Hôpital: déjà 7000 signatures

Le service des urgences de l’hôpital de Moissac a fait peau neuve. Plusieurs mois de travaux, que l’état a financé à hauteur de trois millions d’euros. Cette modernisation avait été défendue et lancée par Jean Paul Nunzi qui préside aujourd’hui le Comité de défense de l’hôpital.

Il est marrant le maire de Moissac. Dans un article récent, consacré à l’hôpital et publié par le « Petit Journal », il s’offusque des  « bruits qui circulent » et se sent tout à coup obligé à une mise au point.

Bien ! Jean Michel Henryot a enfin compris le sens de nos questions en Conseil municipal qui loin de relever de « la polémique stérile » comme il l’écrit, témoignent de l’inquiétude des Moissagais et Moissagaises. C’est exactement pour ces raisons que nous avions demandé la tenue d’un conseil municipal extraordinaire. Proposition rejetée d’un revers de main par l’équipe en place. L’article signé par le maire peut donc être lu comme une réponse à l’opposition de gauche et une tentative de clarification à l’usage de la population.

Sur ce dernier point, je crois que JMH devra remettre l’ouvrage sur le métier et qu’il faudra plus qu’un papier concocté par ses services pour lever ambiguïtés et doutes.

La population qui veut comprendre ce qui se passe a dit massivement son attachement à son hôpital. Une pétition toujours ouverte, lancée par le Comité de défense de l’hôpital a recueilli à ce jour plus de 7000 signatures.

C’est tout dire ! C’est dire surtout que les habitants de Moissac, de Castelsarrasin et des alentours veulent avoir voix au chapitre. Ils ne se satisferont pas des justifications laborieuses sur telle ou telle décision de l’ARS. Ils s’inquiètent du vote des membres de la Commission médicale d’établissement (CME), donnant à l’hôpital de Montauban une majorité de fait. Ce qui revient à lui abandonner le pouvoir sur la future structure, le Groupement hospitalier de territoire. Ils s’interrogent sur les grandes et petites manœuvres de Pierre Mardegan, vice-président du Conseil départemental, ancien ami de Brigitte Barèges et au sein du Conseil départemental, nouveau compagnon de jeu de Jean Michel Henryot. Il se trouve que PM qui ne cache pas ses ambitions en cas d’alternance en 2017, veut aussi construire un nouvel et grand hôpital départemental. L’emplacement est déjà trouvé : Bressols. Mais qu’en pense donc le maire de Moissac? Sur ce sujet, il reste coi !

Fête de la Rose à Cayrac

Samedi prochain, 3 septembre, les socialistes Tarn et Garonnais font la fête. La traditionnelle Fête de la rose ! C’est connu, il n’y a pas de roses sans épines et il est vrai qu’en ce moment, elles prolifèrent un peu trop vite. Raison de plus pour venir nombreux, très nombreux analyser la situation politique, participer aux tables rondes, rencontrer Carole Delga et Valérie Rabault, se mettre un peu de baume au cœur.

Il faudra bien en effet discuter de Hollande, Macron, Valls, Montebourg, Hamon, Mélinchon et consorts. Parler d’eux, mais surtout de cette gauche en miettes, qui ne sait plus vraiment répondre à la société et encore moins aux classes populaires. Finie en effet la belle et reposante époque où l’avenir s’écrivait dans le Manifeste du parti communiste, le Front populaire, voire même dans le Programme commun de gouvernement.

C’était au siècle dernier. Nous sommes entrés depuis quelques années dans l’ère des temps incertains, dans la mise en questions de toutes nos évidences. Qui à droite comme à gauche, est capable aujourd’hui de fournir une réponse globale, crédible et donc rassurante aux questions que se posent nos sociétés modernes ? Par quel bout prendre le problème ? L’économie ? Les inégalités ? La culture ? La religion ? La sécurité ? Chaque jour, un thème chasse l’autre, un expert en détrône un autre.

Les certitudes d’hier font les querelles d’aujourd’hui et les impasses idéologiques de demain. Le temps s’accélère. Avec l’avènement du numérique, le monde est entré en ébullition permanente : ça communique, ça discute, ça dénonce, ça s’insurge à tous moments et sous toutes les formes. La cacophonie est totale et absolue, faisant un bruit de fond générateur d’angoisses. Les médias sont emportés par le maelstrom. Parfois misérables, ils s’imaginent puissants, entraînant avec eux la classe politique. Pour exister, il faut tweeter, face-booker à tout va, se perdre aux confins du pas grand chose, quand ce n’est pas du rien de la pensée. Cette complexité nous dépasse, feignons donc de lui donner sens. Faisons du bruit, communiquons, soyons médiatiques ! Et pendant ce temps, Billancourt désespère. Passy aussi et avec eux, tout cet entre-deux, ce ventre mou que les sociologues appellent la classe moyenne !

