose d’indécent, au final d’insupportable !

Bizarrement, le FN et sa candidate passent entre les gouttes. On aura remarqué leur tonitruant silence sur cette question des emplois fictifs. Normal, car le FN,  la Dame de Montretout comme le dit si bien le Châtelain de Sablé-sur-Sarthe en croquent et depuis longtemps. C’est l’Europe qui paye au FN ses salariés. Cela peut paraître moins emblématique, plus lointain, et pourtant ! Marine Le Pen ne se pince pas le nez devant l’argent de Bruxelles. La vache à lait nourrit ses députés, ses attachés parlementaires et fournit à tout ce beau monde l’argent de poche nécessaire à leur train de vie. Mais ce cynisme a un mérite, il nous arme d’une bonne grille de lecture du programme et du projet politiques de ce parti et de ses représentants.  A Bruxelles, à Paris, comme en Occitanie ! On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas!

 

 

 

 

 

Primaire: l’arme fatale

La fronde et son chef, au terme de 4 ans d’embuscades, de provocations, de défis, allant jusqu’au dépôt de deux motions de censure, a donc eu la peau de l’ex premier ministre, Manuel Valls, faisant plébisciter par les électeurs de la primaire, son opposition radicale à la politique menée depuis 3 ans. La suite de l’opération, ce sera, certainement, la prise de Solférino, une bataille qui va conduire certains militants et élus à l’exil. Combien ? On ne sait pas à cette heure, mais il est possible que la nouvelle équipe, qui ne jure que par le rassemblement, n’en soit pas plus que cela fâchée. Tant qu’à faire la purge, mettons y les formes!

D’autres vont faire la grève du zèle, qui tels des fantômes du navire socialiste, laisseront leur place, sans jamais partir tout-à-fait. D’autres encore, qu’il est à cet instant difficile de compter, resteront, et joueront le jeu de cette curieuse démocratie, par fidélité peut-être aux mannes de Jaurès, de Mitterrand, ou de Jospin.

Ce qui est sûr, c’est que le coup a été finement joué. L’appareil socialiste était imprenable de l’intérieur, verrouillé par de solides apparatchiks, jadis frères de combat et dont la cuirasse s’est peu à peu fissurée, à proportion des difficultés, et des erreurs du gouvernement… socialiste. Mao, on s’en souvient, avait déchaîné les gardes rouges pour se débarrasser de ses encombrants compagnons de route. C’était la révolution culturelle. La primaire, la mal nommée « Belle alliance populaire » a donné à Benoit Hamon un million de suffrages, ce qui n’est pas rien, il faut bien l’admettre!, des votes qui veulent dire une envie de changement, une nostalgie d’un « avenir désirable », cette version actualisée du fameux « Désir d’avenir » cher à Ségolène Royal.

Quand pour être de gauche il fallait naguère être marxiste, cela s’appelait « les lendemains qui chantent ». Mais il n’est pas exclu de penser que la mobilisation anti Valls, jeune, très urbaine et diplômée ne provienne pas pour partie de cette autre nébuleuse de la gauche que Jean Luc Mélenchon tente de fédérer avec ses « Insoumis » Car au delà de tout calcul politique, il y a dans le vote de dimanche, de la rancune, du règlement de compte, voire même du dépit amoureux.

La gauche en effet ne s’aime pas. Les frondeurs l’ont prouvé. Ses différents courants, ses différentes chapelles ont l’excommunication facile. Son messianisme originel la conduit à se déchirer pour un oui, pour un non. Elle instruit en permanence contre elle même un procès en trahison, sommant l’autre de prouver son orthodoxie. Il n’y a qu’à voir les mauvaises manières qui sont faites à Emmanuel Macron ! Une bonne part de la famille n’est pas à l’aise avec le pouvoir, là où précisément l’idéal se frotte au réel. Référence et révérence faites à Jean Jaurès !

Tout ça pour dire que Benoit Hamon aura fort à faire, mission quasi impossible, pour rassembler le parti socialiste, ce qui devrait pourtant être sa première et urgente préoccupation. La tâche sera au moins aussi difficile pour faire ami-ami avec les Insoumis de Jean Luc Mélenchon et espérer ainsi aborder le premier tour de la présidentielle en position pas trop défavorable. A moins que le candidat du PS ne tourne ses regards vers Emmanuel Macron ! Mais la chose paraît aujourd’hui hautement improbable.

