Immigration : J.P. Nunzi s’explique


Il faut savoir que le maire n’a pas de réels pouvoirs pour réguler le flux d’immigrants dans sa ville, notamment en matière d’emploi et de logement.

Les immigrés en situation régulière circulent librement. Il n’y a pas de frontière à l’entrée de la ville et le Maire ne contrôle pas les arrivées et les départs des immigrés. Ceux qui emploient des personnes immigrées savent qu’elles n’ont pas besoin d’autorisation de la mairie ni même d’informer la mairie.

La mairie n’emploie pas de personne étrangère. La mairie ne loge personne.

Ceux qui louent des logements à des familles, immigrées ou pas, savent qu’elles n’ont pas besoin d’autorisation municipale ni même la nécessité d’informer la mairie.

Beaucoup de familles immigrées ne remplissent pas les conditions de ressources pour accéder à un logement social public. La plupart sont donc logés dans le secteur privé qui, à Moissac, assure l’essentiel du logement social, (29.5% du parc contre 6.9% pour le secteur public).

L’importance de l’immigration est liée à l’activité dominante de la commune, l’arboriculture, dont la main d’œuvre est en grande partie d’origine étrangère. On en a eu un exemple douloureux cet été avec ces dizaines de saisonniers agricoles, possédant des cartes de résidents espagnols, mais tous issus des pays d’Afrique du nord, qui travaillaient plus ou moins et logeaient dehors. Monsieur Guillamat, à ma grande surprise, a promis que la mairie les logerait et qu’aucun ne dormirait dehors. C’est une promesse faite un peu légèrement. Outre que ce n’est pas le rôle de la mairie, mais celui de l’Etat, que le logement des sans-abris quels qu’ils soient. Un hébergement par la mairie provoquerait un appel d’air qui ferait que ce n’est pas quelques dizaines mais surement infiniment plus de personnes qui seraient à Moissac et pas nécessairement avec du travail. Pour limiter ces arrivées, il faudrait réduire la part de travailleurs étrangers dans l’arboriculture. Des tentatives ont été faites mais ont en partie échoué pour différentes raisons.

Pour les personnes en situation irrégulière c’est à l’Etat de les renvoyer dans leur pays d’origine.

Il y a quelques années, j’avais demandé au directeur de l’école de Montebello de refuser l’inscription d’enfants dont les parents venaient de recevoir une décision d’expulsion. Ils devaient quitter le territoire rapidement. Le directeur de l’école m’a fait savoir que l’inspecteur d’académie lui avait donné l’ordre de recevoir ces enfants. Soit ! On peut comprendre que les enfants soient scolarisés jusqu’au moment du départ de la famille. Mais, si on pose ce principe, on ne peut pas ensuite, lorsque l’expulsion est en cours, demander que les enfants restent là parce qu’ils ont des camarades, des habitudes… et, partant de là, demander que les parents restent puisque les enfants sont scolarisés. Je suis en profond désaccord avec ceux qui pensent que les enfants devraient rester…la séparation de leurs parents serait plus douloureuse que la perte des petits camarades de classe. Par contre, il faudrait que les délais d’instruction soient raccourcis. Bien sûr, plus la famille reste longtemps en France, plus le départ est difficile pour parents et enfants. Aujourd’hui,  avec les recours sur le droit d’asile on peut arriver à 4 ans. Une loi serait en préparation pour ne pas dépasser 9 mois.

On a évoqué le regroupement familial et les certificats d’hébergement pour lesquels le maire n’émet qu’un avis en fonction des ressources, et de l’état et de la taille du logement, de celui qui accueille. L’OFII, (office français de l’immigration et de l’intégration), décide seul d’un regroupement familial, quel que soit l’avis du maire, (2 regroupements familiaux à Moissac depuis le 1er janvier 2013 !). Quant aux certificats d’hébergements, ils ne consistent qu’à accepter l’accueil d’un membre de la famille pour quelques semaines, à l’issue desquelles, le père, la mère ou les parents, doivent regagner leur pays d’origine. Le Maire émet un avis. C’est l’ambassade de France et l’Etat, dont le visiteur est originaire, qui décident. On le voit, c’est un problème difficile. On accuse la Mairie de tous les maux. On m’a même accusé de faire venir des étrangers.

Il faut vraiment me détester aveuglement ou ne pas être en mesure de réfléchir que de dire ou de colporter ces mensonges invraisemblables.

Je me suis efforcé, au contraire, d’être extrêmement vigilant sur le respect de la loi par tous, y compris les immigrés.

J’ai porté plainte et demandé réparation pour tous les actes de délinquance quels qu’en soient les auteurs.

J’ai pris des décisions difficiles à l’encontre de certaines pratiques. J’ai, avec succès, réussi à régler les problèmes de lieux de culte, en respectant l’environnement, les exigences de parking  (Ce qui n’a pas été facile, et sur ce problème, certains de mes anciens collègues, qui font aujourd’hui des promesses, ont été bien discrets, me laissant la responsabilité de les traiter seul).

Il y a des familles immigrées totalement intégrées, des gens qui travaillent dur, des enfants qui ont de belles réussites scolaires et professionnelles, des familles qui achètent des maisons à Moissac et ont l’intention d’y finir leur vie. Toutes ces familles doivent être respectées et intégrées dans notre société. Pour les autres, la loi républicaine doit s’exercer, sans excès mais aussi sans faiblesse.

L’immigration est aujourd’hui un problème sensible. Des milliers de gens quittent la misère ou la guerre  dans leur pays, au risque de leur vie parfois, pour atteindre ce qu’ils pensent être le paradis européen. C’est un vrai problème de société aujourd’hui qui exige des décisions claires des pays membres de l’Europe et du Conseil de l’Europe. La fermeté est nécessaire, « on ne peut accueillir toute la misère du monde ».

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s