L’opposition baylettiste fatigue


Dernier conseil municipal de l’année. Absents l’UMP dans sa totalité et Patrice Charles la toute nouvelle recrue de Marine Le Pen. Restaient donc les anciens alliés, pour un face à face qui aurait pu être tendu entre les troupes de JM Baylet et la majorité de J Paul Nunzi. Il n’en fut rien, les PRG et leurs nouveaux amis de droite (la fine équipe de Gilles Benech) firent bien pâle figure.

Au menu (copieux) de cette dernière séance, il y avait la désignation des élus devant siéger dans le futur syndicat de l’eau Moissac-Lizac. Le maire souhaitait une représentation de toutes les composantes du Conseil. Pour décliner l’offre, les baylettistes crièrent au vice de forme, estimant ne pas avoir été informés. Pas de bol, un courrier électronique daté du 4 décembre leur demandait de désigner leurs candidats. Courrier resté sans réponse et pour cause, ils ne l’avaient pas lu. Edifiant!

Autre thème, autre galéjade. La passerelle sur le canal, à proximité de l’Uvarium. Elle devrait voir le jour avant l’été pour permettre aux piétons et autres cyclistes de franchir le canal sans encombre, sans avoir à jouer aux équilibristes sur les grilles de l’écluse. Le candidat baylettiste nous servit un petit couplet de sa composition. Oui à la passerelle, non au port flottant qui coûte cher et ne sert à rien. Pain béni pour le maire qui lui fit remarquer qu’une fois de plus il était pris la main dans le pot de confiture. Il avait en effet voté le port (tout comme les budgets faut-il le rappeler!) Quant aux chiffres, l’ex adjoint aux finances lit trop la Dépêche du Midi. Il y eut cet été 530 nuitées et non pas 30 comme annoncé dans le journal.

Troisième dossier. Les transports urbains. Un besoin,  récemment encore,  exprimé fortement par la population. On n’en est encore qu’au stade des études, mais pour avancer, il faut que la commune de Moissac puisse devenir  « autorité organisatrice des transports urbains » et définisse du même coup un PTU (un périmètre de transports urbains). Rien de plus, rien de moins pour l’instant! Là aussi, ce qu’il faut bien appeler l’opposition, chercha la chicane, s’enferra sur des points insignifiants, pour finalement rendre les armes. Les Moissagais peuvent donc juger sur pièces : ces gens là s’enivrent de politique politicienne et se moquent comme d’une guigne du bien être des populations.

Et puis il y eut Grand site, le Conseil régional souhaitant contractualiser pour trois années supplémentaires avec la commune. L’enjeu est de taille : faire de Moissac un site d’accueil de niveau international. Les baylettistes ne purent réprimer un rictus expressif. On les comprend, il est difficile de rêver d’un retour au siècle passé (c’est ce qu’ils écrivent) et d’inscrire la ville dans la modernité,  de  lui promettre un rayonnement international. Du coup, ils n’ont pas voté. Martin Malvy, le président de la Région, appréciera!

Bref,  ce Conseil fut la démonstration de l’amateurisme de cette équipe Empociello, une équipe qui ne connait pas les dossiers, oublie qu’elle a tout voté et rien critiqué pendant six ans, fait de la petite politique, se perd en mesquineries qui seraient risibles si le sujet n’était pas d’importance : le bien être des Moissagais et le développement de notre ville.

PS : ne cherchez pas dans la Dépêche cette relation des faits. Les deux conseillers généraux n’ont pas oublié de donner les consignes au journaliste présent. Comme à l’accoutumée!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s