R.N. : le baiser de l’araignée

Drôle d’époque ! Drôle de territoire ! La communauté de communes, Terres des Confluences a ouvert grands les bras au RN et à son représentant moissagais. En lui permettant d’accéder au rang de deuxième vice-président, en charge du tourisme, ce qui je me répète, ressemble à un gag (voir article précédent), elle normalise de facto et l’homme et son organisation. Les élus communautaires qui ont voté pour R. Lopez, ils étaient 37 (le RN dispose de 14 voix), se sont-ils bouché le nez pour consentir à un tel vote ? Considèrent-ils, plus probablement, que le RN est un parti comme les autres et doit bénéficier des mêmes attentions ? En tout cas,  cela revient à donner raison à la stratégie de ce parti : se dé-diaboliser pour mieux phagocyter une partie de la droite classique. Le baiser de l’araignée en quelque sorte !

Bien sûr, les électeurs moissagais ont choisi. Donc il n’est pas question de s’asseoir sur le suffrage universel, pas plus qu’ostraciser totalement notre ville dans la répartition des places et des rôles ne serait acceptable. Il est normal que Moissac ait le droit de s’asseoir à la grande table communautaire. Mais était-on obligé de donner à ses représentants un rang aussi élevé, d’installer le RN en lieu et place de l’équipe précédente, celle de Jean Michel Henryot ? La réponse est dans la question. Notre Com-com n’a pas été capable de faire ce que Perpignan a réussi : reléguer le RN en bas du tableau, afficher ostensiblement une différence. Ce que la droite des P.O. a fait n’est pas rien, au regard surtout du poids de la ville au sein de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole ! Nos élus communautaires, eux, ont failli. Ils ont préféré, après des tractations plus ou moins avouables, la normalisation du RN au courage politique. C’est dire combien sont de circonstances leurs indignations ! Du coup, on se prend à regretter le mode d’élection des délégués communautaires, qui oblige pour constituer un exécutif à tous les arrangements, à tous les tripatouillages dont la démocratie ne sort pas grandie. L’élection d’une liste ad hoc au suffrage direct aurait au moins le mérite de la clarté et donnerait à l’équipe dirigeante légitimité et force.

Le système actuel est opaque, totalement incontrôlable par les citoyens, il est aussi injuste. Il relègue automatiquement au rôle de figurants les oppositions municipales. J’avais eu sous la précédente mandature l’occasion de m’en émouvoir en séance plénière, sans que cela n’interpelle personne. Je constate aujourd’hui que rien n’a changé.

Com-Com: le changement dans la continuité

Dominique Briois, maire de Lavilledieu du Temple a été élu président de la communauté de communes Terres des Confluences par 46 voix sur 62 votants. Sous la mandature de Bernard Garguy, qui ne se représentait pas, il était adjoint aux finances. Les deux hommes ont semble-t-il procédé à une permutation, c’est en effet ce même Bernard Garguy qui devient le 4° vice-président, en charge des finances et du pacte fiscal. Le périmètre de cette fonction méritera d’ailleurs quelques précisions, au moins pour ce qui concerne le volet fiscal. Sans surprise, Jean Philippe Besiers, maire de Castelsarrasin, hérite du développement économique, premier vice-président élu avec 42 voix, mais probablement satisfait d’avoir placé un proche à la tête de la collectivité.

Dominique Forneris, mais de Durfort Lacapelette s’occupera de développement durable, tandis qu’Hugues Samain, maire de Labourgade, septième dans l’ordre de présentation sera en charge de l’environnement. Ce saucissonnage entre développement durable et environnement interroge. On aurait pu imaginer, pour une meilleure efficacité, les deux dossiers dans un paquet unique! Annie Feau, maire de Montesquieu récupère le développement social, tandis que Bernard Bouché, maire de Saint Nicolas de la Grave fera de la communication.

