Delga imperator

queen carole

C’est fait. Lavallière et veste sombre, voici la première présidente de LR-MP. La socialiste Carole Delga a obtenu 89 voix. Elle pouvait en espérer 93, mais quatre vilains petits canards du Front de Gauche se sont abstenus, ne se sentant pas liés par l’accord électoral conclu si douloureusement entre les deux tours. Pourtant sans cet accord qui voulait rassembler toute la gauche, ils n’existeraient pas, eux qui se drappent dans la pureté idéologique: « nous avons passé un accord technique pour contrer le FN, pas un accord politique… » Et ils osent dire qu’ils font de la politique autrement!

De son côté, EE-LV, qui a obtenu un perchoir pour son chef Gérard Onesta, promu, c’est une première, président du bureau de l’assemblée, n’a pas fait défaut à la Présidente. Mais les déclarations et les mises en garde des écolos  promettent à Carole Delga des jours chahutés, quand l’assemblée rentrera dans le vif des sujets. Sans parler de ce curieux attelage où dans l’hémicycle on devrait voir un élu sans responsabilité exécutive, être placé au même niveau que la présidente de la région. Etonnant non! Pas tant que ça en fait quand on a suivi -ce blog s’en est régulièrement fait l’écho- les négociations entre PS et PRG d’une part, PS et « Nouveau Monde », la nébuleuse Onesta, d’autre part. Ambiance Troisième République, c’est peut-être pour ça que Carole Delga arborait ce matin une charmante Lavallière, la cravate de la demoiselle qui lui donna son nom au XIX° siècle.

Voilà pour le décor. Sur le fond, le discours de la première dame fut sans surprise. Il y eut un salut appuyé et ému à son prédécesseur, Martin Malvy, debout dans les tribunes et longuement ovationné par l’assemblée. Il y eut le rappel des valeurs et principes martelés durant toute la campagne: engagement, honnêteté, exemplarité…nouveaux rapports aux citoyens qui vont devoir se prononcer sur le nom de cette région aussi grande que diverse. Dans le même ordre d’idées, des Etats généraux du rail vont être organisés, afin de fixer les priorités alors que la LGV est contestée par ses alliés de EE-LV. Les collectivités locales ne seront pas oubliées. Dès cette année, elles seront consultées pour la mise sur pied d’un schéma de la formation, alors que sera mise en place une Conférence régionale pour l’emploi et la croissance.

Des débats, des débats, beaucoup de débats d’on on espère que jaillira la lumière! En attendant et pour soutenir le BTP, Carole Delga a annoncé dès cette année, 800 millions d’euros de crédits, une sorte de « plan Marshall » pour reprendre ses mots. Mais curieusement, et alors que Gérard Onesta se targuait d’avoir préparé avec elle deux heures durant, sa première intervention officielle, elle n’a rien dit des énergies nouvelles, de la croissance verte, de ces gisements d’emplois qu’évoquent régulièrement les écolos.

Elle n’a rien dit non plus sur le cumul des mandats, elle qui veut rester députée jusqu’en 2017.  Façon de dire à sa majorité qu’elle n’était pas prête à accepter n’importe quel oukase!

 

En finir avec le dénigrement

A l’occasion de ses voeux aux Français, le Président de la république a très précisément employé ces mots. Il parlait bien sûr de la France, mais il aurait pu parler du sort que lui réservent les médias et en particulier les réseaux sociaux. Pas un mot, paelysées une attitude, pas une décision de François Hollande qui ne soient l’objet de critiques (c’est la démocratie), de commentaires idiots (c’est l’effet mass médias) ou d’accusations aussi grotesques qu’énormes. C’est vrai pour la déchéance de la nationalité pour les terroristes condamnés par la justice française, c’est vrai des incidents de Corse, c’est encore vrai de la politique étrangère du Président… On pourrait multiplier les exemples à l’infini et pour s’en convaincre il suffit de taper sur Google le mot « Hollande » pour voir remonter des tréfonds du net des myriades de vidéos, photos et autres commentaires mal embouchés. Humour diront les esthètes de comptoir. A doses massives et répétées, cela ressemble hélas à un pilonnage en règle, à une entreprise de dénigrement systématique qui participe du rabaissement de la politique, et qui fait le lit du FN.

