La vérité sur le portail de l’abbatiale


IMG_1187Tout d’abord qu’en est-il de la dégradation ?

Depuis la réalisation de la voie ferrée au dix-neuvième siècle et l’augmentation de la pollution atmosphérique au vingtième, c’est un fait, les pierres du portail et de certains piliers du cloître connaissent un vieillissement accéléré. Les infiltrations d’eau dues au creusement ferroviaire sont un problème connu. C’est grâce au réaménagement du Parvis, à l’interdiction de  la circulation automobile et à l’installation de barrières empêchant les remontées d’humidité réalisées à cette occasion par l’équipe municipale autour de Jean Paul Nunzi, que le portail a connu un répit

Mais aujourd’hui des remontées d’eau et de sel sont encore constatées et de nouveaux travaux sont à prévoir.  Après une première étude dont les résultats sont connus depuis le printemps dernier, un diagnostic plus complet doit être réalisé avant tous travaux. On n’intervient pas sur ce chef d’œuvre comme sur sa salle de bain. C’est une entreprise spécialisée qui doit s’en charger et les mois qui viennent de s’écouler ont été passés à réaliser le cahier des charges et à lancer l’appel d’offres pour trouver cette entreprise. C’est le ministère de la Culture, par l’intermédiaire de la Direction Régionale des Affaires Culturelles qui a piloté le processus. Son rythme doit être le nôtre. Dans quelques jours l’entreprise sera choisie et l’étude de diagnostic pourra commencer.

Une réflexion sur “La vérité sur le portail de l’abbatiale

  1. Ce dernier article (le tympan se détériore), après bien d’autres, montre en arrière-plan une vérité que les scribouilleurs à la botte des duettistes Guillamat/Empociello seraient bien en peine d’admettre : ils ne savent pas, ne peuvent pas attaquer Jean-Paul Nunzi et ses fidèles sans attaquer Moissac. Or, la Dépêche n’est pas lue qu’à Moissac. Et les dégâts sur l’image de la ville s’aggravent de jour en jour, de perfidie en mensonge. Bravo le duo ! A partir de ce constat, une autre réalité s’impose aux détracteurs : c’est l’identification du maire sortant et de sa ville. Moissac (telle qu’elle est aujourd’hui), c’est Nunzi, non seulement dans l’esprit des moissagais et dans celui de ses soutiens, mais aussi, à leur corps défendant, dans l’esprit de ses diffamateurs. Faites donc preuve de talent et calomniez si vous voulez, mais ne touchez pas à Moissac.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s