Tout ça pour dire que sans programme, et c’est hélas le cas, le parti socialiste transforme de facto la primaire en une sorte de pré-congrès, qui noie les militants dans les électeurs qui peuvent impunément s’en donner à cœur joie. Pour redire que la présidentielle, en cette période de disette idéologique, est pour une bonne partie de la gauche relativement accessoire, sinon, elle aurait préparé l’échéance bien avant. Elle se serait préparée, aurait construit un front commun minimum et disposerait d’un candidat crédible, capable de damer le pion à la droite et à l’extrême droite.

Certes, cette campagne présidentielle nous réserve chaque jour d’extraordinaires coups de théâtre. Et il est encore bien hasardeux de dire ce que sera dans deux mois, le paysage politique. Pour l’heure, le candidat de la droite dure est sur le point d’exploser en vol. Le FN qui paye ses salariés avec de l’argent du Parlement européen, aura bien du mal à faire croire qu’il lave plus blanc. A priori, les vents sont favorables aux progressistes. Emmanuel Macron, à lui seul, peut même à ce jour espérer être au second tour de la présidentielle. Cela donne je l’espère à réfléchir !

Embrouilles et tambouilles au département

La démission de Véronique Riols (groupe Astruc)  de la Commission permanente du Conseil départemental, a suscité un mic-mac qui fera date dans les annales du Tarn et Garonne. Car derrière ce renoncement,  Christian Astruc et sa majorité avaient bien l’intention de faire le ménage chez les vice-présidents. Objectif : « virer » Brigitte Barèges,  et Monique Ferrero. Prudente et à bonne école, la maire de Montauban avait pris soin l’avant veille d’annoncer qu’elle n’était candidate à rien, s’évitant du même coup l’humiliation d’un congédiement.

La Commission permanente compte 18 membres élu(e)s à la proportionnelle,  à la plus forte moyenne et sur liste paritaire. Le groupe Astruc dispose de facto de 10 élu(e)s. Les autres se partagent donc les sièges restant. Une liste PS-PRG  aurait obtenu 7 élu(e)s, 4 pour le PRG et 3 pour le PS, la liste Baréges n’aurait eu qu’un élu. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

Les radicaux ont refusé de faire liste commune. Seuls ils ont décroché 4 sièges, le PS qui aurait pu gagner trois sièges, conserve tout juste ses deux représentants. Le dernier siège de cette joyeuse distribution, celui qui a échappé aux socialistes,  a été attribué à la liste Barèges  et donc à …Mathieu Albugues, le candidat de la droite aux législatives sur la deuxième circonscription,  celle où Sylvia Pinel, patronne du PRG, espère se faire réélire.

En clair, pour faire mal aux socialistes, les radicaux installent un peu plus dans le champ politique le concurrent direct de leur patronne! Les faux derches sont champions pour se tirer une balle dans le pied! La rancune est décidément mauvaise conseillère!

Ces pauvres radicaux n’en finissent donc pas de régler des comptes. Jean Michel Baylet qui n’a toujours pas digéré ses échecs au Sénat et au Département, cherche par tous les moyens à se venger, en s’alliant si nécessaire avec la droite la plus dure du département. Nous relations plus bas dans « moissac infos »  -cliquez ici- comment il a fait capoter la candidature Henryot à la présidence du GHT, le groupement hospitalier de territoire. Voilà maintenant l’épisode de la Commission permanente du Département. Et ce n’est pas fini! Les législatives devraient lui donner l’occasion de montrer une fois de plus son pouvoir de nuisance. Valérie Rabault, députée de la première circonscription, candidate socialiste déclarée, va devoir se méfier. Les « amis » radicaux sont devenus experts… en chausses trappes!

Inauguration des Urgences

Pas de ruban, mais la foule des grands jours: un ministre des collectivités territoriales, une ex ministre du logement, candidate à la primaire socialiste, des élus locaux, de tout gabarit et de toutes obédiences… C’était enfin l’inauguration officielle du service des urgences de l’hôpital de Moissac. Une inauguration que l’opposition Divers gauche avait réclamée avec insistance lors des Conseils municipaux.

Ca sent encore la peinture fraîche et le matériel neuf. Le service a été totalement refait pour trois millions d’euros. Entièrement payés par l’état. Il accueille en moyenne 1500 patients par mois. Une fréquentation en hausse parce que les besoins augmentent, mais aussi parce que la médecine de ville se décharge petit à petit sur l’hôpital.

Pour répondre aux besoins, pendant les travaux qui ont duré presque trois ans, les Urgences n’ont jamais fermé. Elles ont juste déménagé ce qui on s’en doute ne s’est pas fait sans difficulté. Coup de chapeau donc aux personnels soignants !