La complexité en effet n’est pas que sociétale. Les sciences, les technologies changent chaque jour nos vies, en modifient le sens et les finalités. Nous font tutoyer les dieux ! Enivrant et tragique privilège, gigantesques carambolages de révolutions dont le capitalisme triomphant repait le commun des mortels. Mais à tout ça y- a t-il une alternative ? Peut-on seulement la penser ? Quel monde voulons nous pour demain, pour nos enfants ? Et eux que veulent-ils ? Comment construire les résistances ? Au niveau des états, des blocs ? Localement ? Comment articuler ces réponses? Il est urgent, probablement vital de repenser nos modèles démocratiques, collectivement pour que chacun y trouve sa place. Et se remette à croire aux lendemains qui chantent!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les grandes vacances du Conseil municipal

Moissac aurait-elle pactisé avec le diable ? Se serait-elle accoquinée avec ce gouvernement socialiste si vilipendé ? La municipalité de droite pourra-t-elle encore pleurer, toute mauvaise foi ravalée, sur ce pouvoir accusé un peu rapidement de vouloir étrangler les communes ? Le dernier congrès des maires de Tarn et Garonne, fut l’occasion pour la députée socialiste Valérie Rabault, rapporteur du budget à l’Assemblée nationale, de montrer, chiffres à l’appui, que de 2012 à 2016, les communes du département, avaient bénéficié d’une hausse de 30% des subventions d’ investissement de l’Etat. Et ça continue! Le Conseil municipal de Moissac, le dernier avant l’automne, en a apporté si besoin était, l’éclatante confirmation.

Potion magique

Ainsi, ce sont près de 4 millions 140 000 euros que l’Etat pourrait offrir dans les années qui viennent à la ville de Moissac. Du jamais vu ! Ces subventions qui ne sont pas encore attribuées, précisons-le, sont un des fruits du Contrat de ville signé avec le gouvernement, qui prévoit des aides substantielles pour l’hyper–centre et le quartier du Sarlac. Elles sont aussi le résultat d’une politique nationale qui entend accompagner les projets de développement et d’amélioration du cadre de vie. Moissac est semble-t-il tombée dans la marmite !

Le tribunal

Du coup, le « Musée site » de l’Abbaye de Moissac reprend des couleurs, un projet lancé naguère par Jean Paul Nunzi, évalué aujourd’hui à plus de 4 millions d’euros à lui tout seul. Du coup, avec l’aide de l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine), une étude sur le logement, sur l’urbanisme et sur l’économie locale, va pouvoir être lancée, et dessiner un projet urbain pour les 10 ou 15 ans à venir. Objectif, entre autres, la rénovation du Tribunal ! Du coup, la réhabilitation de la Rue de l’inondation dont le financement n’était pas assuré, pourrait trouver avec l’Etat son bailleur de fonds. Du coup, même les religieuses vont goûter au fruit défendu. La maison du Patus, devenue maison des pèlerins, pourrait être financée à 70% par des crédits octroyés par le gouvernement. And last, but not least, la rue de Paris devrait à son tour bénéficier de la manne étatique.

Merci patron

La droite ne chante pas, pas encore, « merci patron ». Mais elle est bien obligée de reconnaître, que la période pré-électorale aidant, le gouvernement Valls sait accompagner les projets de développement. On ne va pas s’en plaindre. Si tout cela va au bout, c’est Moissac, sa population, qui en bénéficieront. Nous avons donc voté ces délibérations. Sauf une, la maison des nonnes, qui procède d’un choix idéologique dont peu de gens à Moissac ne perçoivent l’intérêt.

La foi du charbonnier

Et l’hôpital ? Tout va bien nous dit encore le maire dans une déclaration lue par sa première adjointe. Jean Michel Henryot était absent pour cause de réunion urgente. Certes, il admet avoir découvert au dernier moment l’arrivée au sein du GHT (Groupement hospitalier de territoire) des hôpitaux de Caussade, Négrepelisse et Valence d’Agen. Certes, il dit avoir émis des réserves sur les modalités de répartition des sièges au sein de la Conférence médicale d’établissement (CME) En l’état, Montauban serait totalement majoritaire. Certes, il aurait demandé la réécriture de la Convention. Et malgré tout, il se déclare confiant et serein. Foi du charbonnier ?  Il a, dit-il « des assurances ». Nous pas !