Mais revenons au fond. Il dit juste le Président quant il pointe du doigt les problèmes de la formation professionnelle. Quand il veut massifier l’action dans ce secteur, trop longtemps considéré comme le parent pauvre de l’éducation. Certes, il faudra, ici comme ailleurs, bousculer des habitudes, obliger à de déchirantes révisions de méthodes, mettre de la rigueur, fixer des objectifs comme autant d’impératifs catégoriques… Il y a gros à parier que très vite vont se faire entendre des grincements de dents, monter au créneau médiatique des spécialistes du « y’ a qu’à, faut qu’on »… On sait bien qu’en France, la réforme est à ce prix. Espérons, souhaitons, exigeons que le gouvernement tienne bon, qu’il ose aller au bout de cette louable démarche. L’emploi, encore moins le plein emploi , ne reviendront pas par le seul miracle de la croissance. Et d’ailleurs de quel type de croissance parle-t-on?

Dans ce pays, en matière d’emploi, le fossé est trop profond entre l’offre et la demande. Et si l’on doit tout faire pour réduire le chômage, mettre ou remettre dans la vie active des milliers de personnes qui désespèrent du système, il faut agir à tous les niveaux, tirer tous les bouts de la pelote: favoriser l’investissement productif, assouplir les règles en toilettant en profondeur le code du travail, lancer de grands travaux d’intérêt général, réorienter une partie de la recherche, et former, former, former les jeunes et les moins jeunes pour en faire de vrais acteurs de l’emploi et de la création de richesses. Y associer les partenaires sociaux et contractualiser le tout! Le Président a raison, l’emploi, le développement économique doivent être nos préoccupations premières. Nous n’avons pas le droit de nous abîmer dans de stériles et vains débats. En finir avec le dénigrement! Yes we can!

Régionales: l’heure des faux semblants

Ils sont tombés d’accord, PS, PRG, et Verts flanqués de  la petite nébuleuse qu’ils avaient constituée pour l’élection . Après quelques jours et quelques nuits d’âpres tractations, ils se sont répartis, sur la base des résultats du premier tour, les postes de l’exécutif régional. Pour le PRG, il s’agissait de faire appliquer l’accord arraché cet été par le patron du groupe Dépêche. Un accord qui donnait à Sylvia Pinel la place de présidente bis. Damien Alary, l’ancien président socialiste du Languedoc Roussillon a donc du s’effacer devant la dame de Tarn et Garonne qui au passage avait contraint son premier ministre à un curieux pas de deux, puisque pour complaire au Languedocien, Manuel Valls avait imaginé une présidence déléguée. Devant la difficulté, le projet fut vite abandonné.

Avec les Verts et leurs alliés, le bras de fer fut tout aussi redoutable. Après un premier tour qui lui donna à peine plus de 10 points, Gérard Onesta qui avait passé sa campagne à dire pis que pendre du bilan Malvy, des socialistes et du programme de Carole Delga, découvrait sur le tard quelque vertus à l’ancienne secrétaire d’état et à ses projets pour la nouvelle région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon. Après avoir fait savoir sur France3 qu’il ne voulait plus de vice présidence, le chef de file de « Nouveau Monde » demanda et obtint un poste de président… du bureau  de l’assemblée régionale. Colossale subtilité. Mais sur une carte de visite, « président » fait mieux que vice… Plaisanterie à part, Gérard Onesta s’est taillé un poste à sa mesure, d’où il va pouvoir donner du geste et de la voix. Et orchestrer à sa manière, les relations avec l’exécutif. Carole Delga qui n’a pas la majorité absolue va devoir composer en permanence avec cet allié très encombrant. Et découvrir peut-être à ses dépens que le nouveau monde n’est pas forcément l’Amérique!

Ils ont tous dit, à droite, mais surtout à gauche, qu’après ce vote, et le succès du FN, il fallait faire autrement, changer les démarches et les comportements politiques. Croyez vous que le spectacle de cette élection et des postures qui auraient fait le bonheur d’un Daumier, témoignent de ce souci? A l’évidence non! Le troisième tour, l’élection du président et de son équipe, qui aura lieu le 4 janvier prochain, devrait couronner les négociations d’appareils. Mais, comme un grain de sable dans un rouage de haute précision, il suffirait de pas grand chose pour que la construction tremble sur ses bases. Carole Delga est-elle réellement à l’abri d’un coup de Jarnac?