Ah, j’allais l’oublier, Romain Lopez… Le maire de Moissac va œuvrer à la promotion touristique. Deuxième vice-président élu avec 37 voix. Dit comme ça et à en croire ses prises de positions récentes, on pourrait croire à une blague ! En fait, il n’en est rien. La Com-com a reconduit à l’identique la répartition des rôles entre Castelsarrasin et Moissac qui prévalait sous la précédente mandature. Mais pouvaient-ils priver Moissac de ce flambeau, notre ville étant, c’est une réalité, la porte d’entrée du tourisme dans le département? C’eût été alors une autre histoire pour laquelle il aurait fallu une bonne dose de courage politique. Juste improbable en Terres des Confluences!

 

Le système R.N.

Le tout jeune maire Rassemblement national a hérité, pour ses premiers conseils municipaux, d’une salle toute neuve, où la lumière joue magnifiquement avec les matériaux nobles choisis par l’architecte. L’espace est clair, sobre et fonctionnel. Cela vaut bien, je n’en suis pas coutumier, un coup de chapeau à l’ancienne majorité de Jean Michel Henryot.

Ce deuxième conseil de la première mandature d’extrême droite dans l’histoire de Moissac a été vite emballé. Il faut dire que l’ordre du jour était maigrelet : la désignation des grands électeurs qui le 27 septembre prochain enverront pour le département de Tarn et Garonne deux sénateurs au palais du Luxembourg. Avec ses 13000 habitants, les 33 conseillers municipaux de la ville sont d’office qualifiés, le maire faisant savoir qu’il ne participera pas au vote ni en tant que titulaire, ni en tant que suppléant. On a compris que l’homme savait faire de la politique. Cette mise en retrait volontaire lui permet de rester sur l’Aventin, une façon de ne pas injurier l’avenir, et de payer son tribut à un certain potentat valencien qui lui manifesta dans son journal une étonnante bienveillance tout au long de la campagne électorale.

Rien d’étonnant dès lors que notre fringuant nouvel édile, ait pris un malin plaisir à proposer dans sa liste de délégués suppléants, une des figures populaires du radicalisme local qu’on croyait plus attachée au quartier du Sarlac et à son Petit bois qu’aux sirènes lepénistes. Parmi les 9 délégués suppléants, un autre personnage bien connu des Moissagais a fait sensation : le président de l’association de défense des usagers de l’hôpital, par ailleurs membre éminent du Comité de défense. Ancien de l’équipe Henryot en 2014, il avait, au bout de quelques semaines, démissionné de son mandat d’adjoint aux finances pour dire tout le mal qu’il pensait de ses anciens compagnons. On sait maintenant que cette dissidence était purement idéologique, puisque cet ancien professeur de mathématiques a donné de son temps pour initier le futur maire RN aux problèmes de notre hôpital. Tout s’éclaire donc ! Et on comprend mieux la fronde, dont il fut un des porte-voix, qui a conduit Jean Paul Nunzi, président de ce même Comité de défense à démissionner.

A propos de démission, je ne sais pas ce qui se passe chez TEMS, mais trois départs d’un seul coup, ça interpelle. Il n’y a donc pas que les glaces des pôles qui fondent à vue d’œil ! Et les propos de certains colistiers sur les réseaux sociaux me laissent penser qu’ils n’ont toujours rien appris de leur défaite. Mais comme dit l’autre, les chiens aboient, la caravane passe !

