Moissac ne veut pas de réfugiés

Le Tarn et Garonne se distingue. Sur la question des réfugiés, il est officiellement aux abonnés absents. Silence radio du Conseil départemental, pas une commune, par une intercommunalité représentée à la réunion de samedi dernier, chez le ministre de l’intérieur où s’étaient retrouvés près de 700 maires et adjoints.

Interpellées il y’a dix jours par le Parti socialiste, la mairie de Moissac, tout comme l’Intercommunalité, n’ont même pas daigné répondre. Non, la question des réfugiés ne les concerne pas. Probablement que dans leur esprit simplement l’évoquer les rendraient suspectes. Suspectes de vouloir esquisser un geste. Rendez-vous compte! Ne pas en parler, c’est faire en sorte, conduite magique, d’évacuer le problème, d’évacuer la question qui dans l’instant relève de l’éthique. Le FN peut ainsi mesurer son influence qui met en demeure (lire sur ce blog sa réaction à l’appel du PS) le maire de Moissac, le sommant en quelque sorte de choisir son camp. On verra donc jeudi 17 septembre, lors du Conseil Municipal de quel côté penche la majorité moissagaise.

Le silence a donc parlé: Moissac n’est pas concernée par la tragédie méditerranéenne. Moissac tourne le dos à son histoire, Moissac se recroqueville frileusement sur ses peurs, et s’enferme dans ses impasses.

Pour autant, la question des réfugiés demeure. Elle est d’abord morale. Comment ne pas réagir à ce que nous voyons, à ce que nous savons?  Oui, nos communes, nos intercommunalités, toutes nos structures officielles qui n’en finissent pas de grossir, peuvent faire un petit, un tout petit effort. Car bien évidemment, la question est aussi économique et sociale.

Moissac peut à bon droit faire valoir qu’elle a de plus en plus de mal avec ses immigrés économiques. (on y reviendra).  Pour autant, cela ne nous exonère pas  d’un geste de solidarité envers des hommes, des femmes, des enfants qui fuient la guerre et la mort. Nous avons les lieux, les bonnes volontés et même les moyens matériels. Bien entendu, tout cela s’organise, se prépare, avec l’Etat, le département et les acteurs de terrain, sachant que, il faut le redire,  notre ville ne saurait « accueillir toute la misère du monde ». Mais là, nous parlons d’autre chose qui tient à nos valeurs, à ce que nous croyons être et au final à ce que nous sommes réellement.

Les rendez-vous électoraux de 2015. 3

François Hollande envisage d’avancer à Octobre 2015 les élections régionales. Il veut semble-t-il être totalement disponible pour ce qui sera certainement la grande affaire de son quinquennat : la conférence mondiale sur le climat. C’est dire qu’il reste dix mois aux états majors politiques pour fourbir leurs armes. A gauche, ça s’agite déjà.

Jean Michel Baylet qui ne doute de rien, pousse ses pions et verrait bien sa protégée, Sylvia Pinel s’asseoir dans le nouveau fauteuil de président de la grande région M.P/L.R. Une perspective totalement inacceptable pour les socialistes qui estiment que même fusionnée les deux régions leur reviennent naturellement.

Martin Malvy, actuel président de M.P. devrait à 78 ans  raccrocher les crampons. Faute de successeur désigné, il y a aujourd’hui plusieurs prétendants au titre : la toulousaine et secrétaire d’état Carole Delga, le gersois, éphémère ministre de l’environnement, Philippe Martin. On dit aussi que le maire de Rodez Christian Teyssèdre s’y verrait bien. Sans parler des autres, Verts et Parti de gauche, tentés par un flirt électoral dont on a du mal à comprendre ce que les écolos en attendent. La partie sera rude même si on ne connaît pas encore les candidats de droite, à l’exception du FN  qui présentera probablement le perpignanais Louis Alliot, l’époux de Madame.

La partie sera rude aussi pour les départementales de Mars prochain. En Tarn et Garonne,  les candidats commencent à sortir du bois. A Moissac, Jean Michel Henryot pour l’UMP, Patrice Charles pour le FN, mais on ne connaît pas leurs colistières. A gauche, les choix sont faits : Franck Bousquet fera équipe avec Estelle Hemmami, suppléants Eric Holbe (artisan) et Marie Dourlent (agricultrice).