Pour y voir clair dans ce dossier bien embrouillé, nous avons demandé la tenue d’un Conseil municipal extraordinaire sur l’hôpital. Nous aurons juste droit à une réunion publique. Mieux que rien! Où ? Quand ? Comment ? Sa réponse ne le disait pas et son équipe était bien en peine d’en dire plus.

Vive les vacances!

Hôpital: ne pas baisser la garde

IMG_2474

Rassemblements

  • lundi 20 juin 2016 à 18 h 30 devant l’hôpital de Moissac.
  • jeudi 23 juin 2016 à 14h30 à la maison de retraite de Castelsarrasin à l’occasion du Conseil de surveillance.

Interrogée sur le devenir de l’hôpital, la mairie de Moissac nous répond depuis des mois sur l’air du « Tout va très bien madame la marquise ».

Et bien non, tout ne va pas très bien !

On peut même légitimement s’inquiéter de la situation faîte aux deux chirurgiens orthopédistes. L’un se voit réduit à la portion congrue, à peine quelques heures par semaines, alors que les patients sont de plus en plus nombreux et que l’activité du service ne cesse de croître, dépassant toutes les prévisions, tous les objectifs fixés par l’ARS (l’Agence régionale de santé). L’autre, véritable clé de voûte du dispositif moissagais, ne sait toujours pas quel sera son avenir dans la structure. Certes, il a été prolongé avec un contrat de travail d’un an, mais aucune garantie sur la pérennité de son poste ne lui a été donnée, aucune proposition sérieuse faite sur les conditions financières de son activité. On voudrait les dégouter qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

En cause bien sûr, la direction de l’hôpital qui fait la sourde oreille, qui s’obstine à opposer une fin de non recevoir aux demandes de ces médecins, qui ne semble pas entendre l’inquiétude qui monte et que relaie le Comité de défense. Car il y a de quoi être inquiets ! L’ARS a engagé une refonte des structures hospitalières du département autour d’un projet baptisé GHT, Groupement hospitalier de territoire. Il s’agit en fait de rapprocher les établissements, de mettre en place des synergies susceptibles de mieux répondre aux besoins des populations concernées et accessoirement de faire des économies.

Du coup, c’est à qui dans la jungle survivra !

Mal en point, l’hôpital de Montauban qui affiche un lourd déficit et doit affronter la concurrence des cliniques privées, autrement plus agiles dans l’offre de soins, cherche une solution à ses difficultés. Le rapprochement avec celui de Moissac, lui laisse entrevoir un espoir. C’est pour cela qu’il est favorable à l’opération. C’est pour cela que ses chirurgiens orthopédistes, longtemps hostiles à venir officier à Moissac, viennent de changer d’avis et se déclarent prêts à faire le déplacement. Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que cet intérêt soudain n’est pas aussi désintéressé… A ne pas y prendre garde, Moissac pourrait être vidé de sa substance, réduit au rang de dispensaire, sorte de gare de triage de la nouvelle entité dont le cœur resterait Montauban.

C’est ce marché de dupes qui nous menace.

C’est pourquoi, il faut, avant d’aller plus loin dans l’intégration des structures (qui a pris beaucoup de retard sur le calendrier initial) consolider la situation de Moissac. Installer durablement le pôle orthopédie en sécurisant l’avenir de nos chirurgiens. Ils sont la garantie que Moissac ne se fera pas manger tout cru, que notre hôpital continuera à offrir aux habitants du bassin (plus de 40000 personnes) les soins qu’ils sont en droit d’espérer, à proximité de chez eux.

Il faut donc ne pas rien lâcher sur la question du statut des chirurgiens. Il faut mobiliser, citoyens, élus, professionnels de santé pour arracher la décision. Pour dire aussi à l’ARS que nous n’accepterons pas n’importe quoi. Il faut le dire avec le Comité de défense qui appelle à une série d’actions de masse. Premiers rendez-vous :

  • lundi 20 juin 2016 à 18 h 30 devant l’hôpital de Moissac.
  • jeudi 23 juin 2016 à 14h30 à la maison de retraite de Castelsarrasin à l’occasion du Conseil de surveillance