Bref, rien qui ne changera la vie des Moissagais lors de ce dernier conseil municipal, mais une série de signaux, comme autant d’alertes sur le vrai visage de ce lepénisme municipal aux manières si convenables. Le maire s’était défendu sur twitter dont il semble, tout comme Trump, un adepte inconditionnel de ne pas vouloir installer un cabinet mariniste (Marion étant son ancienne et jeune patronne en délicatesse avec Marine, sa vieille tante). Bingo ! Voilà que vient d’arriver à Moissac sur un poste budgétaire créé pour la circonstance, un autre jeune lepéniste, rescapé des municipales de Toulouse où il n’a guère brillé. Candidat éconduit là-bas, directeur de cabinet et commissaire politique ici! Pour les économies, on attendra. Et pour le reste, c’est tout vu : le système RN se met en place, les bébés Le Pen investissent la ville ! Et maintenant qu’ils sont installés, ils se lâchent. Dans un autre twitt, pour justifier ses choix, le maire s’est permis cette sortie pour le moins imbécile : « …quand on voit les dégâts engendrés par la « collaboration » entre JM Henryot et l’ex secrétaire de Nunzi » (sic). On notera l’emploi du terme « collaboration » qui est tout sauf innocent dans le vocabulaire d’un parti où la nostalgie tient lieu de colonne vertébrale. Au passage, on appréciera le mépris à l’égard d’une salariée dont le dévouement et la loyauté n’ont jamais été pris en défaut, avec Nunzi, comme avec Henryot. Quant aux dégâts, on attend toujours une analyse sérieuse de la situation. Il ne suffit pas de gonfler ses petits biceps sécuritaires pour remettre la ville sur les bons rails. Il y faut un programme cohérent et ambitieux, comme celui que portait notre liste « Moissac naturellement ». Nous n’avons certes pas convaincu les Moissagais, mais la crise économique et sociétale qui s’ouvre avec les nécessaires transformations qu’elle esquisse, nous donne déjà raison.

« Retrouvons Moissac » clamait le candidat lepéniste. Chiche ! Retrouvons notre ville, modèle de tolérance, d’ouverture aux autres, d’attention aux plus vulnérables, qui protégea des centaines d’enfants juifs, qui fut pendant trois décennies, un des pôles culturels dans le département, attachée à la mise en valeur d’un patrimoine de réputation mondiale. Le Lepénisme municipal n’est pas la fin de l’histoire. Il ne tient qu’à nous, qu’à tous les citoyens de bonne volonté, de renouer le fil. Les six années qui viennent s’annoncent difficiles mais exaltantes.

Quand les masques vont tomber

Pour moi, la nuit de dimanche à lundi, fut contrairement à d’autres une nuit courte et agitée. Mauvais rêves ! Même pas prémonitoires, j’ai assez dit que sous des dehors policés, le nouveau maire de Moissac était un pur produit de l’écurie Le Pen, lignée Marion. Il suffit de bien lire l’interview qu’il vient de donner. L’homme se veut rassurant, mais cache à peine le fond de sa pensée. Passe sur les policiers qu’il veut embaucher, il est dans ses fondamentaux, à tel point que le maire qui sera officialisé samedi prochain, entend prendre directement en charge la sécurité. Cela fera un adjoint en moins. Et comme l’adjoint aux finances sera aussi en charge du personnel, il annonce déjà 7 adjoints au lieu de 9 dans la précédente équipe.

Comme il se doit en République, le sortant a donné les clefs de la mairie au nouvel arrivant. Passation de pouvoir. Avec au passage un tacle à l’ancien maire socialiste, coupable, si l’on en croit le journal, de ne pas avoir passé le relais en 2014 au nouveau maire LR.  Mensonge bien entendu ! J. P. Nunzi qui n’a jamais manqué d’aménité, ni d’esprit républicain, a fait faire le tour du propriétaire à Jean Michel Henryot tout en l’informant sur les dossiers en cours.

Parmi les priorités du nouveau maire, trouver des remplaçants aux cadres territoriaux partis ou en partance. Et là, il annonce la couleur, ce seront « des personnalités de notre sensibilité politique » Si l’on veut candidater, on est prié de montrer patte grise ! Cela ne serait-il pas discriminatoire ? Un mot pour les commerces et arrive la question de l’hôpital. On va voir ce qu’on va voir. Notre jeune édile va demander les comptes (les syndicats les ont tous les ans) et faire voter en Conseil municipal une motion. Rien que ça ! C’est vrai qu’il a découvert le problème sur le tard et n’a donc pas pu participer aux pétitions, occupations, manifestations, délégations, négociations diverses et multiples organisées depuis des années par le Comité de défense et Jean Paul Nunzi.