Et des coups de chapeau, il y en eut, aux architectes, aux aménageurs, aux entreprises de construction, aux chefs de projets aussi, le docteur Sabine Augé entre autres. Il fut aussi rappelé par le maire de Moissac que Jean Paul Nunzi, son prédécesseur, aidé de Pierre Mardegan, le patron des urgences dans le département, avaient monté le dossier, convaincu l’ARS (l’Agence régionale de santé) et obtenu les financements indispensables.

Sylvia Pinel improvisa un discours dont l’auditeur attentif put retenir que les maisons de santé étaient un des axes forts de la politique régionale sur les territoires. Et pour finir, le ministre des collectivités territoriales, « venu en voisin », fit son numéro favori : le panégyrique de lui-même. Il expliqua qu’en 1984, il avait obtenu, auprès de Georgina Dufoix, alors ministre des affaires sociales, des crédits pour la modernisation de l’hôpital de Moissac. Il insista encore sur l’intérêt de maintenir à l’ouest du département, des structures hospitalières, et un environnement médical de qualité. Il est vrai que population et professionnels craignent parfois que la création des GHT (groupement hospitalier de territoire) ne conduise à terme qu’à la fermeture pure et simple des petits hôpitaux. Curieusement, l’insistance du ministre sonnait comme une mise en garde !

 

Hôpital: deux chirurgiens pour le prix d’un

Le ciel semble s’éclaircir au dessus  de l’hôpital de Moissac-Castelssarasin. C’est du moins ce qui ressort des différentes interventions entendues au cours de l’assemblée générale du Comité de défense. Et pourtant, dans la salle des fêtes de Gandalou, ce n’était pas l’affluence des grands jours. Les syndicats du personnel hospitalier, CGT et CFDT, qui avaient séché la réunion, ont ainsi raté l’occasion de faire chorus avec les élus de toutes tendances, de Montauban comme de Moissac. img_3678

Certes la cause mérite cet élan partagé. Et on ne peut que s’en réjouir. Résistera-t-elle à l’épreuve des faits ? On l’espère. Ce qui est sûr, c’est que la question des chirurgiens semble en voie de règlement. Afin de s’attacher les services des deux chirurgiens orthopédistes, l’hôpital de Moissac pourrait proposer à chacun d’eux, un poste à mi-temps de praticien hospitalier et ce pendant leur année probatoire qui est une obligation légale avant la titularisation.

La démarche est habile car elle rassure les chirurgiens et conforte ce service chirurgical, nécessaire au maintien de l’hôpital. Encore faudra-t-il que l’Agence régionale de santé (ARS), valide en mars prochain, la proposition ! Jean Paul Nunzi, le président du Comité de défense et Pierre Mardegan, vice président du Conseil départemental, médecin et directeur départemental des Urgences semblaient sûrs de leur coup. Tant mieux ! « C’est une victoire » s’est écrié Jean Paul Nunzi qui a tenu à y associer Christian Astruc, le président du Conseil départemental.  Pour autant, le Comité de défense ne veut pas baisser la garde. La droite annonce après les élections, des économies tous azimuts. Pas sûr alors que les services de santé échappent à la purge !

« Attention aux rumeurs »

C’est la deuxième fois que Pierre Mardegan lance cette mise en garde. La première fois,2016-11-04-19-40-26c’était devant les élus de la Communauté de communes, une vingtaine à peine (sur 130) avait alors répondu à l’invitation du maire de Moissac. En adepte de la méthode Coué, (le fameux psychologue) le docteur Mardegan invite donc chacune et chacun à croire à l’avenir de l’hôpital. Et à le dire, car selon lui, c’est nécessaire. Et pourtant dans ce paysage soudain repeint aux couleurs du printemps, des questions demeurent. Comment fonctionnera l’attelage avec Montauban ? Et les médecins, joueront-ils le jeu ? Certains généralistes préfèrent depuis longtemps envoyer leurs malades dans le secteur privé. Et pourquoi l’hôpital de Moissac ne disposerait-il pas d’un service de pédiatrie, de neurochirurgie… etc…

A l’évidence, il y a encore du boulot ! Montauban, majoritaire dans la gouvernance du GHT (groupement hospitalier de territoire) qui veut construire un nouvel hôpital du côté de Bressols, fait peur au petit poucet de Moissac. La complémentarité des structures (CHU de Toulouse, centres hospitaliers de Montauban, et de Moissac) apparaît encore comme une construction très théorique, faîte pour rassurer le plus faible de ce dispositif. Au delà des apparences, l’engagement et la bonne foi des principaux acteurs de cette recomposition du système de soins dans le département résisteront-ils au temps et aux épreuves ?

Mais ne boudons pas notre satisfaction, soyons positifs, puisque nous sommes sommés de l’être. Positifs… et vigilants !