Moissac ou la tentation du « Petit site »

Le Conseil municipal a voté, lundi 14 décembre un avenant au contrat « Grands sites » signé avec la région Midi Pyrénées et qui prolonge jusqu’en 2017, l’adhésion de la ville à ce dispositif lancé par Martin Malvy. C’est bien, c’est en effet une chance pour Moissac qui peut ainsi bénéficier de l’expertise et des aides régionales. Mais on sent pourtant au sein de la majorité municipale comme un embarras grandissant. « Grands sites » serait trop exigeant, trop contraignant, obligerait la ville à des investissements qu’elle ne veut pas consentir. Voilà la ville renvoyée tout à coup à ses impuissances, incapable de choisir, de construire, en dépit de ses protestations, une politique touristique conquérante et ambitieuse.

L’affaire de l’aire de campings cars est de ce point de vue parfaitement révélatrice. Pour améliorer l’éclairage public sur le terrain de l’ancienne piscine municipale où elle sera créée, il a été décidé de porter le montant global de l’opération à 265 000 euros, le tout pour une cinquantaine de places de stationnement. L’Etat apportera une subvention de 73500 euros. Le Département dont l’un des vices présidents n’est autre que le maire de Moissac, n’a pas encore donné signe de vie, et la Région estime que le projet de la ville ne répond pas au cahier des charges de « Grands sites » et donc refuse sa subvention.

C’est dit. Moissac prétend ne pas pouvoir créer tous les équipements demandés, faute de moyens! Certes les temps sont durs en matière budgétaire, mais le surcoût de quelques dizaines de milliers d’euros aurait été compensé par la subvention régionale. Au final, les coûts à la charge de la municipalité auraient pu être comparables. En faisant le choix d’un « Petit site » comme l’a fortement expliqué l’opposition de gauche, la droite donne à Moissac un tracteur sans moteur pour tirer la ville vers l’excellence touristique. A l’évidence, la politique municipale patine.

Un ordre du jour indigeste

Ce Conseil était copieux, en raison de l’abondance de régularisations comptables, d’autorisations administratives et autres actes ordinaires dans la gestion d’une commune. Il y eut cependant trois ou quatre dossiers d’importance.

La loi NOTRE d’abord. Elle oblige les départements à mettre en place sous la houlette des préfets des schémas de coopération intercommunale. En clair, il s’agit de regrouper les communautés de communes pour qu’elles dépassent les 15000 habitants, en fusionnant des petites et de plus grosses. Objectif: créer 9 inter-communalités à fiscalité propre, et une communauté d’agglomération (Montauban) dans le département. Ainsi, le préfet se proposait de marier Terres de Confluences et Serre-Garonne-Gimone. Refus unanime du Conseil qui réclame le respect du SCOT (schéma de cohérence territoriale) qui prend mieux en compte les réalités du bassin de vie. Pour accompagner ce refus, l’opposition de gauche a insisté sur la nécessité d’une simplification des structures administratives « devenues illisibles » et a demandé au maire de d’en faire état auprès du Préfet.

La zone du Luc. Intermarché se révèle incapable d’aménager les 31000 m2 qu’il avait acquis pour en faire un parc commercial. Il a trouvé un repreneur, M. Chataigneau, qui va, autorisation ayant été donnée par le C.M., se substituer au distributeur. Peut-être verrons-nous enfin cette zone tenir ces promesses. Le nouvel arrivant a six mois pour conclure.

Travail du dimanche. Moissac bénéficie déjà de dérogations au travail du dimanche, au titre de ville touristique. Trois dérogations ont été accordées en 2015. La loi Macron indique que les autorisations doivent être données par branche d’activité. Pour 2016, les commerces de détail seront ouverts les 4, 11 et 18 décembre. L’habilement bénéficiera en plus d’une autorisation pour les 10 et 24 janvier, et le 17 juillet. Le maire pourra accorder sur demande des commerçants, d’autres dates, dans la limite de 12.

Communication. Le maire qui avait naguère annoncé des économies dans le domaine de la communication, il avait même expliqué qu’il supprimerait un emploi dans ce service municipal, a une fois de plus changé d’avis. Il va recruter un nouvel agent après le départ du responsable de service qui n’a pas obtenu le renouvellement de son contrat.  Tout cela serait pure anecdote, si cette opération n’apparaissait pas pour ce qu’elle est: l’éviction d’un professionnel, d’un bon et loyal agent communal, non pas pour des raisons économiques, mais pour des raisons politiques.

Prochain CM : le 4 février