Pouvoir d’achat et environnement

Non, non non, il ne faut pas reculer sur la taxe carbone, n’en déplaise à Ségolène Royal qui cause fort parce qu’elle est en campagne, mais dont on se souvient qu’elle a capitulé devant la fronde des Bonnets rouges, laissant à l’Etat une facture de plusieurs milliards. Plus grave, cette reculade piteuse a fortifié la nébuleuse des pourfendeurs de l’impôt qui si l’on en croit certains médias, et surtout la classe politique, avec au premier rang, le député François Ruffin, le déjà rival de J.L Mélenchon, seraient les nouveaux Robin des bois.

Nous ne sommes pas dans la forêt de Sherwood. Nous sommes en démocratie, avec des représentants élus, révocables à la prochaine élection. Nous sommes dans un état de droit et ceux qui élus ou pas sont disposés à en faire litière, feraient bien d’y réfléchir à deux fois. Après, il pourrait bien être trop tard.

Cette fronde des gilets jaunes est indéniablement populaire si l’on en croit les sondages d’opinions. Elle procède, on l’a dit, de motivations diverses et souvent contradictoires. Il y a de tout dans ce mouvement, du pire et du discutable, selon des proportions que nul n’est capable à ce jour d’établir. Et comme dans une auberge espagnole, chacun y trouve son sujet. D’où ce succès chez les sondés.

La difficulté pour le gouvernement, c’est que dans la période, il est inaudible ou presque. Quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse ! A preuve : l’accueil réservé au discours du Président de la République. Et pourtant, il y avait tout dans ce discours : le cap, la méthode, le calendrier, les mesures concrètes… sans parler de l’écoute, de la compréhension des colères présentes et de l’engagement à mieux accompagner socialement cette période de transition, à faire en sorte aussi que le travail paye définitivement plus.

Mais Macron demeure aux yeux d’une majorité de Français, le président des riches. Celui qui a augmenté la CSG des vieux retraités et supprimé l’impôt sur la fortune des plus aisés. Sa parole est donc suspecte. Est-il temps de redresser cette vision ? Nombre de marcheurs s’interrogent : que faire ?

Ils savent bien que renoncer à la taxe carbone serait sonner le glas de toute nouvelle possibilité de réformes. Ils savent bien qu’aucune concession matérielle, sur les taxes, ne sera jamais suffisante pour entraîner l’adhésion des gilets. Ils savent bien que les oppositions politiques ne donneront jamais à E. Macron un certificat de bonne conduite écologique. Il n’était qu’à entendre le Vert Yannick Jadot, jeudi matin sur Inter. Donc le Président n’a d’autre choix que poursuivre, de persévérer… mais en tenant compte de ses erreurs.

On sait déjà que la suppression de l’ISF a eu pour premier effet la diminution des dons aux associations. Fâcheux ! Mais l’investissement, y a-t-il gagné ? Rien ne l’indique et le député LRM, Bruno Bonnell se propose de le vérifier. C’est dire ! D’une manière ou d’une autre, pour l’exemple, pour le symbole d’une République solidaire, il faudra bien mettre à contribution millionnaires et milliardaires dont le train de vie abime un peu plus notre planète. N’est-il pas temps aussi, de se pencher sur le transport aérien dont le carburant est détaxé, sur les tankers et sur les camions qui ont tué le rail, sur les sociétés d’autoroutes … Il nous faut interroger notre modèle économique et nos modes de vie ! C’est le moment!

Publicités

Le 82 reprend des couleurs

En Tarn et Garonne, la croissance est de retour. Si l’on en croit la note de conjoncture de la Chambre de commerce et d’industrie, les affaires reprennent dans les secteurs de la construction et de l’industrie. Les carnets de commande se remplissent et le chômage commence sa décrue : moins deux pour cent sur un mois. Bonnes, très bonnes nouvelles qu’il faut cependant prendre avec précautions. D’abord parce que ces résultats demandent à être confirmés, on le sait bien, une hirondelle ne fait pas le printemps ! Ensuite parce que tous les voyants ne sont pas passés au vert dans le département. Ainsi en est-il de l’hôtellerie et du commerce qui certes pour des raisons diverses, n’ont pas encore sorti la tête hors de l’eau.

Les commerces, les boutiques devrait-on dire sans nuance péjorative, souffrent un peu partout dans les villes petites et moyennes. Victimes des grandes surfaces ! Le centre étouffé par la périphérie ! Dans cette nouvelle géographie, la consommation de masse y a trouvé son compte : produits bons marchés, à portée de voiture grâce à ces parkings géants dont la laideur le dispute aux nuisances environnementales. Du coup, l’opération « cœur de ville » lancée par le gouvernement, veut aider à la renaissance des centres urbains. Mais Moissac, on l’a dit ici, n’a pas été retenue, son dossier n’a pas été jugé convaincant.

L’hôtellerie, c’est encore autre chose. Disons tout de suite qu’elle est souvent vieille, que parfois elle ne satisfait pas aux normes en vigueur, qu’elle est peu engageante et chère. Elle n’a pas su se renouveler, alors que sont arrivés sur le marché de nouveaux produits qui répondent beaucoup mieux à la demande familiale. Les chambres d’hôtes ont depuis quelques années, creusé leur sillon. On en trouve partout, dans les villes comme dans les campagnes où elles ont été fortement soutenues par les organismes socio-professionnels. Et puis est apparu RBNB. Un des porte-drapeaux de la nouvelle économie numérique qui permet à tout un chacun disposant d’un appartement, d’une maison inoccupés, de louer pour une nuit ou pour une semaine. Le paradoxe, c’est que dans ce département où l’on évoque volontiers la fracture numérique, on a vu fleurir les propositions et prospérer ce type d’activité, au détriment bien entendu de l’hôtellerie traditionnelle.