Hôpital: bientôt une réunion publique


Le conseil est de plus en plus décimé. La majorité a du mal à réunir toutes ses troupes. Ce qui n’a pas gêné le maire pour faire voter quelque 37 délibérations.

Après l’intercommunalité, (voir plus bas) le maire a annoncé  la création de deux emplois d’animateurs sociaux dans le cadre de la politique de la ville. Deux postes payés par l’état mais que curieusement Jean Michel Henryot n’a pas voulu rattacher à MAJ dont c’est pourtant la mission. Comme si la mairie se défiait,  mais sans le dire,  de l’association héritée de la précédente majorité!

Puis, c’est magique, on nous a expliqué que l’emprunt diminuait, grâce à une renégociation des taux d’intérêts (nous l’avions demandé dès le début du mandat), alors que la mairie va en contracter un nouveau de 300 000 euros. Les contorsions rhétoriques des élus ne cacheront pas la réalité: l’endettement augmente. Ce qui n’est pas forcément un mal en soi. La question étant de savoir pour quoi faire!

Après les délibérations « techniques », incontournables dans la gestion d’une commune, vinrent les questions diverses, celles  du groupe Divers Gauche.

L’hôpital

Un poste de praticien hospitalier a bien été identifié et proposé à l’un des chirurgiens. Mais parce que la direction de l’hôpital ne lui fait pas une offre salariale à hauteur de ses espérances, rien n’est à ce jour réglé. Un nouveau rendez-vous est prévu dans quelques jours. Quant au deuxième poste, revendiqué notamment par le Comité de défense de l’hôpital et qui garantirait l’activité de la structure moissagaise, rien à ce jour, si ce n’est le lancement d’une procédure de création, incessamment sous peu! Le temps passe et les promesses tiennent les patients heureux!

Mais promis, juré, le maire tiendra une réunion publique d’information sur l’avenir de l’hôpital… bientôt! Quand ces messieurs-dames de l’Agence régionale de santé, auront le temps de venir jusqu’à Moissac. Nous avions demandé un Conseil municipal extraordinaire sur la question, on se satisfera donc d’une réunion publique. A condition qu’elle ait lieu avant la fin de l’année!

Le Service des Urgences, modernisé,  (3 millions d’euros d’investissements) a été ouvert et visité par quelques heureux élus (aux deux sens du terme).  Mais devant nos protestations, promesse nous a été faite, une fois encore, qu’il serait dûment inauguré, en présence du « tout moissac » et même au delà.

L’eau

Le rapport annuel sur la qualité de l’eau est bon, mais le réseau fuit. On perd de l’eau, 15 postes de localisation des fuites seront mis en place.

Commerces

L’ouverture du supermarché le dimanche n’inquiète pas davantage le maire, qui se réfugie derrière la loi. Pour aider les commerces de centre ville, il annonce des animations spécifiques. Il admet au passage que le Marché de plein vent, n’est pas au mieux de sa forme et affirme poursuivre la concertation avec les producteurs.

Cantines scolaires

La nouvelle règlementation, l’obligation pour les parents d’inscrire à l’avance leurs enfants,  a, si l’on en croit l’adjointe en charge du dossier, réduit les impayés à presque rien. Restent les petits que les parents ont oublié d’inscrire. Ils ont droit à un coin de cantine et à un repas froid. Bonne nouvelle, l’école du Sarlac a ouvert un self-service. Il parait que les gosses adorent!

Festival des voix

Il est cette année déficitaire: 26000 euros. Mais selon la mairie, 18% de son budget aurait profité aux commerces locaux. Pour le reste, tout le monde est content, même si le maire déplore l’attitude du Conseil régional qui n’aurait pas subventionné cette manifestation à hauteur de son intérêt.

En fait, le problème récurrent dans ce domaine, c’est Castelsarrasin et sa volonté d’installer en ces murs un festival à sa mesure. « Alors Chante » a certes déposé le bilan, mais on annonce un nouveau rendez-vous culturel, aux mêmes dates que le nôtre, ce qui risque encore de lui compliquer la vie. Nous avions dit depuis longtemps que le Festival des Voix devait être l’affaire de tout le territoire. Mais trop long à la détente et assez peu combatif sur le dossier, le maire ne parvient pas à faire entendre raison à son homologue de Castelsarrasin. Que fait donc la Communauté de communes pour rapprocher les points de vue?

PS (comme parti socialiste ou post scriptum)

Le journal de la démocratie populaire, version Ceausescu, s’est une fois de plus illustré dans son compte-rendu du Conseil. Il fait parler (mal) l’opposition qui bizarrement est réduite dans ses colonnes à une seule personne. Gérard VALLES était-il absent? Pas à ma connaissance!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s