Les miracles de Saint Pierre


L’Etat, la Région, le Département, Terres des Confluences, toutes les institutions convolent désormais au chevet de l’Abbatiale Saint Pierre de Moissac. Deux photos résument bien cet engagement collectif : l’une sur le site officiel de la mairie, où l’on voit ministre et préfet occupés à parapher à qui mieux-mieux, l’autre dans le quotidien local où Sylvia Pinel réapparait, la vice présidente du Conseil régional étant par ailleurs candidate PS-PRG dans la deuxième circonscription du département.

Le Chantier est, il faut en convenir, d’importance. Il s’agit d’offrir aux visiteurs de nouveaux espaces de découverte avec le chemin de ronde de la tour clocher et l’étage des ailes Nord et Est qui sera aménagé pour accueillir des expositions. Des parcours à thèmes présenteront la sculpture romane « marque de fabrique » de l’abbaye Saint-Pierre de Moissac ; l’abbaye Saint-Pierre et la ville de Moissac ; mais aussi le cloître, comme « lieu d’inspiration ».

Ce projet a été approuvé par le Conseil municipal le 30 juin 2016. Notre groupe Divers gauche a voté pour. Il faut en effet moderniser et enrichir notre offre muséale et plus globalement notre offre touristique. (on reparlera du Centre Firmin Bouisset qui a l’évidence s’inscrit dans cette stratégie) L’ancien maire Jean Paul Nunzi, et sa majorité de gauche, étaient bien conscients du problème Saint Pierre. En 2011, un document qui demeure un travail de référence, dessinait déjà le projet « D’aménagements du secteur sud abbatial », incluant le Palais Abbatial et le Patus. (voir le schéma en cliquant ici ) Nous avons eu tout juste le temps de faire du Patus un magnifique jardin intérieur. La droite et le PRG firent campagne en 2014 contre ces travaux. Nous parlions alors d’investissements, ils n’avaient pas de mots assez durs pour dénoncer « le gaspillage » des deniers publics. Voilà la droite aux affaires, et tout-à-coup convertie, y compris ce qui reste des Radicaux, à l’intérêt d’un tel projet ! Comment faire pour ne pas avoir raison trop tôt!

L’ambition est aujourd’hui la même : doubler le nombre de visiteurs. Ils étaient 67000 en 2016. Enorme ambition qui va mobiliser de gros moyens financiers car il faut procéder à un réaménagement complet de l’ensemble abbatial. Les opérations devraient commencer à l’été. Le total des travaux est évalué à 4, 8 millions d’euro. Le plan de financement prévoit une très grosse participation de l’Etat (voir ici le tableau des financements). Ce qui confirme ce que nous soulignons depuis des mois : jamais Moissac n’a été aussi bien servie par un gouvernement, dont il faut souligner qu’il est encore socialiste.

La photo est bonne

Revenons donc sur ce beau cliché. (cliquez ici). Que voyons-nous ? D’abord des absents, les élues moissagaises à la culture, la patronne de l’Office du tourisme et quelques autres si habiles en d’autres circonstances à se laisser tirer le portrait. Puis au premier plan, le conseiller régional de l’étape, Patrice Garrigues, la vice présidente du Conseil régional, Sylvia Pinel qui après 15 jours de carême politique, a besoin de s’afficher et puis le ministre des collectivités territoriales, Jean Michel Baylet, président aussi d’un organisme dont bien des citoyens découvrent l’existence, le PETR, le Pôle d’équilibre territorial et rural. Cet engin créé en janvier 2014, est présenté comme le pendant du pôle métropolitain, dans le sens où il permet la coopération entre des territoires ruraux et des petites et moyennes villes. En clair, il constitue un erzats de département dont le patron de la Dépêche du Midi a vite compris l’intérêt pour reprendre un peu d’envergure dans le Tarn-et-Garonne et se venger de tous ses anciens amis. Il n’est pas anodin que l’homme s’affiche un jour avec Brigitte Barrèges., n’hésitant pas à déplorer la perte par la maire de Montauban de la présidence de « Tarn-et-Garonne habitat », un organisme de gestion des HLM. Un autre jour, le voici ostensiblement aux côtés de Jean Michel Henryot, pour la bonne cause bien sûr diront les inconditionnels. Pour enfoncer un coin dans la majorité départementale aussi ! L’inauguration du Service des Urgences de l’hôpital de Moissac avait donné lieu à la même « opération drague ». Il ne faut pas oublier que le maire de Moissac, naguère si prompt à dénoncer « le système Baylet » est vice président départemental, dans l’équipe de Christian Astruc, la figure du traître aux yeux des Radicaux.

La reconquista avec le PETR

En fait tout se passe comme si tout à coup, à quelques semaines de son repli en terres d’Occitanie, J.M. Baylet s’inventait un nouvel outil de reconquête. La reconquista avec le PETR ! Encore un « machin » comme aurait dit De Gaulle qui vient s’ajouter à la kyrielle de syndicats, de regroupements, de collectivités. Bien malin l’élu local qui pourrait faire sur son territoire la liste exhaustive de ces « acteurs » et surtout de leurs compétences.

Le PETR comme département bis ! La thèse n’est pas si farfelue que ça ! Pour faire tourner sa machine de guerre, l’ancien président du département a fait appel à son ancien directeur des Services, qui bien que rattrapé par l’âge de la retraite, a repris du service. Un recrutement qui semble cependant poser quelques graves questions de statut et d’utilisations des fonds publics (voir ici l’article de Laurent Dubois).

Le PETR Garonne-Quercy-Gascogne, voulu par Jean-Michel Baylet et dont le siège est à Castelsarrasin, rassemble désormais 6 communautés de communes, 144 communes dont 2 communes du Lot-et-Garonne et une du Gers . Avec 134 000 habitants, ce PETR est l’un des plus importants de la région Occitanie. «Nous avons un budget modeste autour 300 000 euros soit 1, 50 € par habitant. Notre raison d’être, dans un espace vaste, est d’avoir une vision globale pour définir des politiques structurantes» a récemmentproclamé  son président qui n’a pas caché son souci d’aller vite, le plus vite possible, compte tenu des échéances électorales.

Un appel à projets avait donc été lancé. Les six communautés de communes ont déposé 277 dossiers. 215 ont été retenus (1). 122 concernent le contrat régional unique en cours de discussion. 93 projets sont intégrés dans le contrat de ruralité, 18 sont portés par les communautés de communes et 75 par les communes. Mais alors, avec 300 000 euros de budget propre, que peut faire le PETR ? Très simple et très habile:  faire venir l’Etat, l’amener à mettre au pot pardi ! L’Etat qui s’est engagé à injecter 8, 5 millions d’Euros dans les projets soutenus par M. Baylet (2). Ainsi, la boucle est bouclée. le ministre-président (du PETR) peut  promettre 2,8 millions à Moissac pour les travaux de l’Abbatiale. Ne sont-ce pas ce qu’on pourrait appeler les miracles de Saint Pierre?

(1)22 projets ont trait à l’accès aux services et aux soins (5 maisons de santé, une cuisine centrale, 5 maisons de services au public, 2 pôles petite enfance).24 s’occuperont de la revitalisation des bourgs- centre, 17 de l’attractivité du territoire dont la création de trois pépinières d’entreprises, la création d’un pôle touristique à Beaumont de Lomagne

(2) Qui en tant que président (encore) de la communauté de communes des « Deux rives » dispose d’un budget de 57 millions d’euros en hausse de trois millions cette année

Une réflexion sur “Les miracles de Saint Pierre

  1. Pingback: Le cheval fourbu de la droite – moissacinfos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s