Interrogé sur la culture, le nouveau maire annonce plus franchement la couleur : Arène Théâtre qui craignait l’arrivée du RN aux affaires, sait maintenant à quoi s’en tenir : « ils seront indépendants sur tous les points » Autant dire, finie la résidence. Et MCV, et le festival des Voix ? Le RN veut revoir la copie et surtout pas question d’un rapprochement avec Castelsarrasin. On imagine déjà ce que vont donner les débats au sein de la Communauté de communes, notamment pour l’élection du nouveau président (B. Garguy ne se représentant pas). En effet, le RN ne veut pas d’un « caniche » de l’une ou l’autre ville. Un homme averti en vaut deux !

Lendemain de bal

Moissac vient de tourner une page de son histoire. Avec une participation supérieure de 8 points à celle du premier tour, les électeurs n’ont pas boudé ce rendez-vous démocratique. Ils ont voulu faire un choix clair et de ce point de vue les résultats sont incontestables. Pour autant, ils interrogent lourdement l’avenir. En donnant les clés de la ville au RN, les Moissagaises et Moissagais ont fait un pari perdu d’avance.

Ville historiquement de gauche, radicale d’abord, puis socialiste pendant 36 ans, la voilà désormais dans les mains d’un groupe dont le programme peut se résumer à son slogan de campagne : « Retrouvons Moissac ». Comme une photo sépia, une façon de regarder l’avenir dans le rétroviseur, sur fond de France éternelle, et d’ordre social immuable. Cette idéologie à proprement parler réactionnaire ne résoudra rien des problèmes que connaît notre ville. Pire, elle aura tôt fait de les aggraver.

Bien sûr des raisons économiques et sociales peuvent expliquer un tel résultat. Jadis, la ville affichait une prospérité enviable fondée sur une présence industrielle qui faisait le pendant à une agriculture dont l’essor dépendait déjà d’une main d’œuvre étrangère. Mais depuis plusieurs années, et la dernière mandature de droite n’a fait que précipiter le mouvement, Moissac perd pied. Conséquences : aux difficultés économiques s’ajoutent des problèmes sociaux de plus en plus lourds. Le RN, comme partout où il s’implante, en a fait son fond de commerce. Les Moissagais verront vite que la marchandise est frelatée. Il ne suffit pas de quelques coups de menton bien appuyés, pour redresser une situation, attirer des investisseurs et redonner espoir.

D’autres raisons ont présidé à la victoire du RN. Le « dégagisme » à la mode aussi sur les bords du Tarn, n’y est pas étranger. Mais la division encore plus sûrement ! Nous avions très tôt tiré la sonnette d’alarme. Nous avions dès 2019 proposé le rassemblement, de la gauche à la droite sur un véritable projet municipal. Notre démarche fit long feu. Après le premier tour, dont les résultats ont confirmé sans contestation possible, toutes nos craintes, nous avons à nouveau appelé à un Front républicain. Pas un rabibochage aux relents de tambouille politicienne. Mais un accord de fusion dans une même liste dont le programme et les candidats témoigneraient de cette volonté de rassemblement. Hélas, forte d’un score qui la mettait pourtant très loin derrière le RN, pétrie de certitudes, la liste TEMS a refusé tout net. Manque de lucidité, de courage politiques ? « Errare humanum est, perseverare diabolicum »

Pour ce qui nous concerne, l’élection d’un disciple de Marion Maréchal Le Pen ne sonne pas la fin de la partie. Nous n’avons pas l’intention de rester sur le banc de touche.

« Moissac naturellement »

Lundi 29 juin 2020